L'âme Syrienne est libérée avec la libération de Palmyre PDF Print E-mail
User Rating: / 12
PoorBest 
Written by Georges Malbrunot(figaro), Simone Lafleuriel Zakri, Christian Amphoux, charif Rifai, reuters, the guardian, Rania Samara, Samir Abdulac   
Wednesday, 22 January 2014 13:26

Vous pouvez trouver l’ensemble des contributions d'Amin Elsaleh sur le site academia à l’adresse:

https://independent.academia.edu/AminElsaleh

 

 

 

Palmyre libérée le 27/03/2016 un jour de Pâques إستعاد الجيش السوري كامل مدينة تدمر من داعش

 

 Dernières nouvelles de Palmyre – Last News from Palmyra


Le site est libéré de Daesh – The site is liberated from Daesh
Le château, une victime “collatérale” des combats – Une mobilisation internationale est maintenant nécessaire
The Castle, a “collateral” casualty of fighting – A wide international mobilization now necessary

Samir Abdulac 23/03/2016

L'article de Georges Malbrunot du FIGARO

Cliquez-ici pour télécharger le document pdf 

 


 

 


 

كشفت هيئة الأركان العامة الروسية عن تفاصيل عملية تحرير مدينة تدمر الأثرية السورية، مؤكدة أن مستشارين عسكريين روس شاركوا في وضع الخطط العسكرية اللازمة لاستعادة المدينة. وأكد الفريق سيرغي رودسكوي رئيس إدارة العمليات في هيئة الأركان العامة الروسية في إيجاز صحفي الخميس 31 مارس/آذار، أن تحرير تدمر يكتسب أهمية استراتيجية نظرا لموقع المدينة الجغرافي وسط سوريا، حيث شبكة الطرق الكثيفة المؤدية إلى كافة أقاليم البلاد، ومنها دمشق وحمص وحماة وحلب والرقة ودير الزور، وحقول النفط والغاز، فضلا عن مكامن ثروات طبيعية أخرى. وأوضح رودسكوي أن ما يربو عن 4 آلاف إرهابي كانوا يتمركزون في محيط تدمر مطلع مارس/آذار، إضافة إلى ما لا يقل عن 25 دبابة وعربة مصفحة، وما يربو عن 20 مدفعا، وأكثر من 40 مدفع هاون، وقرابة 100 منصة لإطلاق صواريخ موجهة مضادة للدبابات. وكشف رودسكوي كذلك، عن أن أكثر من 50 سيارة رباعية الدفع مزودة بأسلحة ثقيلة تابعة للإرهابيين، كانت في محيط المدينة الأثرية، كما جهز الإرهابيون أكثر من 10 شاحنات مفخخة يقودها انتحاريون، فضلا عن طائرات بلا طيار. كما ذكر رودسكوي أن "داعش" أنشأ في تدمر منظومة تحصينات متكاملة، ضمت شبكة مراكز استناد ومراكز قيادة ومرابض مدفعية مقامة في تلال. وأكد رودسكوي أن مستشارين عسكريين روس شاركوا بشكل مباشر في التخطيط لعملية تحرير تدمر. وكشف أن القوات المسلحة السورية والدفاع الشعبي وتشكيلات المعارضة الوطنية بدأت في مطلع مارس/آذار عملية إعادة الانتشار تمهيدا لتوجيه ضربة قاصمة إلى إرهابيي "داعش" المتمركزين في تدمر. وبدأت العمليات الهجومية على مسار تدمر يوم 6 مارس/آذار بدعم من سلاح الجو الروسي. وفي المرحلة الأولى من العملية تم قطع الطرق الأساسية المؤدية للمدينة، فيما تعرضت مواقع الإرهابيين لقصف منهجي من قبل المدفعية وسلاح الجو السوري. وذكر رودسكوي أن طائرات القوات الجوية والفضائية الروسية نفذت في الفترة بين 7-27 مارس/آذار قرابة 500 طلعة قتالية في محيط تدمر، ووجهت خلالها أكثر من ألفي ضربة إلى مواقع الإرهابيين، ما أدى إلى تدمير مراكز الإسناد الأساسية لـ"داعش" ومرابض المدفعية التابعة للتنظيم. وكشف أن الطائرات الروسية تمكنت من تدمير معظم مراكز القيادة للإرهابيين خلال اليومين الأول والثاني من العملية. وتابع أن سلاح الجو الروسي كان يدمر بشكل يومي أرتالا عسكرية حاولت الوصول إلى تدمر من جهتي الرقة ودير الزور وهي تقل إرهابيين وذخيرة. وفي 23 مارس/آذار، اقتربت وحدات الجيش السوري من تدمر وبدأت بمهاجمة التلال في محيط المدينة، والتي أحكمت القوات الحكومية سيطرتها عليها في غضون 24 ساعة. وفي صباح يوم 27 مارس/آذار الماضي، أحكمت القوات الحكومية وقوات الدفاع الشعبي سيطرتها بالكامل على تدمر، لكنها واصلت خلال اليوميين التاليين القضاء على ما تبقى من عصابات "داعش" في بعض أحياء المدينة وضواحيها. وشدد الجنرال على أن الطائرات الحربية الروسية طوال العملية لم توجه ضربات إلا بعد توفر الإحداثيات الدقيقة للأهداف والتأكد من تبعيتها للإرهابيين. ولدى تدمير المواقع الإرهابية ذات الأهمية الخاصة، استخدم سلاح الجو الروسي أسلحة عالية الدقة، فيما جرى توجيه الضربات من الأرض. ونفى رودسكوي إلحاق أي ضرر بآثار تدمر جراء الغارات الروسية. وتابع أن سلاح الجو الروسي تولى أيضا مهمة القضاء على مجموعات إرهابية تمكنت من خرق طوق الحصار وحاولت الفرار باتجاهي الرقة ودير الزور. نتائج عملية تحرير تدمر كما أشار رودسكوي إلى عدد من النتائج المهمة لاستعادة الجيش السوري سيطرته على تدمر، ومنها تعطيل قدرات العصابات الإرهابية على إعادة الانتشار ونقل التعزيزات ما بين شمال سوريا وجنوبها، وقدراتهم على الدفاع عن مواقعهم في محيط دمشق وحلب. وتابع أن فقدان الإرهابيين لسيطرتهم على المناطق الغنية بالثروات الطبيعية، يؤدي إلى تردي وضعهم الاقتصادي والمالي، ويحد أيضا من إمكانياتهم لشراء الأسلحة والذخيرة والعتاد ودفع الرواتب لعناص الفصائل الإرهابية. وأكد الجنرال أن أول فرق من خبراء إزالة الألغام الروس قد وصلت إلى سوريا تمهيدا للشروع في تفكيك الألغام التي زرعها الإرهابيون في المدينة الأثرية والأحياء السكنية. وحسب التقييمات الأولية، يتعين على الخبراء الروس تفكيك الألغام في أراض تتجاوز مساحتها 180 هكتارا. وأشار رودسكوي أيضا إلى صعوبة هذه المهمة، موضحا أن الإرهابيين لم يكتفوا بزرع ألغام عادية، بل وضعوا كمية هائلة من العبوات الناسفة. وأوضح أنه في المناطق الأكثر خطورة، سيستخدم الخبراء الروس روبوتات إزالة ألغام من طراز "أوران-2".

 http://www.tayyar.org/News/World/67781

 

Palmyre: destruction de l'arc de triomphe par Daesh

 

Encore une destruction à Palmyre ! On pourrait se demander quelle justification pourraient cette fois inventer les djihadistes de Daesh ?

Il ne s’agit pourtant ni d’idoles ni de tombes. Iront-ils inventer un “tyran” dont le souvenir serait à éradiquer ?

En tout cas, tout ce qui peut rattacher le peuple syrien à un passé qui n’est pas celui qu’ils se réinventent leur est abominable.

Ne parlons pas non plus de leur provocation délibérée à l’égards des amoureux du patrimoine et des opinions occidentales.

A tout détruire petit à petit, que restera-t-il de Palmyre ? C’était un impressionnant champs de ruines, bientôt il n’en restera plus qu’un vaste amas de pierrailles. Triste XXIe siècle.

Tout avait pourtant commencé par des manifestations pacifiques, comme le répètent encore des dépêches d’agence...

Bien cordialement, Samir ABDULAC

 

 

 

 

 

l'Arc de triomphe* au fond le Tétrapyle au premier plan en direction et  au fond du temple de Bêl détruit

*détruit le 3 octobre 2015 

photo Simone Lafleuriel-Zakri

Les tombeaux détruits-photo Simone Lafleuriel-Zakri

ما عابهم أنهم في الأرض قد نثروا فالشهب منثورة مذ كانت الشهب

اصدقائي

في توغل المأساة في خلايانا لا أجد ملاذا منها سوى الجمال الذي أفعم الشهب المنثوره بألوان مداها المفتوح ... سوى اللجوء الى سناء الوطن سوريتنا التي كانت تدمرها ولازالت بعض بوصلتهم ... سوى التحالف مع حافظ في رفع ذلك الظل ـ او بعض الظلم ـ الذي وقع على صورته في كلمه ماعابهم ... لأن الأصل هو ماضرِّهم... لأن الفرق بين الكلمتين في اي لغة ـ وخصوصا في تلك التي تتخذ من الضاد منطلقا ـ كافيا لكي لا اجد الا في الجمال ـ الا في في كماله بعيدا عن كل "تسامح" ـ ملاذا في هذه الأيام التي وصفها طه حسين بالشداد في حوارية الطالب الفتي واستاذه الشيخ ...الأيام التي نعيشها في تدمر وخارجها ـ بل التي نموت فيها في تدمر وخارج عوالم طه وحافظ ـ هي اكثر من شداد ولكن الجمال الذي نثروه فينا هو اكثر من ملاذ

حسان

 

                                Le regretté Khaled Al-Assaad

 

 

                                 Photo prise par Samir Abdulac

 

ICOMOS supports the Monuments Women and Men of Syria and Iraq

 

The on-going crisis and fighting in the Middle East are giving rise to humanitarian consequences of an unprecedented scale since the World Wars. The number of victims, refugees and displaced persons is growing day by day, not to mention the acts of torture, rape, enslavement and the eradication of the traditional cultural diversity of the region.

Public opinion is also moved by the increasing destruction of the cultural heritage of the region that bears witness to early human exploits, the common roots of different civilizations and their mutual enrichment.

The war ruthlessly strikes throughout Syria and Iraq. Thus, the old city of Aleppo, an endangered World Heritage Site, has become a front line where fighters deploy all possible means of destruction, from Molotov cocktails to TNT barrels, and including mortars, rockets, tanks, so called “hell cannons” and tunnels packed with explosives or simple small arms.

The looting of archaeological sites and the illicit traffic of their treasured objects, such as Apamea, Doura Europos and Mari, finance the continuation of the savagery of this war and irretrievably erase the pages of our history that scholars could still have written. Wilful destructions, such as those perpetrated in Hatra and Nimrud, display an ideological perversion and unbridled vandalism enabled through massive means of destruction. Palmyra is being held hostage and its ancient jewels demolished one by one.

In the face of these daunting challenges, the defenders of heritage, such as the Iraqi lawyer Samira al Nuaimi, tortured and executed by IS (Daech) in Mosul on 22 September 2014, have risen up and resisted. The General Directorate of Antiquities and Museums in Syria has already paid a heavy price losing fourteen of its staff, including Bassim Hasan, Conservator of the Bosra Museum, shot by a sniper on 26 May 2014, Abdallah al Humaid, guard at a site on the Euphrates, slain in front of his family by IS (Daech) on 23 July 2014, Qassem Yehya, Deputy Director of Laboratories killed at work in Damascus by a mortar shot on 8 August 2015, and of course Khaled al Assaad, a dedicated scholar, an elderly academic, whose particularly brutal killing in Palmyra on 15 August moved the world.

ICOMOS, the premier international professional organization in the field of heritage protection and conservation, expresses its deepest sympathy to the families of these victims, who were martyred for doing their duty, and to recognize and pay tribute to the dedication of the men and women in Syria and Iraq who, like them, continue to courageously struggle to safeguard the heritage of their people and humanity, thus contributing to ensure a more harmonious future for generations yet to come.

ICOMOS, the International Council on Monuments and Sites, is a unique, non-governmental, not for profit international organisation, committed to furthering the conservation, protection, use and enhancement of the world’s cultural heritage. With UNESCO and its partner organizations, ICOMOS pursues monitoring, information, training, advisory and programming activities for the cultural heritage of Iraq and Syria.

For more information see www.icomos.org

01.09.2015

 

l’itinéraire exemplaire d’un grand palmyrénien

 

En 1963, Khaled al Assaad était nommé directeur des antiquités de Palmyre. Il n’avait que 29 ans et c’était aussi sa première prise de responsabilité. Le directeur général des antiquités et des musées de Syrie à l’époque tenait à nommer dans les provinces du pays des personnes qui en étaient issues, faisant le pari qu’elles sauraient plus que d’autres s’y investir et inscrire leurs actions dans la durée. C’était un pari qui avait déjà été gagné par exemple à Bosra avec Faysal Moqdad.

 

Khaled al Assaad aura non seulement accompli toute sa carrière à Palmyre, mais il y aura poursuivi ensuite ses activité pendant plus d’une quinzaine d’années après sa prise de retraite. Il développera ses talents d’archéologue au contact des missions scientifiques étrangères qui se succéderont au fil des années à Palmyre. Elles seront américaine, austro-allemande, française, italienne, japonaise, norvégienne, polonaise, suisse et bien entendu syriennes. De plus il apprendra le palmyrénien et il en deviendra expert. Rien d’important ne se sera déroulé à Palmyre en 50 ans sans qu’il n’y ait participé d’une manière ou d’une autre. Il était également là pour recevoir les hommes d’état étrangers en visite. Il participait également à la vie de la cité moderne de Palmyre comme de nombreux membres de sa famille.

 

J’ai personnellement rencontré Khaled al Assaad un jour d’hiver 1993. J’étais accompagné d’une autre consultante de l’UNESCO et du regretté Nassib Saliby. La question posée était celle de la protection des colonnes du site qui semblaient s’effriter avec le vent. La réponse était que l’effritement se situait à une hauteur régulière, celle d’où émergeaient les colonnes qui étaient autrefois partiellement enterrées. Le coupable avait été l’humidité du sol et non les vents de sable. Nous avions été lui rendre visite à travers les salles froides du musée archéologique. Nous étions passés par un couloir sombre avant d’arriver dans son bureau encombré de livres et de papiers. Nous avions ensuite déjeuné dans un petit restaurant en face et avions notamment parlé de l’inauguration du musée en 1961. Nous étions bien d’accord sur la date précise, à un jour près. Khaled al Assaad m’avait dédicacé l’un de ses ouvrage et je ne crois pas que nous nous soyons revus depuis.

 

Khaled al Assaad se sentait appartenir entièrement à Palmyre. Peut-être est-ce pour cela qu’il a refusé d’entendre les appels pressants pour la quitter en mai 2015 devant l’avance des troupes de Daech. On se demandera longtemps encore quelles étaient les calculs tortueux des bourreaux de Daech quant ils l’ont assassiné aussi cruellement. Mettre à mort un « directeur des idoles », « un participants à des congrès aux côtés des infidèles » était-il sensé renforcer la popularité des nouveaux maîtres de Palmyre ? Fallait-il le punir de ne pas avoir divulgué l’emplacement d’une invraisemblable cachette d’or ? On peut au contraire se demander si son exécution juste avant le dynamitage des temples de Baalshamin puis de Bel, avant la destruction des tour funéraires, ne visait pas plutôt à plonger la population de Palmyre dans la terreur et l’empêcher de réagir.

 

L’assassinat de Khaled al Assaad a provoqué une énorme émotion au niveau international, que ce soit dans les milieux scientifiques ou dans le grand public. On ne compte plus le nombre d’articles qui ont été écrit sur lui à travers le monde. Pour lui des drapeaux ont été mis en berne en Italie. Dans les cercles professionnels, comme au sein de l’ICOMOS, les propositions se multiplient quant à la meilleure manière d’honorer sa mémoire.

 

Est-ce dû au respect de l’âge ou à la reconnaissance du savoir ? D’autres victimes de Daech n’ont pas bénéficié de cette triste célébrité, comme Abdallah al Humaid, gardien d’un site sur les bords de l’Euphrate, égorgé pour être resté sur son lieu de travail, ou l’avocate Samira al Nuaimi, torturée puis exécutée à Mossoul pour avoir critiqué les destructions des monuments de sa ville. Le courage de ces femmes et de ces hommes de devoir met en tout cas en lumière l’engagement de ceux qui en Syrie et dans la région restent œuvrer jusqu’au bout à la sauvegarde du patrimoine culturel pour les générations actuelles et à venir. Le dévouement et l’esprit de sacrifice des agents de la direction générale des antiquités et des musées de Syrie ne sont plus à démontrer.

 

La triste besogne de Daech visait-elle à couper les palmyréniens de plusieurs millénaires d’histoire et de gloire ? Voulait-elle empêcher les palmyréniens d’aujourd’hui et de demain de bénéficier de leurs échanges traditionnels et du tourisme ?

 

La barbarie de Daech aura en tout cas fait de Khaled al Assaad le palmyrénien le plus célèbre après Zénobie et Odeinat. C’est une mince consolation certes, mais les membres de la famille al Assaad pourront partout porter son nom la tête haute.

 

Samir ABDULAC

Docteur en urbanisme, Architecte DPLG Président, Groupe de travail de l’ICOMOS pour la sauvegarde du patrimoine culturel en Syrie et en Irak Vice-président, Comité scientifique international des villes et villages historiques de l’ICOMOS

 

Michael Stanley Palmyra - Homage to Khaled Al-Assaad

Behold the storied, desert waste

That looks on centuries with haste!

Two-thousand years of spice can’t mask

Rank tragedy east of Damask.

Two-thousand years---but ours must tell

Palmyra’s gods their temple fell.

Amorite, Aram, Arab, Jew

Palmyra in their time once knew,

And even Egypt’s ritual gloom

Led some Palmyrans to the tomb.

Semitic structures there were made

Along with Grecian colonnade.

Oasis served those far from home

Who made their way to trade with Rome.

So when Today the Anger thronged,

‘Twas the world, all the world, they wronged.

They rode to spread a cult-and-state

That worshiped idols: Pow’r and Hate.

The Prophet spoke of Love and Peace,

Not of these selfish zealotries.

The sin these pledged in Allah’s name

He heard and curse to Him became.

While I and all my like tisk-tisked,

One valiant scholar’s life was risked.

From Bloodshed’s tread he could have fled,

But stayed his heart and lost his head

Defending broken frieze and urn,

And with them all that we could learn.

War’s ignorance he’d not excuse,

Just like that mind from Syracuse.

The treasures’ sanctum he’d not give,

His virtues in their safety live!

To him, with shame, I pause to tell

They razed the ruined Temple Bel.

Yet, piled ages heaped on higher

Serve not to feed the jihad’s pyre.

His broken pillar’s shadows cast

A symbol longer than the last.

 

Palmyre : drapeaux en berne dans les musées italiens

Les drapeaux sont en berne jeudi dans les musées publics de la péninsule en hommage à Khaled al-Assaad, ancien directeur du site syrien de Palmyre, décapité par le groupe Etat islamique (EI), a annoncé le ministre de la Culture. Agé de 82 ans, M. Assaad, chef des Antiquités de Palmyre de 1963 à 2003, a été exécuté par des jihadistes mardi dans cette ville antique de la province de Homs (centre). "J'ai entendu l'appel de Piero Fassino (le maire de Turin, qui a pris cette initiative dans sa ville) et de l'Anci (Association nationale des communes d'Italie): les drapeaux seront en berne dans tous les musées et les lieux de culture dépendants de l'Etat pour rendre hommage à Khaled al-Assaad", a annoncé le ministre, Dario Franceschini, sur Twitter. Le Premier ministre italien Matteo Renzi a quant à lui fait savoir également sur Twitter que toutes les "fêtes de l'Unité", organisées jeudi soir par son Parti démocrate (PD, centre gauche), seraient dédiées à la mémoire de l'archéologue. "Ne pas céder face à la barbarie, jamais", a ajouté M. Renzi.

 

أنا لست وجهي، وأنا نسيت كيف تكون الوجوه. أبحث عن وجهٍ لا يشبهني في المسافة بين القاتل والقتيل. قبل الأمس مات شئ مني في المجزرة، والأمس قطعوا رأسي ووضعوه بين قدمي قرب أعمدة تدمر. أصبحت أفهم كيف لا تتحرك التماثيل، وكيف تحتفظ بتعبيرٍ أزلي لا يغيره الزمان. مات خالد الأسعد شيخ أعمدة تدمر وأحدها، دون أن يبوح بسر التماثيل، آمن أن تدمر هي البقاء فبقي بها ولها. هو قال برأسه المقطوع أن التاريخ شاهد لا يموت. و أنا التاريخ، أنا قابيل وأنا هابيل وبينهما عمرٌ يتهدم. التفتي الى وجهي يا أم أحمد، يا أم الجميع، قبل أن أضيع ويضيع الجميع...

 Charif Rifai

ما عابهم أنهم في الأرض قد نثروا فالشهب منثورة مذ كانت الشهب

حافظ ابراهيم

 

Ne les blâmez pas de se disperser dans le vaste monde Depuis toujours les astres sont dispersés dans le vaste ciel.

Hafez Ibrahim (1872-1932), poète égyptien.

mais LA HONTE rejaillit sur les hommes du monde entier pour avoir été les témoins passifs, aveugles, sourds et muets de la tragédie des Syriens, dont l'exode désespéré est aujourd'hui considéré comme le plus dramatique, le plus horrible et le plus intense depuis la Seconde guerre mondiale, dépassant même la diaspora des Palestiniens.

Rania Samara

Syrie : l'EI a décapité l'ancien directeur des Antiquités à Palmyre (responsable)

AFP

19/08/2015  et orient le Jour

Le groupe Etat islamique (EI) a décapité l'ancien directeur des Antiquités de la cité antique de Palmyre, dans le centre de la Syrie, ont rapporté mercredi le chef de ces Antiquités et une ONG.

Kaled al-Assaad, âgé de 82 ans, a été exécuté par des jihadistes du groupe extrémiste mardi après-midi à Palmyre, dans la province centrale de Homs, a indiqué le directeur général du département des Antiquités et des musées de Syrie Maamoun Abdelkarim à l'AFP.

"Daech (acronyme du groupe Etat islamique) a exécuté un des plus éminents experts du monde antique", a déploré M. Abdelkarim. Des images montrant le corps de M. al-Assaad accroché à un poteau ont circulé sur des sites jihadistes. Une pancarte attachée au corps identifie la victime comme étant M. Assaad, accusé par les jihadistes d'être un partisan du régime pour avoir représenté la Syrie à des conférences à l'étranger.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a également annoncé l'exécution de M. al-Assaad, indiquant qu'il avait été décapité sur "une place de Palmyre devant des dizaines de personnes".

Les jihadistes ont pris fin mai aux forces du régime Palmyre qui abrite des ruines antiques mondialement connues et classées par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité. Depuis, la communauté internationale craint que l'EI ne détruise les nombreux trésors archéologiques de cette cité antique baptisée la "perle du désert syrien", à l'instar de ce que le groupe ultra radical sunnite a fait en Irak. La version rigoriste de l'islam sunnite prônée par l'EI proscrit formellement la visite de sites archéologiques ou historiques et considère les statues humaines ou animales comme de l'idolâtrie.

 

Je vous écrivais de Palmyre!! par Simone Lafleuriel Zakri

 

 

C’était il y a quatre ans à peine quand Damas, où nous nous étions installés en plein mois d’août et en plein été, nous avait accablés de chaleur et de pollution !
C’était encore quand, à Alep, nous avions épuisé tous les charmes des piscines – il s’en ouvrait de nouvelles et de plus en plus agréables à chaque saison –et quand, dégoulinants de sueur et un peu inquiets, nous ne pouvions plus de surveiller, dans de vieux thermomètres increvables, l’irrésistible ascension du mercure! Il y avait alors toujours quelqu’une ou quelqu’un qui déclarait : « Et si on partait à Palmyre ?»

 

Bonne idée!! La chaleur, en ces mois d’été de nos vacances en Syrie, filtrait régulièrement avec les quarante degrés à l’ombre. Au moins, dans la ville antique, la capitale luxueuse du royaume de la reine Zénobie, nous n’aurions même pas l’idée de nous enquérir du temps qu’il fait en général à cette époque, au cœur de la steppe. Et puis, pour Palmyre, il y avait toujours des volontaires! D’ailleurs beaucoup avaient déjà l’expérience d’une telle expédition au plusprofond du pays et nous en avions gardé un excellent souvenir.
Le petit groupe d’inconditionnels de la Syrie en toutes saisons que nous formions avait l’habitude de cette fréquentation ordinaire des plus prestigieux sites de Syrie comme des plus inconnus ou des plus modestes!!
Régulièrement nous nous offrions la sage et pacifique jouissance d’organiser nos pique-niques dans ces grands sites syriens les mieux fréquentés par les touristes, et par une élite mondiale d’archéologues très distingués. Mais, pour nous, l’idée était, plus simplement de faire, de bon matin ou au crépuscule, une longue marche à pied tout en devisant tranquillement, au long de la plus prestigieuse des colonnades d’Apamée ou de Palmyre, quand la lumière donne à ces sites syriens une beauté à couper le souffle aux plus blasés des visiteurs.
Nous pensions souvent encore à aller étendre une nappe sur le sol d’une de ces pinèdes ombreuses, odorantes et toujours balayées par une légère brise très délassante, à la cime ou au cœur des différentes régions du massif calcaire. Al Bara par exemple, et en pleine chaleur, nous savions trouver, dans les vergers touffus de cet immense site byzantin, des coins propices à une halte reposante dans la vaste oliveraie et sous ces arbres fruitiers dont les nombreux cerisiers, encore bien cultivés, sont juste au pied d’un de ces solides vestiges byzantins essaimés dans le vaste site.

Tout en étalant un assortiment de pizzas au thym, beignets aux épinards ou au fromage, tranches de mortadelle «!Halabi!» à la viande bien tassée etfarcie de pignons et de pistaches, de quelques dizaines de kebbés «daraouiches»,. flanqués d’une corbeille bien fournie en fruits de saison et de thermos de thé ou de café à la cardamome, nous saurions y observer, narquois, le défilé pressé de visiteurs en groupes de plus en plus nombreux. Tous étaient bien décidés à faire, dans leurs bus, et en quinze jours à peine, les sites les plus célèbres de Syrie, du Liban et de Jordanie réunis.
Suivraient alors, pour certains, une sieste sous les pins d’Alep, sur l’herbe roussie de l’esplanade, avec vue sur la basilique de Saint Siméon par exemple, ou de longs instants d’un repos bien gagné sur les marches d’un escalier très raide ouvrant la marche vers le haut donjon du Crac des Chevaliers et encore une pause café à la cardamome à la « cafette ! »posée à la pointe haute et ventée de l’enceinte de la forteresse de Salah ed Din ! Mieux, nous irions à la cueillette, pour le dessert, d’une corbeille de figues couleur rubis, tout juste éclatées et que l’on cueille à ces arbres modestes qui ont su appuyer leurs branches cassantes sur quelque pan de mur de l’une de ces antiques et vastes demeures byzantines. Il ne leur manque que le toit pour donner l’envie de s’y installer à l’ombre, pour un plus long séjour!

Depuis de millénaires, une étape et une halte obligées

 

Mais entre Mésopotamie et Méditerranée, le choix, à l’un de ces étés syriens, avait été vite fait. Pour ce long week-end, nous partirions pour Palmyre ! D’Alep la route était un peu plus compliquée que du garage d’Harasta à Damas...Il nous fallait d’abord prendre place dans l’un de ces grands bus Pullman reliant sans cesse, et de jour comme de nuit, Alep à Homs.
A Homs, il y aurait bien un autre bus reliant dans l’instant Deir-ez-Zor avec l’arrêt obligé sur la place du petit musée de Palmyre. Bien sûr Palmyre, dans son oasis mythique, est l’étape obligée et depuis des millénaires de tout voyageur qui arrive à mi-chemin des rives de la Méditerranée, à l’ouest. Vers l’est elle regarde vers les rives de l’Euphrate par delà et au plus profond de la steppe, et jusqu’ l’Irak et l’ Iran.
Palmyre, entre Mésopotamie et Méditerranée, entre Perse et Egypte ou Grèce, et Occident tous pas si lointains finalement, et entre monde parthe et monde romain qui, depuis si longtemps déjà, s’observent et s’opposent.
Palmyre, au cœur de son désert et à mi-chemin et au cœur de tous les mondes riches d’alors, et encore plus d’aujourd’hui, et mieux à l’époque des temps des kan ya ma kan.

Il était une fois…Tadmor.

 

 

Les voyageurs : marchands, diplomates, guerriers aventuriers de tout poil et les autres et pour nous bien sûr, tous arrivant en ce lieu fatigués, harassés, assoiffés surtout, savaient trouver à Palmyre et tout autour de la luxuriante oasis, des sources où s’abreuver et faire reposer les innombrables montures qui les avaient amenés là.
Tadmor, son nom est déjà enregistré en écriture cunéiforme à l’époque d’ Hammourabi, un Babylonien bien connu pour son code juridique. Mais il est aussi consigné dans les annales d’un roi assyrien:Tiglatpilser 1e. Enfin, au deuxième siècle de notre ère, Tadmor est également mentionnée par Appien, un historien grec qui rapporte les péripéties d’une bataille d’Antoine. A Palmyre, il y avait aussi la source Efqa qui offrit à l’oasis l’eau au goût et à la forte odeur de soufre. Elle fait pousser ces palmiers généreux qui savent très bien s’accommoder de cette particularité. Il y avait... oui, car, hélas, la source allait ces dernières années en se mourant, épuisée de porter les gazouillis de son eau, et depuis tant de temps, dans les jardins proches et autrefois dans ces bains ou bassins qui accueillaient comme toujours et aujourd’huiles envahisseurs étrangers!!
En des temps plus lointains, ces étrangers pilleurs avaient été, et déjà pour le malheur des Palmyréniens, des Romains.
Appien explique par exemple que, comme tant d’autres envahisseurs de l’actuelle et malheureuse Syrie, Antoine, en y envoyant sa cavalerie, avait l’intention de piller Palmyre et de s’emparer de ses richesses.
Ce pillage n’eut pas lieu car, prévenus, les habitants mirent leurs richesses hors de portée et s’armèrent. Ils eurent moins de chance avec un autre romain pilleur. Le célèbre Aurélien livra la ville à ses soldats. Il s’en vanta et aussi de n’avoir fait grâce ni aux mères ni à personne.
« Nous avons tué enfants et vieillards, massacré les habitants des campagnes »

 


En route donc pour l’oasis:


Arrivé à Homs, le groupe doit se séparer. Certains prendront le prochain bus pour Deir-ez-Zor. Tous les autobus font halte sur la place du village de Palmyre. Nous, nous partirons en taxi. Premiers arrivés, nous nous occuperons de trouver des chambres. Mais pas d’inquiétude à avoir. En plein été, les touristes ne sont pas trop nombreux.
A partir de Homs la route va s’étirer droit vers l’est, et plate, entre des plantations d’abord de vergers touffus puis de plus en plus clairsemés. Ces vergers alignent en rangs parfaits des arbres fruitiers divers puis, de plus en plus, des jeunes oliviers. C’est un spectacle nouveau pour ceux d’entre nous qui n’ont pas fait la route les années précédentes.
Les agriculteurs syriens n’en finissent pas d’étendre leurs oliveraies ou ces vergers là où même l’eau semble absente. De Homs à Palmyre, on se demande bien d’où il peut sourdre ce précieux liquide, sans doute de puits profonds plongeant dans la nappe phréatique.
Et puis, insensiblement, le paysage change. Des collines chauves se rapprochent du ruban d’asphalte. Elles sont d’abord rocailleuses puis sableuses par endroits mais rien à voir avec les hautes dunes qu’on pourrait imaginer ! Quelques tentes noires encore tissées de poil de chèvre ponctuent le paysage. Très souvent nous sommes allés rendre visite à leurs habitants. Cette fois, ce sera pour le retour!!
Halte ! La seule du trajet, près d’un carrefour. Sur la droite, un panneau indique qu’au loin, mais pas si loin quand même, il y a, à moins de mille kilomètres, l’Irak, Mossoul ! Puis… bien plus au sud…Bagdad. Sur ce même côté droit de la route, un peu à l’écart , une petite maison de bédouins, simple cube de béton très modeste, accueille les automobilistes assoiffés .... au son de la musique de Bagdad café.
Une touriste en route pour le site a laissé, là, la cassette . Et puis, après une ultime courbe et un bouquet d’arbustes, nous découvrons les premières colonnes et les premiers vestiges du site que nous allons longer puis traverser. Sur notre droite émergent par-dessus les murs de terre séchée de l’oasis, les bouquets des grands palmiers.

 


Etape au Zénobie

 

A chacun de nos séjours, c’est le même bonheur de retrouver Tadmor et ce site unique, si grand, si calme, si désert aussi surtout en été.
A peine quelques voitures de touristes, quelques jeunes galopant sur leurs petits chevaux et quelques silhouettes là-bas, si petites qui marchent en direction de la haute colline coiffée du château de Fakr-ed-Din Maan!: Qala’at Ibn Maan : L’émir à la Croix.
Le taxi nous dépose sur la place et, aussitôt, c’est au Zénobie que nous allons nous enquérir de chambres pour la nuit. Nous l’avions prévu, en été, nous pourrions certainement dormir à l’intérieur du site et comme tous les illustres visiteurs qui descendirent dans le premier établissement du genre. Il était alors géré par cette énergique comtesse née à Bayonne!: Marga d’Andurain.

Marga : toute une autre histoire! Elle s’y était installée au début du 20e siècle. Elle recevait par exemple, dans son hôtel, tous les officiers français au temps du mandat. Puis elle les honorait de la plus agréable façon surtout ceux qu’elle choisissait en observant leurs arrivées toutes embaumées du parfum de sable chaud du désert syrien et de l’odeur fauve des méharis. Les officiers d’alors se déplaçaient à dromadaire pour aller régler les querelles entre tribus syriennes. Les plus grandes et chamelières étaient et sont toujours les Rouala, les Chammar, les Anazé les Sba’a, les Turki, d’une part. Les Sleybs, les Haddidiyin, Cherarat, les Ateubé et tant d’autres : moutonniers, eux !
Tous méharistes, les officiers suivaient aussi les allers et venues de leurs amis-ennemis, mandataires comme eux mais Anglais ! Mais ces officiers aimaient la steppe. Ils l’ont écrit, dans les années 1920 1940, et dans les nombreux récits de leur fréquentation de « leur désert ! ».
Ils s’attardaient dans les ruines de Palmyre qu’ils visitaient en compagnie comme ils le racontent, de Robert Montagne : l’ethnographe, géographe, sociologue qui quitta la Syrie en 1938, de Seyrig déjà célèbre archéologue alors directeur des Antiquités et, plus tard, directeur en place de Montagne de l’Institut français de Damas ; de Jean Cantineau, le linguiste et de Rober Amy, l’architecte. Ce dernier, et il était désormais le seul à le faire, avait installé sa maison à l’intérieur du grand temple de Bêl. Déjà le Service des Antiquités Syriennes avait dégagé le temple de Baal et repoussé les Palmyréniens vers ce qui était un village en bordure du site et de l’oasis. L’hôtel reçut, au fil des temps, des rois et des reines, des présidents anciens ou plus récents, bien sûr des missions d’archéologues très distingués et des aventuriers moins recommandables. Mais nous ne retiendrons de ces visites mémorables que celle d’Agatha Christie.

 

Elle se présenta à l’hôtel et débarquée de sa grosse automobile qui servait à Mallowan, son archéologue de mari, à elle-même, à leur cuisinier et à leur chauffeur à parcourir la steppe syrienne. Elle occupa une chambre au Zénobie qui avait des habituels relents de soufre. Elle raconte :
« l’hôtel est agréable, arrangé avec un goût certain et a beaucoup de charme Mais l’odeur de l’eau stagnante y est vraiment forte…»
« Oui, mais elle est très saine m’assura Max »
: Max Mallowan son archéologue anglais de mari qu’elle avait, des années auparavant, rencontré à Ur en Irak.

De Tadmor elle écrit ::
« That I think, is the charm of Palmyra.."
Elle décrit son éblouissement ainsi :
« Sa beauté d’une fragile couleur crémeuse s’élevait, irréelle, au milieu de cette étendue de sable chaud. C’est admirable, prodigieux, incroyable et avec toute la théâtralité d’un invraisemblable rêve...des enceintes, des ruines, des colonnes brisées... !».
Mais elle eut la surprise de constater, au retour de sa visite des ruines, de découvrir que le chauffeur avait loué son véhicule inoccupé à d’autres touristes. Des Français dont une jeune femme qui, alors qu’Agatha lui explique qu’ils sont en mission archéologique, dans la steppe syrienne, s’exclame alors ravie :
« Madame, alors vous faites le camping »
Le Zénobie donc, nous accueille et nous verra comme souvent, installés au petit matin, et pour un copieux petit déjeuner, sur la terrasse ombragée d’oliviers vénérables et de palmiers lourds de leurs régimes de dattes. ! A deux pas et faisant face à nos tables, s’élève le temple du dieu solaire Baalshamin. Nous vénérons ce dieu car, comme Baal, il est le seigneur du ciel, mais lui des orages de la pluie fertilisante et autres tempêtes. C’est le dieu miséricordieux dont on invoque aussi la protection. Il trône toujours flanqué de ses deux parèdres : Malhakel le solaire et Aglibol le lunaire!
Plantée au milieu des vestiges de ce temple important, bâti sur les ruines d’un temple païen, la cella est colonisée par les arbres. Au matin, elle est toute bruissante du pépiement des oiseaux qui l’ont colonisée au crépuscule.
Tout, ici, n’est qu’harmonie!
Une chamelle blanche, baraquée au pied des escaliers du temple, se repose en mâchouillant de brins d’herbe sèche. Placide et bavant, elle attend l’arrivée des premiers touristes!

 


Tadmor! au petit matin.

A Palmyre, il faut impérativement être debout aux premières lueurs de l’aube pour la lumière et les photos, mais c’est, pour nous aussi, le meilleur moment en été pour déambuler longuement dans les ruines, faire le décompte de tous les styles de chapiteaux, se pencher sur les vestiges de tombeaux bousculés et y découvrir par exemple ces couples enlacés sculptés dans la pierre désormais renversée et comme enracinée dans le sol. Une petite chouette noctambule, toute ébouriffée et déjà ensommeillée au lever du jour, nous observe depuis un haut recoin de colonnade. Sur les marches du Temple aux Enseignes de la Légion, dans le camp de Dioclétien, une longue colonne renversée a glissé tout le long de l’escalier. Sa course s’est arrêtée à quelques degrés du sol. A dos de chameau, nos jeunes, plus tard réveillés, nous rejoignent à l’extrémité nord-ouest du site. Nous revenons par le temple d’Allath! la déesse des tribus préislamiques qui protège les caravanes est sculptée dans un bas relief. C’est une divinité guerrière. Elle est souvent assimilée à Némésis sans que ce soit vraiment sûr ! Elle est peut-être, l’Athéna des Grecs qui est encore la Vénus plus tardivement nommée. Un buste d’Athéna exécuté dans le style du célèbre sculpteur grec : Phidias fut retrouvé à cet endroit du site sans que l’on sache quel chemin! le conduisit en ce lieu. Nous longeons, plus loin, le Sénat, le théâtre où nous nous amusons à nous produire sur scène, histoire d’en vérifier le son parfait qu’il porte jusqu’aux derniers gradins ; les bains de Dioclétien, ou le temple de Nébo (Nabu le scribe fils du dieu babylonien Bêl-Marduk.
A l’arc monumental qui, au sud, sert de grande entrée dans le site, le trajet de la longue colonnade dont nous avons suivi, pour notre retour, l’avenue dallée fléchit son cours vers la droite. La route moderne coupe le chemin et, de l’autre côté, à quelques mètres en retrait, s’élève le formidable sanctuaire de Bêl.

le temple de Bêl.

 

La divinité cosmique suprême : Bêl ou Bôl dieu miséricordieux et compatissant, maître du ciel étoilé, des éléments et protecteur des cultivateurs, tient le foudre : symbole de la foudre qui va, du ciel, fertiliser la terre nourricière. Il règne, lui aussi toujours flanqué de ses divinités , ses parèdres : le solaire Yiarhibôl et le lunaire Aglibôl. Cette illustre Triade siège, et avec Baalshamin, au sommet du panthéon palmyrénien qui voit se bousculer des dizaines de divinités dont certaines phéniciennes… La belle et importante Astarté, sans aucun doute Ishtar ou Ashtor est parmi les plus présentes aux côtés de cette triade, dans le temple de Bêl.
D’autres, elles Arabes , sont Shams le soleil, l’incontournable Allath, Al Uzza ( l’hiver, et
« al Zouhra »
en arabe), ; Manat, Rahim et d’autres qui étaient déjà adorés par circumambulation, autour de la pierre noire de la Ka’aba...
Elevé comme presque toujours, sur d’anciens sanctuaires païens, et dans les premières années de la présence romaine dans le désert syrien aux portes de l’empire rival perse, le grand sanctuaire domine l’oasis.
Nous avons l’habitude de parcourir la vaste enceinte et de s’y attarder, tant son architecture et sa conception s’y révèlent riches de détails insoupçonnés et d’origines très variées. D’une cabine de téléphone incongrue dans ce lieu antique, nous avons pu, un jour, appeler la France ...

Balade dans la palmeraie:les dattes de Tadmor.

Derrière le temple s’étend la palmeraie. Il commence à faire très chaud. Il est temps de se réfugier sous ses arbres. Nous passons régulièrement de longs moments dans l’oasis . Les enfants s’écorchent au tronc des palmiers qu’ils tentent d’escalader. Du haut des montures : chamelles blanches louées pour l’occasion, nous plongeons nos regards dans les parcelles fermées par des murs de terre. Nous suivons le cours des rigoles d’irrigation. Elles nous accompagnent dans le cheminement des sentiers qui serpentent sans aucun plan semble-t-il. Le sens du courant guide les pas des visiteurs. Il va vers le nord-ouest et vers le village, et vers le sud-ouest pour rejoindre l’hôtel Cham et sa piscine d’eau sulfureuse où, plus tard, nous plongerons avec délice.
Les rigoles rejoignent l’intérieur des petits jardins. En temps réglementés, elles baignent la terre, les carrés de légumes ou de luzerne, et les pieds de grands palmiers des oliviers, des grenadiers, des ceps de vigne aussi.
Transparente et si fraîche, l’eau à odeur de soufre s’engouffre quand le propriétaire de la parcelle a le droit de lever l’obstacle de terre ou la planche de bois qui lui barre le passage Irrigation très contrôlée nous explique le jardinier qui nous invite à boire un thé ou à faire un plongeon dans la citerne qui lui sert aussi de piscine. L’eau y est très bleue quand la terre en son attente devient, elle, grise et poudreuse. Les palmiers de Tadmor aiment cette eau sulfureuse. Ils donnent des grappes de dattes luisantes, grasses et noires. On en fait un miel épais qui soigne, dit le marchand du village, toutes les maladies sans exception.
Les sources d’eau sulfureuse sont nombreuses dans la steppe. Nous avions à un voyage précédent, rejoint à quarante kilomètres de là, et en direction de la frontière irakienne, une de ces piscines d’eau soufrée qui sort à 35 degrés, avec force, et en plein désert. Un bouquet de grands eucalyptus, une vigne et quelques grenadiers ombragent la maison très isolée de l’heureux propriétaire. Il loue pour quelques heures le bassin clos comme une citerne enterrée.

Au soir au coucher du soleil

 

Avant le coucher du soleil, il nous faut escalader la colline qui conduit au Château des Ma’an, dont l’origine est Libanaise. Nous pourrions louer un véhicule ou nous entasser dans un Suzuki. Non, nous irons à pied. Là-haut, installés bien en rang sur la crête, tournant le dos aux ruines du fort déjà visité, les touristes guettent la plongée du soleil derrière les montagnes au loin, vers l’orient. Cham, le disque solaire rougeoyant glisse doucement dans le bleu de plus en plus sombre du ciel !
De l’autre côté, vers l’ouest, Palmyre s’enfièvre, roussie des derniers rayons qui s’adoucissent. Tout le site s’étire bien visible encore de part et d’autre de la longue colonnade, et jusqu’au grand sanctuaire et, au delà, à la verte oasis. La petite ville allume lampes et réverbères. A l’est, là où le soleil va se perdre, c’est un moutonnement de collines chauves, d’abord rousses puis aux contours plus indistincts et plus sombres qui se détachent en une draperie dans tous les tons de bleu, de turquoise, de violet ou de mauve. Un liseré dessine les crêtes d’un trait de rouge et d’or.
Les tours funéraires au nord sombrent déjà dans la nuit. Le spectacle est grandiose, d’une beauté indicible ; le soleil poursuit sa route. Il va passer derrière l’écran des collines. La lumière s’adoucit, le paysage s’assombrit : le spectacle va finir...

Ah, il est terminé! !
Les spectateurs, debout, émus applaudissent. ; Sur la plus haute tour du château, les touristes fêtent l’événement au champagne ! Il est temps de redescendre dans le site, toujours à pied et droit vers la colonnade éclairée et vers la lumière des terrasses de l’Hôtel Zénobia où nous sommes attendus pour le dîner.
Le retour dans la nuit trop vite tombée nous est habituel. L’air est très doux, très pur et frais. Un troupeau de chèvres rentre au bercail.
Le petit berger a l’habitude de croiser ces touristes étrangers. Des chiens errants, perchés sur une colonne, se découpent en ombre chinoise sur le ciel qui s’étoile. Au restaurant, nous nous attablons devant le « mensaf » traditionnel puis, après un tour dans la rue principale de Tadmor, nous allons boire un thé sous une tente à touristes. Il y a là un groupe d’Italiens blagueurs qui avouent qu’eux sont déjà venus à Palmyre autrefois dans les bagages d’Antoine, d’Hadrien, de Caracalla! : tous césars romains et des pilleurs impitoyables.
En riant, ces jeunes Italiens descendants lointains d’Aurélien et des soldats de Dioclétien assurent qu’eux, ne sont en Syrie que pour la beauté des sites Ils ont un peu oublié qu’un empereur de leur histoire - un pilleur de plus - s’empara de tout l’or du trésor de Zénobie et de tous les biens de ses sujets, puis rasa la ville et fit détruire les temples.
Aurélien, vainqueur dans une troisième attaque, ramena la reine enchaînée à Rome, pour en faire le « clou de son triomphe ».
Ses soldats égorgèrent les prêtres, incendièrent la palmeraie…Mais, pris de peur, le César ordonna de consacrer une partie du butin à faire reconstruire le temple du soleil. Palmyre la polyglotte où l’on parlait l’araméen mais encore l’arabe et le grec et tous les dialectes des tribus du désert, et de l’Arabie à la Perse ; Tadmor qui grâce aux savoirs et savoir-faire de ses chefs caravaniers, ordonnateurs et organisateurs des transports au simple et long court, recevait toutes les richesses du monde! : des ballots de soieries aux caisses de parfums et d’ épices, de pierres précieuses : jade, lapis-lazuli, ou d’ivoires et de métaux, ces derniers venus d’Anatolie ; Tadmor, la maquerelle qui fournissait les marchés d’Orient et d’Occident, en esclaves et filles de joie ramenés de tous les horizons ; Palmyre la très cultivée et friande de philosophie, de musique et de théâtre ; Palmyre la grande commerçante, experte et industrieuse et si savante, ne se releva pas du massacre. Elle revit pourtant et vivota encore des siècles...

Dans la vallée des tombeaux!!

 

Le moment le plus émouvant de notre séjour est toujours cette longue marche que nous faisons dans la vallée des tombeaux, au crépuscule, et avant que la nuit ne vienne noyer les tours. Je me souviens de quelques extraits d’une description ancienne du temps de notre mandat français. :
« 19 heures, il fait encore clair. Pourquoi n’y a-t-il plus d’ombre Les montagnes, tout à l’heure sévères, se sont parées de douceur, de rose et de bénédiction. L’air est sans humidité ni épaisseur. Brusquement le jour chancelle, pris de syncope. Nous montons sur nos chamelles agenouillées. Elles jettent des grands cris et se dressent en s’appuyant avec raideur sur une patte de devant comme sur une canne. Je pars vers ce désert que j’ignore...Nous longeons une colonnade antique. Mes camarades m’y ont mené voir ce matin une inscription dédiée aux noms du Sénat et du peuple, par les quatre tribus, à Ogélos, fils de Makkaios, fils de Séviras, qui, par ses commandements multiples contre les nomades assura la sécurité des caravanes !»
la piste franchit l’enceinte de Dioclétien, tout au moins ses ruines. Des tours-tombeaux la jalonnent. Elles participaient aussi à la défense. Un chroniqueur byzantin rapporte qu’au cours d’un siège, l’une d’elles s’ouvrit ! sous les coups du bélier ennemi. Mais les assaillants reculèrent : un dieu couvert d’or leur faisait face. Ce devait être la statue d’un riche marchand! »...

Au pays de Qédar

Quand je pars pour Palmyre, j’ai toujours dans mon sac, ces « Cahiers de Qédar, méhariste syrien » publié chez Plon, dont l’auteur est Bernard Vernier!: un militaire qui parcourut le désert de 1928 à 1931.
Et je lisais au soir, à l’hôtel, le récit de ses courses au Pays de Qédar.
Nous suivions comme ce méhariste la piste sinueuse qui va d’hypogées en tombeaux- tours! dans ce qui est une longue nécropole. Différents, ces tombeaux sont tous collectifs! Le gardien en motocyclette nous escorte de loin. Un touriste solitaire s’éloigne sur son dromadaire. Zénobie, excellente cavalière, avait peut-être pris ce chemin pour fuir les Romains et aller avertir les Perses de leur avancée!.
Bientôt dans cette vallée où la mort a établi son paisible royaume, il n’y a plus que nous Partout des deux côtés, en groupes ou solitaires, s’élèvent ces tours étranges. Certaines sont presque intactes, d’autres sont ouvertes ou effondrées au sol, ruinées… Certaines élèvent vers le ciel, le squelette de leur architecture au décor raffiné. Elles révèlent à nous yeux impressionnés, leurs loculi : ces niches superposées souvent béantes, éventrées, et où auraient dû reposer, en paix et pour l’éternité, les nobles trépassés de Palmyre!. !
L’atmosphère est très calme, très sereine. La ville des défunts, dans la nuit, respire, silencieuse bien sûr mais aussi très étrange, et bien sûr toujours mystérieuse.
Le peuple de Palmyre qui aimait tant les fêtes, les écrits, la poésie, les paroles étrangères et les rires semble encore présent partout silencieux certes et retenant son souffle, mais dans son sanctuaire, dans ses collines enveloppées d’ombre, dans son ciel pur encore, et tellement étoilé, dans sa ville terrassée mais vivante et qui continue à lui faire face, juste de l’autre côté de la piste. Ces riches marchands, ses grands conducteurs de caravanes, ces femmes richement parées nous observent - c’est sûr! - de leurs yeux grand ouverts! que les sculpteurs de Tadmor ont gravés dans le marbre afin qu’ils puissent continuer à témoigner.
Témoigner de ce qu’était leur somptueuse ville mais aussi ce que, de pillages en exactions continues, et de pillages actuels, des mercenaires et des étrangers sans pitié y avaient laissé de ruines.
Nos enfants, nullement intimidés eux, courent de l’un à l’autre des tombeaux.
Il fait noir et ils voudraient les lampes, que nous avons oubliées à l’ hôtel, pour se faufiler au creux des tombes creusées dans le sol. La nuit maintenant est tout à fait tombée...La lune monte très blanche et éclatante. Elle éclaire assez le site pour que nous coupions à travers les vestiges et que nous remontions le temps. Sur sa colline, le château de Fakreddin s’est éclairé. La ville, en bordure de ses palmiers, a allumé une fois encore ses réverbères. Une fois encore nous franchissons, en remontant le temps, la muraille de Dioclétien. Nous suivons la grande colonnade, le Sénat, l’agora, les bains. La façade illuminée elle-aussi du temple de Bêl, nous guide.
Demain, nous irons faire une longue promenade vers Soukné et son marché bédouin et les pistes du désert. Et nous reviendrons à Alep par le chemin de la steppe....le chemin des écoliers ! Avant de quitter la Syrie toute à sa préparation d’une année prometteuse en termes d’économie et de développement, cette année là, la dernière de mon week-end à Palmyre, j’avais trouvé cette information dans un journal local.
Je l’avais conservée. Elle disait prévoyante : « 2010 : les autorités syriennes ont lancé une politique de développement du tourisme. La capacité hôtelière du pays devrait passer à plus de 170 000 lits avant 2020. Les entrées touristiques sont en progression et environ 10 000 emplois seraient créés chaque année... SZ».

 


S.Lafleuriel-Zakri

20 janvier 2013.

Note sur Qédar le méhariste syrien :
De son petit-fils qui retourna sur les pas de son grand-père à Palmyre et auprès des membres de la tribu dont il s’était fait l’ami, nous apprendrons récemment de Bernard Vernier que :
“…Cet homme a surtout été un spécialiste du Moyen-Orient, sympathisant de la pensée panarabe, arabophile et arabophone. Prenant fermement position contre les guerres coloniales en Indochine et en Algérie au détriment de son avancement militaire, il a pourtant fait partie de fait des colonisateurs durant l’entre-deux-guerres. Il a en effet été Djamalié, méhariste au sein de la compagnie de Palmyre, c’est-à-dire un militaire qui utilisait le méhari, un dromadaire domestique, comme monture et dont la mission, donnée par l’Etat syrien sous le Mandat français, était de servir d’arbitre entre les différentes tribus de guerriers-pasteurs bédouins qui se livraient fréquemment la guerre, et d’empêcher les razzias dans les campements et les villages oasiens.
De 1928 à 1931, il a ainsi partagé le quotidien des Bédouins du désert central syrien de la Palmyrène. Plus tard, l’officier Vernier deviendra gaulliste, anticolonialiste, pro-arabe, puis sympathisant communiste. Cette expérience de trois ans, passée dans cette vaste étendue désertique aux côtés de chameliers nomades, délaissant le confort de sa culture familière et s’initiant au mode de vie et aux règles de cet « autre » dont il avait tout à apprendre, représente pour moi une expérience humaine singulière et inspirante ».

Dimanche 17 mai 2015

Colère contre la dévastation imminente de Palmyre!!!

Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO
Bonsoir et à vos journalistes ou rédacteurs..et  responsables des  médias  Pouvez vous faire une information   précise et   et par exemple à propos du patrimoine mondial de l'Humanité  et de Palmyre inscrit  sur la célèbre site du patrimoine Mondial  et comme en Syrie, Bosra, le Krak, Damas, Alep et les sites  byzantins du jebel calcaire .... et  tous  en perdition !
Palmyre, et  comme tous les sites exceptionnels   de notre terre -  sont  inscrits au Patrimoine mondial de....l'Humanité,  et    non  l'Unesco  mais " par "  l'Unesco qui ne détient pas ces  sites  parfaits  et tant naturels, culturels (comme Palmyre  ou la malheureuse Ville ancienne d'Alep  ou Bosra ou Damas, qu'immatériels  ( comme devraient être aussi,  mais hélas non, inscrits les savoirs et  savoir -faire des artisans syriens aujourd'hui ruinés ou disparus ! )
L'Unesco puisqu'il semble que cela n'est pas encore su dans de nombreuses  rédactions    est chargé de gérer  cette liste, d'étudier les propositions  annuelles des pays, d"alimenter ou de corriger  la liste et etc...
mais bon, moi je ne suis pas de l'Unesco  ni journaliste   mais quand même    je m'intéresse  à notre patrimoine mondial !

.....
 Mais   bon à Palmyre Syrie  il n'y a pas  à déplorer hélas que le grand malheur que subissent   le  site  et ses  monuments   et  bien sûr ses habitants qui vivaient  ou vivotaient  en partie du tourisme  ! Et je pense en particulier  à plusieurs de ces habitants dont  celui qui avait un petit restaurant qui   passait des  cassettes de chansons françaises qu'il aimait  beaucoup,  ou celui qui avant  l'arrivée à Palmyre avait  fait un petit café et avait la cassette de Bagdad Café   et passait en boucle la chanson du film juste à l'intersection des  deux routes  qui allaient l'une à Palmyre  et  Deir Zor  aussi à Bagdad : Bagdad  900 kilomètres   était  indiqué sur   la pancarte !
 Il ne fait pas oublier  non  plus  la dévastation  à venir de la grande oasis qui déjà souffrait de la raréfaction de l'eau disponible   par  les sources qui descendent   des  collines  environnantes !    L'oasis et  la zone  ont  toujours été  irriguées par les sources dont celle  la source  Efqa d'eau sulfureuse mais qui hélas était  déjà tarie !  Certaines  de  ces sources sourdent  très loin et certaines   presque à la frontière irakienne !  On  pouvait    aller   par une piste   et vers l'est  y  prendre des  bains dans les  bassins  entretenus et  gardés par leurs propriétaires dans l'oasis  même ou à quarante   kilomètres  aux alentours   dans le  désert;
   Cette  célèbre oasis de Palmyre   est aussi connue  depuis l'antiquité que le  site   à qui elle  donnait  vie et richesse car  c'était  d'abord   la  halte obligée depuis cette  plus haute antiquité pour  les caravanes  ! Elle   doit  être soigneusement  entretenue sinon  la végétation meurt  et  l'eau doit  être distribuée comme depuis des millénaires ! les  palmiers ont besoin d'eau toutes  les trois semaines au moins  et  si les  gens de l'oasis fuient...
 Mais bon, le désastre en Syrie  est partout  et complet  et  franchement c'est  la  tristesse et une  immense colère qui ne nous quittent plus....nous qui parcourions  depuis des années tous  ces sites  et ces  campagnes ou villes  et  villages syriens !
Merci de votre attention...
S. lafleuriel ZAKRI

17 mai 2015

 reuters & the guardian comments

Thu May 21, 2015

Islamic State says it has full control of Syria's Palmyra

“The twin successes not only pile pressure on Damascus and Baghdad but throw doubt on a U.S. strategy of relying almost exclusively on air strikes to support the fight against Islamic State.

U.S. and coalition forces had conducted 18 air strikes against Islamic State targets in Syria and Iraq since Wednesday, the U.S. military said.”

http://www.reuters.com/article/2015/05/21/us-mideast-crisis-syria-idUSKBN0O60KH20150521

 

Friday 22 May 2015

First Ramadi, then Palmyra: Isis shows it can storm bastions of Syria and Iraq

“Officials who had fled Palmyra said jets from the US-led coalition that had bombed Isis targets elsewhere in the country had not joined the fight. US jets were instrumental in expelling the terror group from the two cities it has lost so far, Kobani, in Syria’s north, and Tikrit, in central Iraq.”

http://www.theguardian.com/world/2015/may/21/isis-palmyra-ramadi-advances-say-more-about-state-weakness-than-jihadi-strength

 

 24 mai 2015

 

 Réaction de Christian Amphoux

Comme je comprends ta colère, ton indignation et en même temps notre impuissance à empêcher l'irréparable.
La barbarie existe en tout temps, dans toutes les sociétés. Chez nous, bien avant la honte de la Shoah, il y a eu les abus de pouvoir de l'Eglise, qui voulait contrôler la science, qui a brûlé les livres des Juifs, des savants, de l'Antiquité... Le monde actuel est issu de la barbarie, est passé par des périodes honteuses, ce qui n'empêche pas les valeurs de paix et d'amour d'exister.

Assad a gazé, détruit, il bombarde encore ses propres ressortissants avec des armes monstrueuses ; l'Occident ne viendra pas à son secours contre la barbarie de Daesh ; et les Russes lui vendront des armes, sans intervenir eux-mêmes. Quelle horreur nous réserve demain : L'EI va-t-elle s'en prendre à Damas ? Faut-il dès maintenant préparer l'expatriation des gens et des trésors de cette grande cité si riche de son passé ? Nous pouvons tout craindre.

Mais la barbarie n'a jamais le dernier mot. Palmyre peut être détruite, elle ne peut pas être effacée des mémoires, et les dégâts qui touchent des pierres peuvent être réparés. La mémoire de la grande civilisation proche-orientale dont la Syrie est une part importante ne présage pas de l'évolution, mais n'est pas menacée par l'oubli.

Affectueusement, Christian


  

 Réaction de Charif Rifai

L'identité perdue des derniers Oasis(1)

الواحات


يعيش العربي في واحات متنافرة، لا تواصل بينها. لكلٍ جزيرته ولكلٍ عزلته المتزايدة.  
عندما كان الحاضر ثقيلاً كنا نهرب الى الأوابد والأحجار " هكذا كنا "، نقول للسائح الباحث عن عبق التاريخ، ونشير  بإصبعٍ ممدود الى أعمدة تدمر وجمال زنوبيا. لكن التاريخ لم يعد مسعفا، بل لم يعد هنا، فهناك من يتولى اعادة التراب الى التراب. شكرًا لكل سارقي الآثار "حُماتها" من الاندثار. يعرضها العالم في متاحفه، ويشير الزائرون بأصابعهم الى  رُقم أوغاريت وتماثيل سومر ويعلقون على تفاصيل  النحت ودقة الملامح . "هكذا كانوا" يضيفون بأدب،  ونكتشف أننا صرنا  جزءاً مما لم يعد كائنا، وندخل في الصور. تضيع ملامحنا ونتشابه في شحوبنا ونصرخ بصوت مبحوح: نحن من حنط الموتى، ونحن من اكتشف الأبد، ونحن من حول جيلجامش الى بشر ونحن من كسر شوكة الآلهة، ونحن من ركَّبَ للثور أجنحة لأن السماء كانت لنا... لكننا لا نصدق صوتنا  ولاهم يصدقون، فنكتفي بالعويل

ثم...

تتقدم الجحافل على التخوم، تحمل الرؤوس المقطوعة ورعب الآتي من الكوارث... كان الصليبيون يتلافون المجزرة القادمة بالمجزرة الحاضرة، فيذهب خبر الأجساد المطهية في قدورٍ الماء المغلي الى الناجين كي يستسلموا قبل فوات الأوان. وكانت الأرض تستمهل القتلة ثم تآخيهم في حقبة قادمة، يصادق صلاح الدين "الكردي" ريتشارد قلب الأسد ويستقبل اسامة بن منقذ فرسان الصليب الضائع ويجد من الوقت متسعا فيكتب عنهم "كتاب الاعتبار"  في شيزر الحموية.  

لكن الأرض تقلصت، تحولت الى بقعٍ يقطنها الخائفون من الخائفين. القاتل خائف والقتيل خائف، لا قيمة لشيء ولا حُرمةَ لشىء، لا المقدس واحد ولا الدنيوي واحد وبين الاثنين سُبلٌ  مقطعة تكسوها أناشيد الموت. سهلٌ  حينها أن  تتحول المعابد والأحجار والأعمدة الى أعداء اضافيين، السماء عدو والبشر أعداء والله يسن قوانيناً للموت والجلد والرجم. لم يعد من يدخل دار أبي سفيان آمنا، وليست الدار آمنة وهي تسقط على رؤوس قاطنيها، ونهيم كلنا  في اللج.

تتقدم الجحافل على التخوم، فإذا الأرض جرداء مكشوفة على خيبة الجميع من الجميع. كان اليباب قد اغتال الأحلام والأوهام، وعبَّد الخراب السابق طريق الخراب القادم. لا اليوم لنا ولا الأمس، نعود الى التراب قبل الأوان، والتراب أخاذٌ جميل، قيل لنا أنه يرتوي بالدم وأنه هكذا يصير وطناً، لكنه لا يرتوي  اذ نزيده دما مهدورا ولا يعود وطناً. 

تتقدم الجحافل على التخوم، فاذا عدو الأمس المنسي يزداد  سمنة وتألقاً، لا وقت لنا له، وهو يستغل الوقت الضائع فيحالف بعضنا ويشيد الحصون ويرفع الجدران. نحن حماتكم يامولاي، موتنا أمانكم فاقبلوه عربان العداوة القديمة البائدة وغدكم المشرق.  لكم فلسطين واحة منسية، وحيدة كما نحن وحيدون. بيننا اليرموك للشهادة على الأمس القادم، ولنا دروب النزوح الجديد.  الطرق الالتفافية التي منعت تواصل الفلسطيني مع الفلسطيني باتت في كل المدن من اليمن الى الشام، تمنع الصديق عن الصديق. صارت كل مدننا بابل، نهبط من أبراجها هلعين لنرى كيف فقدنا نعمة اللغة وكيف نختلف على لون القمح وأولوية حب الياسمين.       

تصل الجحافل الى تخوم تدمر.
 تمردت زنوبيا فقدمت لها روما المنفى، غير أن الملكة كانت أكثر جمالا من كل العروش، قالت تدمر أهلي وأنا أهلي. ثم هزمتها روما فدخلت الأسطورة  وعبرت العصور.
لكن كيف تتفاهم زنوبيا مع البرابرة الجدد؟ التماثيل أصنام، والتاريخ إلحاد والمؤمن من أطلق اللحية واستل السكين وكبَّر واستباح. وعلى الضفة الأخرى جيش أرادك طائعاً ثم قاتلك، ثم ناداك أنه منك، ونظرت فرأيت فيهم القاتل و الخائف والمغلوب على سلاحه، ورأيت وجهك في الوجوه، فمزقك الألم، أنت ما لست تريد أن تكون، وكل موت موتك، فكيف تلعن ذاتك و كيف تقتل ذاتك  وكيف تبتر ضلوعك كي تبقى حياً أو تموت أسرع؟ 
أين نحن من هذه الظلام؟ أين نقف وأي سبيل ممنوع نسلك؟

 وصلت الجحافل!
الخليفة سياف، والعيون الصامتة يقتلها البؤس، نكتشف أن الجحافل كانت دائماً هنا، تعيش كالجرثومة النائمة في خلايانا، وهي اليوم تستيقظ فينا وتستيقظ معها عصبيات القبائل والطوائف. يلجأ جميعنا الى ماتبقى من واحات تزداد عزلتها وتزداد وطأتها. نعرف أنها عاجزة عن حمايتنا وأنه لا بد لنا من الأفق الرحب كي نعيش كما يليق العيش.  فنلجأ الى الملاذ الأخير، الكلمة التي كانت هي البدء. نقرأ من جديد باسم الرب الذي خلق، ونردد نشيد اخناتون : 
إنّك تشرقُ جميلاً في أفقِ السماء
يا آتون الحيّ يا بدءَ الحياة
 
Last Updated on Saturday, 02 April 2016 09:55
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962