Arab linguistic & identity awareness/La conscience arabe linguistique et identitaire PDF Print E-mail
User Rating: / 10
PoorBest 
Written by Touriya Fili, Djamel Eddine Kouloughli , Mohammed Arkoun, Osama Khalil, Noha Khalaf, Samir Abdulac, Ghassan Abdullah,Charif Rifai,Khairat Al-Saleh,Raba Hammo,Aek Abid,Hassan Zeineddin, Adib Gabriel Hathout, Adonis, Monica Heintz,Réda Benkirane,Anis Balafrej, Rania Samara, Antoine Gennaoui   
Thursday, 23 April 2015 10:25

Vous pouvez trouver l’ensemble des contributions d'Amin Elsaleh sur le site academia à l’adresse:

https://independent.academia.edu/AminElsaleh

 

 

الوجدان العربي من خلال اللغة والهويّة Vidéo:

Radio orient : Interview avec Amin ELSALEH:

Arab linguistic & identity awareness/

La conscience arabe linguistique et identitaire

 

Inside/Outside: Six Plays from Palestine and the Diaspora

03 décembre 2015 

http://arabstages.org/2015/10/insideoutside-six-plays-from-palestine-and-the-diaspora/ 

 

Où peut nous conduire le raisonnement par l'absurde?

18 novembre 2015

J'ai choisi cet article "Ebriété guerrière"paru dans le monde diplomatique le 17 novembre 2015, 4 jours après les attentats meurtriers à Paris  parmi tant d'autres, car c'est l'image du marché de Damas qui m'a interpellé. Pour combien de temps Damas-la millénaire-terre de toutes les civilisations, de toutes les religions et de toutes les cultures, sera-t-elle protégée? La Syrie est plus que jamais meurtrie, lisez cet article , qui hélas  n'apporte que peu d'éclairage à notre recherche identitaire, que seule l'intelligence collective peut la dégager de ces sombres nuages:

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2015-11-16-Paris

 

                                   « Etoiles » (un marché à Damas, en Syrie)

Il manque quelques femmes tunisiennes qui se battent pour préserver des droits acquis sous

la présidence de Bourguiba: par exemple, Kmar Ben Dana, historienne des intellectuels arabes contemporains.

il y a aussi Rabâa Abdel Kefi Ben Achour, romancière et universitaire,

fille de l'un des plus grands mouftis sous Bourguiba, et promoteur lui-même de

l'émancipationde la femme tunisienne. Elle est également la sœur de Yadh Ben Achour,

l'un des juristes lesplus intègres, il avait été chargé de réécrire la nouvelle Constitution

tunisienne après la fuitede Ben Ali. Mais sa proposition avait été jugée trop moderniste

par le parti Annahda. 



Le dimanche 15 décembre 2013, a écrit :

Chère Touriya,

Je passerai à radio orient mercredi 18 déc. à 11h du matin dans l'émission

de Madame Zouhour Kannada.

Je parlerai de la femme arabe. hélas je n'ai pas publié beaucoup d'oeuvres

de la femme arabe,

je cite dans poètes arabes: Saniya Saleh, Daad Haddad, Fadoi Toukane,

Hala Mohammad,

Khairat Al-Saleh (ma sœur), Aicha Arnaout, dans écrivains arabes: Colette Khouri,

NahlaChahal, Ahlam Moustaghanmi, Joumana Haddad, Khairat Al-Saleh (ma soeur),

Samar Yazbek,

Assia Djebar, Ghada Al-Samman et toi. "Etrange découverte" est un hommage

à la femme.

Réfléchis et dis-moi ce qui manque.

Bien à toi
Amin


Le 2013-12-15 11:00, Touriya Fili a écrit :

Tu me fais trop d'honneur cher Amin. 
Les mots clés que tu as choisis sont très pertinents. Désolée de ne pas avoir bien compris ce que
tu attendais  exactement de moi. Je suis très admirative de ton courage et du combat que tu mènes 
pour défendre ce rêve d'une unité arabe respectueuses de la diversité.  Tu me donneras l'heure et le jour 
de ton passage à la radio? 

Le dimanche 15 décembre 2013, a écrit :

Chère Touriya,

Voici les mots-clé extraits de ton article que je vais souligner lors de mon intervention:
"qui sommes-nous ou bien que voulons-nous?"; "notre objectif est-il de changer un pouvoir ou
bien le système  en lui-même?"; 
"que voudrions-nous dire en qualifiant de secondaire le rôle de la femme ou bien le rôle des minorités?"; 
et pour  terminer 
"sommes-nous prêts à reconstruire la pensée arabe afin de regrouper les parcelles en conflit 
et dispersées de notre  sociétés" et finir avec le verset cité dans ton article; sans oublier de 
parler du rôle des différents dialectes de nos  populations relayés au second plan, n'est-ce pas 
une atteinte à la cohésion de notre identité?

Est-ce une exigence de t'avoir demandé de l'aide avec ces mots-clé qui manquent à mon intervention?
Sans ton article écrit en arabe, qu'aurais-je fait face à ce problème aussi dévastateur que la pire des 
maladies aussi crucial qui est celui 
de la perte imminente de notre langue et la descente aux enfers de notre "Oumma" ?

Bien à toi
Amin

Le 2013-12-14 19:01, Touriya Fili a écrit :

Cher Amin,
Tu m'as demandé des mots clés mais je ne vois vraiment pas quoi te dire à part ce que je t'ai déjà 
envoyé dans le très  court article que tu as eu la gentillesse de publier. En résonance avec le texte de Saïd, 
voici un autre article  évoquant l'importance de la traduction des textes arabes en

Occident: http://orees.concordia.ca/numero4/essai/ettobi.shtml [1] [2]

 On peut penser aussi que le rôle des écrivains de la diaspora (comme c'est ton cas) est majeur dans
la médiation d'une certaine représentation du monde et de l'identité arabes. 
Amitiés
Touriya

 

Le rôle de la langue arabe dans la construction

de l’identité arabe

 

En saisissant le mot-clé « identité arabe » sur la page d’accueil du site culturel www.mlfcham.com on trouve

40 articles, « langue arabe » 51 articles.

J’ai sélectionné ces quelques articles qui de loin constituent l’association « langue arabe » et « identité arabe ».

Il me faut un certain temps pour concrétiser cette association au sein de mon projet que je souhaite soumettre à

l’UNESCO

basé sur la documentation que j’ai créée sur le site « mlfcham ». Amin Elsaleh 10 déc. 2013

 

I - L’arabe, langue assassinée... par Suzanne Talhouk   

 

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=274:larabe-langue-assassinee

&catid=301:liban&Itemid=447

 

 

II- Un ensemble d'interrogations sur l'identité

arabe par Touriya Fili

 

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1454:que-voulons-nous-un-

ensemble-dinterrogations-par-touriya-fili&catid=349:amour-et-developpement&Itemid=1981

 

 

III- Deux oeuvres du regretté Djamel

Eddine Kouloughli

1. Deux oeuvres du regretté Djamel Eddine Kouloughli
(Mon Patrimoine/Learning)

Djamel Eddine Kouloughli , grammairien érudit et exigent, a enseigné à l'université Sorbonne 3, à l'ENS

de Lyon entre autres. Constitution d'un thésaurus de la poésie arabe autour du diwan de Jamil Butayna:  ...

Mardi, 29 Janvier 2013

 

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1411:deux-oeuvres-du-

regrette-djamel-eddine-kouloughli&catid=314:learning&Itemid=1935

 

 

 

IV-  La continuité; y aurait-il un nouveau

consensus arabe?

. La continuité; y aurait-il un nouveau consensus arabe?  Écrit par Amin ELSALEH
(Editos/Editos 2011)

... l'Espace Méditerranéen" d'un réformateur algérien "Mohammed Arkoun" décédé il y a quelques mois;

4) d'une contribution magistrale à Amsterdam sur les droits de l'homme par l'intellectuel Salam Kawakibi. ...

Dimanche, 09 Janvier 2011

 

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=459:la-continuite-y-aurait

-il-un-nouveau-consensus-arabe&catid=209:editos-2011&Itemid=747

 

V- Penser l'Espace Méditerranéen par  Mohammed Arkoun   

 

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=450:penser-

espace-mediterraneen&catid=210:mohamed-arkoun&Itemid=744

 

VI- Nouvelle version: Les origines de l’Être

dans la langue arabe par Osama Khalil

 

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1247:les-origines-de-letre-

dans-la-langue-arabe-osama-khalil-&catid=344:osama-khalil&Itemid=1752

 

 

VII- PUBLISHED STANDARDS FOR COMPUTER

PROCESSING AND TRANSMISSION IN ARABIC

 

& NEW WORK ITEMS BY AMIN ELSALEH

 

Pour coder l'alphabet arabe en informatique, le processus était long (1978-1984)

car aucune source académique n'a spécifié quel est le nombre de caractères arabes

nécessaires pour pouvoir lire correctement un texte arabe: des sources nous ont dit

28, 29 ,31 et devant cette incertitude j'ai contacté personnellement deux académies:

celle de Damas et celle de Rabat en la personne de Al-Akhdar Ghazal.

Lorsque j'ai posé la question au regretté Rateb Naffakh (académie  de Damas)

la réponse était par une autre question:

pourquoi ne vous êtes pas adressés à nous? Et il m'a expliqué pendant

2h ce que sont les caractères arabes (le groupe de Hamza, Lamalef est

constitué de deux lettres, l'importance des voyelles etc...

et nous sommes arrivés au résultat que le nombre historique devait être

porté à 44).

J'ai soumis mes notes à Al-Akhdar Ghazal,

il a dit textuellement:"si Rateb Naffakh vous a dit cela, je l'approuve entièrement",

il ne le connaissait pas, mais avait beaucoup de respect pour lui, et moi je n'étais que

le messager. Donc l'informatique n'avait rien à faire avec ce que j'ai fait, je suis parti

de la base et le reste ne m'à demandé qu'une période de sensibilisation qui a duré un

certain temps pour obtenir le consensus des pays arabes et des industriels européens.

Amin Elsaleh 

 

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1421:efforts-in-arabization-and-

computers-basic-published-standards-and-new-work-items-by-amin-elsaleh&catid=334:amin-elsaleh-contributions&

Itemid=1944

 

VIII-Edward Said’s Out of Place:

An Anthropological Quest for Identity

by Noha Khalaf

2014-09-26

Edward Said was born in Jerusalem on the 1st of November 1931 and
passed away on the 25th of September, 2003 in New York.

Due to his extensive and remarkable intellectual and scholarly
contribution, as a literary critic and writer, throughout his lifetime,
starting with his major work “Orientalism”, we chose to commemorate
his passing away eleven years ago by publishing this article in
acknowledgement of his contribution to the critical question of
Identity through his book “Out of Place: A Memoir “.

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1556:edward-saids-out-of-place-

an-anthropological-quest-for-identity-by-noha-khalaf&catid=356:noha-khalaf&Itemid=2098



Amin Elsaleh & Noha Khalaf

 

2014-10-30

IX-Situation dramatiques pour les sans abri à

Gaza; et pour les suppliciés d'Alep

 Grâce à Ziad Medoukh en direct de Gaza, et à Nabil Antaki en direct
d'Alep dont la lettre m'est parvenue avec un certain retard; nous
sommes en mesure de suivre régulièrement ce qui se passe dans ces deux
villes martyres, ces deux villes sont le symbole de la résistance arabe
à un déracinement perpétré par les nouveaux barbares:

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1542:gaza-16-juillet-

2014&catid=296:palestine&Itemid=2075



http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1566:lettre-en-provenance

-dalep-en-direct-de-nabil-antaki&catid=294:syrie&Itemid=2108


J'aurais bien aimé associer la ville martyre de Mossoul à cette
chronique, le seul élément que j'ai reçu s'intitule:

Adieu Mossoul et... merci ! Par Majed Aziza 22 juillet 2014 - Chroniques
Mossoul 14, 15, 17 juillet 2014

Ce qui nous manque c'est la "volonté collective" faisant appel à notre
"intelligence collective". Le chemin est long pour mobiliser ces deux
critères et mettre en œuvre un processus de sauvetage de notre
patrimoine identitaire.

N.B. Je pense en permanence à Simone-Lafleuriel Zakri dont la famille de
son mari a tout perdu à Alep et dont les articles nous ont touchés par
leur niveau intellectuel et littéraire de haut niveau, le plus lu reste
"Halap, Comment oublier Alep par Simone lafleuriel-Zakri" avec 3125
vues.

 

2014-11-28

X-ESSAI SUR LES CHRÉTIENS ARABE/

ESSAY ON ARABCHRISTIANS/

3 VERSIONS FR/EN/AR; commentaires

Cher Samir, Chers amis,

Le sujet est crucial, je continue à publier les commentaires dont celui de Samir.

http://mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1568:if-christians-are-the-lung-of-
islam-isnt-their-absence-claustrophobic-&catid=352:correspondance&Itemid=2109

Amin

Le 2014-⁠11-⁠23 11:22, Samir a écrit :
Cher Amin,

Tu as raison de publier de tels textes.
Je dirai même que le problème n'est pas celui de la coexistence de l'Islam
et du christianisme, mais spécifique au wahhabisme et aux mouvements
salafistes et takfiristes qui en découlent. Ceux-ci sont intolérants envers
toute les autres minorités ou majorités : laïques, chiites, Alaouites,
Druzes, Ismaeliens, juifs, yezidis, soufites, etc. Acceptent-ils même au
fond les quatre grandes écoles du sunnisme ?
Tant qu'ils prévaudront, le Proche-Orient ne pourra connaître la paix, ni
reconnaître son identité...
Amitiés,

Samir


De : Amin Elsaleh < This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it >
Date : Sun, 09 Nov 2014 12:25:05 +0100
À : <undisclosed-⁠recipients:;>
Objet : ESSAI SUR LES CHRÉTIENS ARABE/ ESSAY ON ARAB CHRISTIANS/3 VERSIONS
FR/⁠EN/⁠AR

Chers amis,

Une dizaine de jours ont été nécessaires pour reproduire le texte
d'origine arabe en version anglaise puis française grâce à la
persévérance et la culture parfaitement tri-⁠lingue de mon ami Mansour
Farah pour qui j'ai beaucoup de respect et d'estime: nous avons partagé
ensemble le 1er projet euro-⁠méditerranéen dans le domaine du commerce
électronique fin 90. Qui aurait cru en ce moment que la Syrie était
parmi les pays émergents un des pionniers de l'IT à cette époque?

Revenons à notre essai. Pourquoi ces deux versions en plus de la version
originale AR?

Tout d'abord je tiens à remercier Nicolas Chahine et son ami Dr. Labib
Kemhawi pour cet essai d'une grande valeur illustrant l'histoire moderne
de notre région, une région tourmentée par l'après Sykes-⁠Picot qui
constitue la vraie menace de ce 21ème siècle et dont uniquement
l'intelligence collective des arabes pourra déjouer cette stratégie
violente et destructrice de notre héritage culturel.

Un des moyens de diffuser la pensée contemporaine est la double
traduction AN/⁠FR.

Quant à vous chers lecteurs, n'hésitez pas à noter cet essai trilingue
pour encourager ce genre de publications d'une grande valeur
intellectuelle et historique. Bien entendu vos commentaires seront
publiés comme cela était le cas pour d'autres articles.


Avec mes amitiés
Amin


 

2013-12-05

XI-the fight for identity retrieval أحمد حلمي باشا

Dear Ghassan,

What you did is a wonderful gift which I published at once:

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1488:----l--rlalbanais-

qui-est-devenu-le-president-du-premier-gouvernement-palestinien-le-25-sep1948&catid=296:

palestine&Itemid=2014

I am sending this email to Yousef Nusseir too, who knows a part of my story. My emotion & sorrow are of a higher

degree, I shall translate soon some extracts of Ahmad Hilmi biography to french though I am a bad translator.
My arabic play "Ismi Ezzeddine" is a homage to those who are faithful to their Palestinian identity , my last

french play "La justice des immortels"unpublished & unfinished is aligned with this concept  too.

The two plays are part of my testimony.

Thanks Ghassan
Amin

2014-09-11

XII-Elegy to ALisar Iram by Yassin Al Haj Saleh

في وداع أليسار إرم (arabic text + EN version)

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1551:2014-09-08-09-49-41&

catid=350:alisar-iram&Itemid=2092

 

 

Dear Friends,

Alisar left us the 29th of july. One of her friends wrote an elegy in
arabic. since a part of her closed friends are UK citizens, I waited for
the english translation which I received some time ago, but I couldn't
publish it immediately for some reasons, one of them : life is too much
absurd. The next step of my program on Alisar's heritage is to develop
the huge work she left to us through possibly an exhibition, publishing
some of her poetry and a new website, which seems difficult to carry out
without support from her closed friends.

Yours

Amin

editor's note: the event took place in Paris from 9-12 april and is reported at the start of this essay.

 

2014-05-31

XIII- 2 articles en arabes par deux

intellectuels arabes

 Chers amis,

Ci-joint deux articles en arabe par deux grands intellectuels arabes:

"Congé indeterminé pour la révolution égyptienne par Charif Rifai "

الإجازة المفتوحة للثورة المصرية

de Charif Rifai:

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&

id=1533:conge-indetermine-pour-la-revolution-egyptienne-par-charif-rifai

----&catid=270:egypte&Itemid=2065

ET

الأسطورة و ثورة الشعب السوري

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1532:2014-05-28-16-17

-11&catid=294:syrie&Itemid=2064


Par Khairat Al-Saleh

Les deux auteurs sont connus de notre site. Quel est le dénominateur
commun entre les deux intellectuels? l'amour de leur pays et leur
révolte contre l'injustice. La grande question est: quels sont les
prérequis pour que cette révolution puisse avoir lieu?
Vous trouverez dans la rubrique "amour et développement" 33 articles
décrivant ces prérequis, hélas mlfcham est à sa 5ème année, il reste
beaucoup à faire pour faire renaître:
الوجدان العربي من خلال اللغة والهويّة Arab linguistic & identity
awareness/La conscience arabe linguistique et identitaire

Avec mes amitiés
Amin

 

 2014-05-21

XIV-"L’Épilogue Andalou de Mahmoud Darwich"

Invitation à la soirée dédicace le 24 mai 2014

Chers amis,

Le livre tant attendu de Raba Hammo "L’Épilogue Andalou de Mahmoud
Darwich" est sorti en librairie, vous êtes attendu le samedi 24 mai pour
une rencontre avec l'auteure suivie d'une soirée poétique et musicale:

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1528:-invitation-
a-la-soiree-dedicase-lepilogue-andalou-de-mahmoud-darwich&catid=93:livres&Itemid=2060

Présentation du livre en arabe et en français:
1) A propos de ""المشهد الأندلسي للشاعر محمود درويش" texte en arabe

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1529:a-propos-de
-sortie-de-livre-lepilogue-andalou-de-mahmoud-darwich&catid=93:livres&Itemid=2062

Avec mes amitiés
Amin Elsaleh

Note: Raba Hammo est référencée dans mlfcham sous le nom "Rabi'a
Hammou", son article: "Identité et altérité dans le recueil «Onze
astres» de Mahmoud Darwich" publié le 24 fév. 2014 est visité 305 fois.
Lors de mon intervention sur radio orient le 18 déc. 2013, j'ai relu ce
qu'elle m'a écrit sur Mahmoud Darwich qui avec Edward Said, constituent
un des piliers de la pensée palestinienne contemporaine. Merci à Rabi'a
(Raba) pour sa recherche qui m'a apporté personnellement une
connaissance approfondie de Mahmoud Darwich. Je suis en attente de lire
son livre.

 XV - Ibn Khaldoun et Tamerlan;

réponse de Aek Abid ;

réponse de Hassan à Aek et à Adib لا عدوان إلا على الظالمين

 

Bonjour Adib, Hassan, Amin et bonjour à toutes et tous
 
 Comme le dit si bien hassan – moi aussi je tiens à « exprimer mon admiration
à ce forum d'échange qui doit être (et je le suis complètement d'accord) 
inspiré par une pluridisciplinarité d'approche qui embrasse la cognition ,
la transmission et enfin sur l'arbitrage comparatif de l'histoire entre ce qui
s'est révélé (après coup, parfois après des siècles)  bien, moins bien, mal ,
moins mal etc... »
Bien sur c'est l'approche cognitive qui connait ces derniers temps –
une mise sur le devant – en rapport avec une évolution de la société en
rapport avec toutes les innovations depuis principalement la 2ème guerre mondiale.
 
Mais hassan semble en désaccord avec le rapport chez Saul Alinsky 
entre révolution et révélation.
Je crois qu'il faille plutôt trouver l'articulation entre révolution et révélation
un peu comme amin cherche à trouver la bonne articulation entre
« variable lente et variable rapide »
 
Quand à Adib il exprime son accord en  disant que «  l'idée d'après laquelle 
"IL IMPORTE DE NE PAS BRISER D'UN SEUL COUP LES TRAITS DE
L'EXISTENCE QUOTIDIENNE" renvoie aux philosophies de la continuité
qui sont celles de Léonard de Vinci et de Wilhelm Leibniz: la Nature ne fait
pas de bonds, à son image il faut que nous aussi nous agissions en douceur...
Espérons que les guerriers de tout bord agissent ainsi. » commentaire Par
Adib Hathout reçu le 13 sep.(ndlr)
 
Personnellement je pense que ce que dit
-        Adib est juste
-        Ce que dit Hassan est juste
-        Ce que dit Amin est juste
Mais pour reprendre ce que dit Amin il faut trouver le juste rapport entre
« ce qui est lent et ce qui est rapide »
   
Pour ma part je travaille plutôt sur le
-        Le changement « lent »  et plus particulièrement  foncièrement
     son « processus »
-        Avec ses manifestations « rapides »  (les différentes étapes)
-        Et plus particulièrement sur les « acteurs » de ce changement
Mais même les acteurs –est trop large – cela va en effet des jeunes,
des femmes, du monde du travail, le monde de la finance, le monde des artistes,
le monde paysan etc..
Pour ma part
-        Je m'intéresse plus particulièrement à une catégorie d'acteurs à
savoir les « universitaires, intellectuels et élites »
en  focalisant surtout sur le « rôle des élites. »
C'est un peu le travail fait avec Fatima et Osama du scribe l'harmattan,
nabni et des amis syriens et libanais.
Je reviendrai après sur un modèle pour ces élites – le modèle de Ilya Prigogone
(prix nobel de chimie 1977) pour expliquer ce qui se passe actuellement en ...Syrie.
 
Amicalement
Aek abid


Le Samedi 20 septembre 2014 6h55, " This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it "  a écrit :



Cher Hassan,

Je viens de publier ton commentaire:

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1549:ibn-khaldoun-et-tamerlan-

enseignement-pour-les-arabes-daujourdhui-&catid=349:amour-et-developpement&Itemid=2090

et je m'adresse aux intéressés (Aek et Adib) en copie de ce courriel et
à tous ceux qui souhaitent se joindre à ce forum "d'intelligence
collective
" pour éclaircir des événements aussi sensibles qui menacent
notre avenir.

Avec mes amitiés
Amin

Le 2014-09-19 20:26, Hassan Zineddin a écrit :
« ILS NE CHERCHENT PAS UNE RÉVOLUTION, MAIS UNE RÉVÉLATION » SAUL
 ALINSKY_
"""UN MAL QUI ÉVITE UN PLUS GRAND MAL EST UNE ESPÈCE DE
 BIEN""" __WILHELM GOTTFRIED LEIBNIZ_

 BONJOUR AMIN, BONJOUR AEK, BONJOUR ADIB, BONJOUR TOUT LE MONDE
 D'abord je dois exprimer mon admiration à ce forum d'échange qui doit
être (ET LE JE SUIS COMPLÈTEMENT D'ACCORD) inspiré par une
pluridisciplinarité d'approche qui embrasse la cognition , la
transmission et enfin sur l'arbitrage comparatif de l'histoire entre
ce qui s'est révélé (APRÈS COUP, PARFOIS APRÈS DES SIÈCLES) bien,
moins bien, mal , moins mal etc...
Cela étant je me je me permet de nager contre courant vis à vis de mes
deux interlocuteurs (je me sens adressé) et je commence par Aek et sur
les deux points suivants :
 1) Il veut distinguer entre révolution et révélation avec une
 logique d'exclusion (soit l'un soit l'autre)ce qui est est difficle à
 démontrer
 2) Il contredit le passage forcé et unidirectionnel de la révélation
  (SOIT VRAIE OU FAUSSE COMME DAESH PAR EXEMPLE) à la révolution
puisque faire déclencher une révolution nécessite une quantité
d'énergie que seul une révélation peut dégager...
 Quant aux argument d'Adib je pourrais être d'accord sur l'équation
MOINS MAL = BIEN qui a donné raison à notre Ibn Khaldoun à l'époque
 mais pas forcement valable aujourd'hui après de longs siècles... et
Ibn Khaldoun serait le dernier de recommander une telle extrapolation
 interdite par le côté transmis de ses conviction (EN L’OCCURRENCE LE
CORAN) qui ordonne - PAS SEULEMENT PERMET OU TOLÈRE - de le relire le
 texte pour pouvoir toucher une révélation naviguant dans l'espace et
 le temps (الإجتهاد)
Adopter cette attitude envers LE TAMERLAN CONTEMPORAIN (ISRAEL) - ce
que je pourrais comprendre de cette ligne de conclusion - serait
 passer outre une expérience qui a assez duré (depuis Oslo) et qui a
 fait sa preuve pas de passer de mal à moins mal mais de mal à
 d’inconcevablement pire...
 Être sage est toujours bien , être posé c'est toujours mieux mais
 parfois c'est juste être sage et posé qui fait appel à prendre le
 choix ultime " celui de l'épine (ذات الشوكه)" où seul se défendre peut
le justifier : "seuls les AGRESSEURS (au sens figuré large) peuvent
être AGRESSÉS (au sens propre)" لا عدوان إلا على الظالمين
Bon weekend à toutes et tous
 HASSAN
 Date: Fri, 19 Sep 2014 15:00:33 +0200
From: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

Subject: réponse de Aek Abid au " fruit de l'intelligence collective"
 
 Chers amis,
 
 L'intitulé de mon article est: "
 
 Ibn Khaldoun et Tamerlan Enseignement pour les Arabes d'aujourd'hui "
 je
 viens de publier le commentaire de Aek Abid qui commence par: "je
 voulais partager et construire cette "intelligence collective" à
 travers
 cette petite réflexion sur Saul Alinsky", ce même commentaire est suivi
 par un petit commentaire par Adib Hathout . Vous trouvez l'article et
 les deux commentaires en suivant le lien:
 
 http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1549:ibn-khaldoun-et

-tamerlan-enseignement-pour-les-arabes-daujourdhui-&catid=349:amour-et-developpement&Itemid=2090
 
 Bien entendu tous les commentaires y compris l'introduction magistrale de Aek Abid:

"réponse de Saul Alinsky au " fruit de l'intelligence collective- le changement : comment procéder ?

seront consultés à travers le  lien ci-dessus.
 
 Avec mes amitiés
 Amin

 XVI-Interview sur radio Monte Carlo suite à la lecture de

mes pièces à l'IMA /

About my plays reading at Arab World Institute (IMA)

Interview at Monte Carlo International broadcast

Commentaires d'Anis Balafrej et de Christian Amphoux

 

Le 2014/07/19 à 11:55, " This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it " a écrit :

Chers amis/Dear Friends

Grâce à Fatima Guémiah j'ai pu rencontrer Gaby Lteif qui m'a interviewé
sur radio Monte-Carlo, j'exprime ma reconnaissance à Fatima, à Gaby, à
l'IMA et à tous ceux qui m'ont aidé à réaliser ces deux lectures, ils
sont plusieurs et présents dans mon esprit en permanence; voici le lien:

Thanks to Fatima Guemiah I could meet Gaby Lteif who interviwed me at
radio Monte-Carlo, I am grateful to Fatima, Gaby, l'IMA and to all those
who helped me to carry out the two readings, they are many but remain
present in my soul permanently, pls follow the link:

http://mc-d.co/1nx7tOZ

Amin

2014-07-19

Merci Amin. J'ai écouté ton interview. Je la trouve tres interessante. 
La peur a détruit pendant des décennies (voir des siècles) dans notre monde arabe, tout potentiel de production
culturelle, scientifique, artistique...et tout effort (ijtihad) pour combattre le dogmatisme religieux et rappeler
la primauté de la liberté dans l'existence humaine.
Après le printemps arabe, on a dit que la peur a changé de camp. C'est vrai dans un laps de temps court. Le temps
que les pouvoirs réinventent de nouvelles formes de terreur de masse, comme en Syrie, en Irak, en Egypte, en Lybie, etc..
sous la conduite des grands "maitres" du "chaos créateur" (الفوضي الخلاقة) sioniste et néo conservateurs américains, qui ont fait
des émules en France et ailleurs...le seul moyen d'assurer la survie d'Israel dans un contexte hostile, pensent-ils, est de
détruire la civilisation millénaire qui l'entoure et qui a présidé a l'émergence du monde arabe et de ses valeurs de progrès.
Pensée vaine, mais qui nous fait reculer de plusieurs décennies.
Amitiés

Anis 
 
2015-05-25
 
Si je comprends bien le raisonnement de l'extrait que tu cites, la contre-révolution arabe serait un coup monté
des Américains pour sauver Israël. En dehors du parti pris un peu sommaire de l'auteur, je pense qu'on pouvait
avoir un jugement aussi négatif de la Révolution française avec un recul aussi court.
Elle a aussi débouché sur une folle terreur en passant par des abominations comme les massacres de Vendée;
puis il y eut l'empire et la Restauration... De quoi ne plus y croire ! Pourtant, la France est sortie de l'ornière
de l'ancien régime avec la République.
La Tunisie  n'est pas à l'abri d'un recul, la France en a connu plusieurs... mais elle les a dépassés, et la
conscience populaire en Tunisie va dans le même sens.
Le problème d'Israël est ailleurs : l'identité juive exacerbée par la Shoah rend ce peuple incapable de s'intégrer
au monde environnant. Là encore, l'avenir d'une telle politique est sans espoir à long terme, il faudra un jour
choisir entre s'entendre ou partir. La civilisation du Proche-Orient n'est pas à la merci de quelques projets
funestes conçus par les barbares de l'EI ou quelque puissance occidentale jeune et contrainte de recourir
à un armement conventionnel. Le temps ne joue pas en leur faveur.

Affectueusement, Christian 
 

XVII - Les Vaincus de Charif Rifai

 
2013-09-24


                                                               المهزومون!

 


                      كتب الراحل بشير العظمة كتابه الشهير "جيل الهزيمة" في التسعينيات من القرن المنصرم، تحدث عن طفولة تحت الاحتلال العثماني، وشبابٍ تحت الاحتلال الفرنسي، ثم عن

                     جيل الخمسينات  الذي عاصر الوحدة المصرية السورية وهزيمة ١٩٦٧. كان يرى أن الهزيمة أكبر من أن تكون عسكرية أو سياسية، وكان يحاول ببساطة أن يضع اصبعه على

                    مايؤلم في مجتمعاتنا وجهلنا  وحكامنا. 

                    قدم رسالة (وصية؟) غاية في الصدق. توجه في تقديم كتابه الى أحفاده، ولعله كان يتأمل أو يحلم أن تكون الأجيال التالية أقل هزيمة، أقل شحوباً وأكثر أملاً في المستقبل.

                    لم يحصل!

                    مازلنا نُهزم! كيف ونحن محاطون بالمنتصرين؟ بين من يعدنا بالإنتصار، ومن يعلن الإنتصار ومن يعتبر أننا لا بد سننتصر... لماذا تحيطنا الهزائم من كل جانب؟

 

                    فتاة يمنية في الثامنة من عمرهاماتت ليلة زفافها الى أربعيني دخل عليها فنزفت حتى الموت. على الأغلب ستُلفلف القضية، فشرف القبيلة رفيعٌ وعاهر و لا مكان لمثل هذه التفاصيل

                    أمام

                    الموت  الكبير والبلاد المحترقة، هو القضاء والقدر. سيدخل الأرمل الفحل على أخرى أشد احتمالاً وسنسير بين التفاصيل المطمورة. حصل هذا بعد الثورة وبعد سقوط الحاكم.

                    إذا لم تغير

                    الثورة هذا فلم قامت  أصلاً؟

 

                    بدأت الثورات، فجرها شئ ما، أسطورة البوعزيزي أو كمية لا تحتمل من القهر. سقط الأول (التونسي) الطاغية، ثم الثاني (المصري). السرعة قياسية، والثمن زهيد.

                    بقي الموت في حدوده   المقبولة،عشرات، مئات، للحرية الحمراء بابٌ  ولوجه متاح! عمَّ التفاؤل. عند الثالث (الليبي) حصل القتل ثم السحل مدعوماً بالأقمار الصناعية الراصدة

                    وصرخات الفرح والإنتقام الذي لم يؤكل باردا هذه    المرة.

 

                    في تلك الأثناء، قامت ثورات منسية: اليمن محمية سعودية وللمَلكِ المُلك والكلمة الفصل ورضاء (تواطؤ ) الكبار والأقنية الفضائية الثرية. يذهب الرئيس... يأتي آخر،

                    لامشكلة تُحل،

                   لا مشكلة أصلاً،  فقط القاعدة وتلك لها الطائرات بلا طيار. لاشئ يذكر خلا موت المنسيين، ثم ننسى كلنا. وحدهم عشرات القتلى الروتينيين يذكرونا أن البلد السعيد تتناقص

                    مساحات

                   سعادته التاريخيةالمعلنة!

 

                  البحرين قصة أخرى، هنا لاثورة، مجرد شغب وسمو الأمير شديد الكرم، ولا بطش إن لم ترصده قناة الجزيرة، ولاموت إن لم يعلنه الرئيس الأسمرصاحب نوبل للسلام،

                  الوحيد الذي حاز

                 على اللقب كقرضٍ يسبق الفعل،  دفعة تُسلم على النية... في المنامة المهزومون أشباح، لهم مجلس تعاون الخليج ...لا مؤتمرات أصدقاء ولا مجالس وطنية مطهمة ولا وجوه

                 تعتلي المنابر

                وتحتكر التمثيل (الشرعي والوحيد). 

 

                   سوريا استثناء متوحش. في البداية قلنا سلمية، فقال الحاكم مؤامرة وأشهر السلاح ووعد بالإنتصار. امتلأت السجون والمقابر، ثم حدث أنه لم يعد يحتكر السلاح وجاء

                  من يعد بانتصار

                  من نوعٍ آخر! ثم أُقحم الله عز وجل، الذي هو أكبر من كل شئ، وضعوه على حد السكين، وصرخوا بكبره فتساقطت الرؤوس. انكفأ السلميون أو قُتلوا أواعتقلو، ومن تبقى

                  يتسلى بعَّد

                  الموتى ولوك الجرح وصفحات الفيسبوك. الأنين يخترق الجدران ويمنع الخدر اللذيذ، والمأساة أكبر من خيال الشاعر! الحرب الكبيرة استولدت حروبها الصغيرة ودويلاتها

                  التي تُمارس

                  استبداداً من طراز جديد، وألوية بتسميات مختلفة، وبين الجميع مجازر و مهجرون و مشردون وقتلى. 

                 ثم هناك الحكم، مهيمن، غائب، حاضر، بارع في لعبة الوقت المستقطع وصائد ماهر لتناقضات الخصوم. لكنه لم يعد "فوق الجميع" هو الآن طرف بين أطراف حتى وإن مازال أقواها.

 

                 يخطأ من يعتقد أن تسليم الكيماوي السوري نصرٌ أو هزيمة، هو ليس أكثر من حلقة جديدة، مثيرة وشيقة، من مسلسل هزائم متوالية.

                 أول طلقة رصاص هزيمة وأول معتقل هزيمة وأول شهيد هزيمة وأول لاجئ هزيمة... أن تفشل سوريا بالعيش المشترك هزيمة كبرى، وأن تحصل فيها مجازر طائفية هزيمة...

                 وأن يهدد

                 البلد في وحدته وكيانه هزيمة الهزائم.  أن تنتصر اسرائيل (هل يذكرها أحد؟) دون حرب ودون ثمن هزيمة للجميع. إدعاء الانتصار إهانة وهزيمة. لقد تجاوزت سوريا ثنائية

                الانتصار والهزيمة

                الى احادية الوجود او اللاوجود.  مرعب أن يعتقد كل طرف أنه لامجال للتراجع وأن حربه هي الأخيرة. هذا يعني  استحالة الإنتصار، وأن ثمن الحسم هو التسليم بنهاية

                البلدالمتهاوي وفتح

                احتمالات تشرذمه الى أجيالٍ قادمة. 

   

               هل  لاتزال المصالحة ممكنة؟ ومن يتصالح مع من؟ الشعب مع النظام؟ الطوائف فيما بينها؟ الطبقات؟ الريف مع المدينة؟ القاتل مع القتيل؟ السجان مع السجين؟

               أين تذهبون بسوريا، وأية سوريا

               مع كل هذا!

 

               "لاخلاص من النفق المظلم المسدود إلا بتنشئة أجيال جديدة" هذه احدى خلاصات الدكتور بشير العظمة، ويضيف أن الجيل الجديد الذي يبشر به هو نقيض جيله.

               أصاب أكثر مما توقع هو نفسه،

                وبعد أن عايش جيله الاستعمار والاستقلال، وبعد أن عايشت الأجيال التي تلته الحزب الواحد وغزو لبنان وحربي العراق والجرح الفلسطيني المستديم،

                هانحن نربي أجيالنا الجديدة على الموت

                والتشرد والحقد ومشاهد الموت العبثي.

                لاشئ يوحي أن نهاية النفق المظلم المسدود الذي رآه صاحب "جيل الهزيمة" قريبة. لاشيء!   

 

XVIII- J'ai passé un beau dimanche avec Adonis

 2014-06-03

Chers amis,

Le titre de cette nouvelle contribution:


مدارات - لفظٌ يوحِّد، وعملٌ يبدِّد Adonis: Unis dans la parole et désunis dans l'action

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1534:-adonis-unis-dans-la-parole-et

-demultiplies-quant-a-laction&catid=104:adonis&Itemid=2066

Amin

N.B. Le recueil le plus lu d'Adonis est:
"Chansons de Mihyar le Damascène" publié le 26 avril 2010 dans poètes arabes - Adonis
646 p. en arabe -⁠ visité 2479 fois

 

XIX- THE ANTHROPOLOGY OF MORALITIES

Edited by Monica Heintz(1)

2014-05-30

Dear Friends,

Monica Heintz has already published "studying Morality in Anthropology" the 6 feb. 2014, an article viewed 1089 times

which is a good score for our site. Monica is more than an anthroplog, she is a playwriter, an actress & a producer.

The following link describes a summury of a book edited by Monica:

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1531:the-anthropology-of-moralities-

edited-by-monica-heintz&catid=93:livres&Itemid=2063

(1) Une référence de base pour mettre en place le projet de "villes vertueuses" (voir chapitre XX) est l'article écrit pour mlfcham par l'anthropologue Monica Heintz:

Monica Heintz – Studying morality in anthropology: I- What is ‘morality’? II- Universalism versus Cultural Relativism III- The Question of Freedom in anthropological research IV- Conclusion- Comment " by Amin Elsaleh

 XX -  De Sykes-Picot à Daech, un siècle de faillite étatique au Moyen-Orient par Rida Benkirane;

projet de "villes vertueuses" par Amin Elsaleh
 

2015-05-09 12:46

 

Chers amis,

 l'article de Rida Benkirane (ci-joint) est une analyse approfondie de grande

valeur de la situation  au PO, j'aimerai que toutes ces analyses plus ou moins pessimistes quoique réalistes débouchent sur des propositions de solutions

comme celles citées dans mon projet de  "villes vertueuses".

Dans le modèle stochastique auquel deux personnes  ont réagi:

 Anis Balafrej , avec qui j'aimerai échanger nos points de vues
 lors d'une possible rencontre à Paris,

 Gérard Wormser qui m'a invité grâce à l'intervention de Touriya Fili

au "Colloque participatif: Mondialisation et éditorialisation"; 

Gérard a parcouru mon  essai sur le modèle stochastique, et j'ai eu avec 

lui une riche discussion  de mon projet "villes vertueuses":

http://mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1600:

la-thematique-l-reseaux-de-connaissances-r-quel-type-de-projets-sy-

inscrivent-&catid=334:amin-elsaleh-contributions&Itemid=2138

 j'essaie de trouver des solutions à travers ce modèle stochastique
qui quelque soit les "triggers", du type "Daech" et autres,ne peut aboutir
à une "false convergence"; même si l'histoire de notre peuple a été
 bafouée depuis ce fameux accord de Sykes-Picot auquel j'ai réservé
un rappel depuis, le 15 février 2011:

http://mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=

article&id=565:-q-q-&catid=273:vision&Itemid=875

et pour lequel je consacre des efforts en faisant appel à une démarche

participative pour arrêter le processus de destruction de nos villes

vertueuses en Palestine,Irak, Syrie,Libye,Yémen...et pour démarrer la

reconstruction du tissu social dans ces villes qui se vident de leur

population dont la plupart ont choisi le chemin périlleux et humiliant

de l'exil, le projet s'intitule:

project on knowledge Networks and virtuous cities rebuilding

auquel vous êtes appelé à participer.

 

 Avec mes amitiés
 Amin



 Chers Collègues et Amis - Dear Colleagues and Friends
 
  Ci-dessous et ci-joint un article récent montrant que Daech n’est
  en fait qu’une ‘longue traîne’ historique résultant des
  accords Sykes-Picot qui ont déterminé, depuis un siècle et
toujours
 pour le pire, l’évolution politique du Machrek.
 
  
Below and attached a recent paper which shows that Daech is nothing
  else than a historical ‘long tail’ resulting from the Sykes-Picot
  agreement that constrained - since 1916 and always for the worst -
the
  political evolution of the Middle-⁠East.
 
  
Bien à vous – All the best
  RB
 
 
.........................................................................  
 
  Daech, un monstre que l’Occident a rendu possible
  Le Temps , Genève, 28 avril 2015
 
  La barbarie du groupe djihadiste Etat islamique (Daech) et ses
  soutiens locaux populaires s’expliquent en partie par
  l’interminable descente aux enfers des Etats du Moyen-Orient. Cette
  entité hybride qui a l’allure d’une monstruosité
  théologico-politique n’a pu prendre forme et consistance que sur
  les aberrations et les atrocités commises par des Etats, décidés
et
  dessinés par l’Europe au siècle dernier, n’ayant jamais connu
  que des décennies de guerres régionales, civiles, confessionnelles.
  Daech est en quelque sorte le débouché logique de ce destin maudit
  d’Etats faillis, de facture coloniale ou américaine comme dans le
  cas de l’Irak.
 
  Daech est une sorte de créature à la Frankenstein, un bâtard
  enfanté par la puissance maléfique de Bachar el-⁠Assad, maître
  absolu de la Syrie, en libérant de ses geôles des centaines
  d’extrémistes, et de George W. Bush, occupant de l’Irak en 2003,
  et dont le père avait lui-même soumis le pays en 1991 à une guerre
  sans précédent à la tête d’une coalition internationale et
  assortie d’un embargo onusien ayant fait plus d’un million de
  morts. Daech doit également son essor à une bienveillance
  turco-séoudio-qatarie (voire kurde) et surtout à des financements
  privés en provenance de toute la péninsule Arabique.
 
  Cette nouvelle campagne internationale contre Daech est une
  répétition de ce que la région a connu avec la lutte contre
  Al-Qaida, la maison mère du terrorisme djihadiste qui, comme chacun
  sait, est la fille illégitime de la CIA, conçue dans les années
  1980 lors de la guerre contre les Soviétiques en Afghanistan. Et,
 bien entendu, les références idéologiques et doctrinales de Daech
  et d’Al-Qaida proviennent de la matrice du hanbalo-wahhabisme,
  courant théologique sécrété par l’incontournable allié
  occidental saoudien qui a opéré une véritable OPA – au sens le
 plus financier du terme – au sein de l’orthodoxie sunnite.
 
  Si donc Daech est le syndrome démoniaque du Levant, la cause
  structurelle du mal moyen-⁠oriental est l’inviabilité des Etats de
  la région, Israël y compris, qui les entraîne vers un collapse
 géopolitique majeur.
 
  Ce qui se passe au Moyen-⁠Orient est, en tout premier lieu, la
  conséquence d’un déterminisme historique, entamé, dans un
premier
  temps, lors des accords Sykes-⁠Picot en 1916 pour le partage et la
  domination de la région par l’Angleterre et la France et, dans un
  second temps, en 1945, suite à l’accord stratégique scellé entre
  le président américain Roosevelt et le roi Abdelaziz Ibn Saoud,
  accord qui dicte jusqu’à aujourd’hui le partenariat entre la
  tribu régnante des Saoud et l’Occident. Ce qui se joue
actuellement
  dans la région concerne, en second lieu seulement, les conséquences
  – pour l’essentiel la répression par tous les moyens
nécessaires
  – des révoltes sociales déclenchées en 2011. Deux processus
  historiques, de longue durée mais asynchrones, interfèrent: l’un,
  le fait colonial et ses suites encore actuelles, et l’autre, celui
  de la répression des mouvements sociaux arabes qui, eux, étaient le
  produit de luttes anciennes pour les droits de l’homme et la
  démocratisation de régimes autoritaires, claniques et népotiques.
 
 La partition du Moyen-⁠Orient sur les ruines de l’empire-califat
  ottoman (qui, lui, avant les drames sanglants liés à son
  nationalisme Jeunes-Turcs, avait su gérer sa diversité culturelle,
  linguistique ainsi que son paysage religieux multiconfessionnel)
reste
  ce cadre périmé dessiné par les puissances mandataires d’il y a
  un siècle. Ces puissances ont joué des particularismes, des
  minorités, des ethnies et des confessions, en essayant de les
  insérer via des idéologies (sionisme, arabisme, islamisme) dans des
  Etats pensés à la lumière de nationalismes étroits.
 
  Les puissances occidentales, qui dictent toujours les règles du jeu
  via des pétromonarchies (considérées comme des pions au regard des
  opinions publiques arabes), manquent d’imagination politique et
  reviennent toujours à leurs tristes tropismes. Dès l’époque des
  accords de Sykes-Picot et de la Déclaration Balfour (1917), elles
ont
  cherché à édifier des «foyers» et autres «Etats» sur des
  prémices bancales, pseudo-nationales et à base ethnico-religieuse.
  On notera la constance de l’attitude des nations sécularisées
  occidentales dans l’insémination, l’enfantement et le soutien de
  deux Etats installés sur les Lieux saints des monothéismes qui
  demeurent les deux principaux pôles de tension dans la région:
  Israël et l’Arabie saoudite. D’un côté l’«Etat juif» –
  qui malgré son incomparable puissance militaire et nucléaire n’a
  de cesse de se percevoir toujours en survie, isolé, menacé – et
de
  l’autre l’«Etat islamique» taillé sur mesure pour une tribu,
  les Saoud, dont les chefs se sont autoproclamés «gardiens des Lieux
  saints». Israël, vis-à-vis du peuple palestinien, demeure de fait,
  soixante-sept ans après sa création, un Etat colonial. Les
  Occidentaux ne remettent jamais en cause sa politique répressive,
ses
  crimes de guerre et ses violations des droits international et
  humanitaire. Par ailleurs, l’Etat islamique saoudien, cœur
  idéologique de mouvements intégristes violents sévissant de
  l’Asie centrale au Sahel, active une guerre confessionnelle contre
  les musulmans d’obédience chiite. Même après les attaques du 11
  septembre 2001 (le fait de terroristes pour la plupart saoudiens), ni
  les Etats-Unis ni l’Europe n’ont remis en cause leur soutien à
  cet Etat islamique qui jusqu’à ce jour décapite, ampute, bafoue
  les droits de l’homme et dénie tous ceux de la femme. Quand on a
  cet arrière-plan historique en tête, on ne peut que conclure à
  l’hypocrisie des chancelleries occidentales dans leur attitude face
  à la revendication d’un nouvel Etat islamique au Levant que ni
  leurs forces militaires implantées sur le terrain ni leurs services
  de renseignement n’auraient supposément vu venir…
 
  L’effondrement actuel des Etats du Moyen-Orient, le soutien
  inconditionnel à Israël et à l’Arabie saoudite, l’invasion de
  l’Irak et la mise en place d’un gouvernement inapte et corrompu,
  la présence permanente de bases militaires américaines,
britanniques
  et françaises font que nous sommes en présence d’une situation
  coloniale qui persiste indéfiniment. Des «Etats» (faut-il appeler
  ainsi des entités quasi entrepreneuriales aux mains d’oligarchies
  familiales?) ont été créés juste pour que les ressources en
  énergie fossile soient vendues aux puissances tutélaires très en
  dessous de leur valeur réelle. Bien évidemment, les sociétés du
  Moyen-Orient sont les premières responsables de cette
  colonisabilité, car elles n’ont jamais pu ou su transcender leurs
  divergences, fédérer leurs résistances, opposer des
contre-modèles
  viables, renverser leurs despotes, renvoyer leurs tuteurs
  internationaux.
 
  Avec les révolutions sociales arabes, nous étions propulsés vers
  un avenir ouvert et possibiliste, sans violence ni terrorisme (car
  tout simplement hors sujet). Mais avec la scénographie sanguinaire
de
  Daech, nous sommes confrontés à la mise à nu des mécanismes
  d’effondrement et de l’impasse géopolitique de la région et de
  ses alliés occidentaux.
 
  Réda Benkirane *
 
  Thème connexe :
 
  Après l’Orientalisme: l’islamologue en tant qu’agent de
  renseignement
  Intervention au colloque "Orientalismes/Occidentalismes. Autour de
  l'œuvre d'Edward W. Said",
  Ecole Normale Supérieure, Lyon, 15 mai 2014
  http://www.archipress.org/reda/?page_id=1214
 
  * Chercheur associé au Centre on Conflict, Development &
  Peacebuilding (IHEID, Genève) et au Centre Jacques Berque (Rabat).
  Dernier ouvrage paru: Démographie et géopolitique. Etude critique
  des travaux d’Emmanuel Todd , Paris, Hermann, 2015.
  http://www.archipress.org/?page_id=1076
 
 

XXI -  WHY I AM SO ATTACHED TO AL-FARABI HERITAGE? The link with my current project of virtuous cities

Le 26 janv. 2014 à 11:36, This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it a écrit :

Dear friends,

Could this be an added value of Al-Farabi (the second master after Aristotle)?

"Prophetic Knowledge and Symbols (Chapters 14 and 17)

Essentially, prophecy is the means by which the highest form of knowledge possible, as present in the acquired intellect

of a philosopher, can be represented through imitation to the rest of humanity who could not otherwise understand or

attain to it because their intellects are only potential. This imitation is effective in getting this knowledge (or truth,

because it is indisputable) across because it is based upon the sensibles of the prophet, which are those things he has

experienced during his life and stored in his memory. As such, they can be assumed to be understandable to those around

him because they will fall within the general experience of their social context. Furthermore, these imitations (or 'symbols

of the truth,' as al-Farabi calls them) will be combined by the prophet into an overall system of imitations, called a

religion (din).

The purpose of this religion shall be to instruct the people in this symbolic truth so that they might live in accordance

with it.

This method of imparting actual knowledge through symbols is, however, inferior to how the Active Intellect helps impart

the same to reason. This is because, in the latter case, the information received is not an imitation, but things in actuality.

Thus, it is superior because it is what it refers to, instead of just something that is like it. As such, philosophy is superior to

religion because it represents knowledge 'actually' and, as a result, and in so far as it is dependent on this actual knowledge,

life and death cannot be attained through religion. "

Extract from "A Critical Study of Mabadi' Ara' Ahl Madinat al-Fadilah: The Role of Islam in the Philosophy of Abu Nasr al-Farabi.

https://www.academia.edu/1789790/A_Critical_Study_of_Mabadi_Ara_Ahl_Madinat_al-Fadilah_The_Role_of_Islam_in_the_Philosophy_of_Abu_Nasr_al-Farabi
"
I am working on my essay "Stochastic Model and Worldwide Conflict Resolution" in which I am trying to explore/define what

could be the upper level of a scenario? For those who are scientific among you, you may refer to some scenarii examples

at the dedicated site: www.ediaudit.fr

Yours
Amin


-------- Message original --------
Objet: Fwd:  Some more progress in..obstination/ La poursuite de la publication; mes interrogations sur Al Farabi, un  progrès +;
Date: 2014-01-21 19:32
De:
This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
À:


Dear Friends,

  I'd like that you follow up my progress:

"Fārābī's achievement is that he was the first philosopher who succeeded to internationalize Greek philosophy by creating

in a language other than Greek a complex and sophisticated system far surpassing the elementary efforts of both the

early medieval Latins and his Syriac predecessors."

One of Farabi's added value in my opinion  is:

"Fārābī accepts this fivefold division of arguments or propositions (i.e., demonstrative, dialectical, sophistical, rhetorical,

and poetical) not only on the level of description or analysis, but also grants it ontological status by claiming that the

human mind can think only in these five ways (Gutas, 1983, pp. 256-57, 265-66). "

Now please watch in Anis answer to Touriya dated 21st january 2014 the lecture of the young girl Farah Chamma on arabic

identity "The Nationality"(1):

(1) this shall be handled in a dedicated chapter:XXII

Yours
Amin

-------- Message original --------
Objet: Fwd: Re: Some progress in..obstination/ La poursuite de la publication; mes interrogations sur Al Farabi, un léger progrès;
Date: 2014-01-17 12:03
De:
This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


Dear Friends,

You may call this obstination, but without the exchange between Touriya and Anis I would have given up. So I am editing

another chapter (unfortunately it is in French only)today, please read it carefully (2)
(2) Chapter XXII not edited yet.

Meanwhile, my research on Al-Farabi reached the following definition:

""Since essence and existence are inseparable for God, there is no distinction between God's being possible (the reality

of His essence) and His being actual (the reality of His existence). This means that, if God exists at all, He exists necessarily.

Moreover, God is uncaused and inexplicable. In order to cause God to exist, one would have to cause His essence to be

realized in existence, but this is impossible, since His essence is inseparable from His existence. Where there is no distinction,

there can be no combination, nor any explanation of how the combination came about."
http://www.leaderu.com/offices/koons/docs/lec3.html

Have a nice day
Amin

-------- Message original --------
Objet: Fwd: Re: Some progress in../ La poursuite de la publication; mes interrogations sur Al Farabi, un léger progrès;
Date: 2014-01-14 13:12
De:
This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


لوجدان العربي من خلال اللغة والهويّة Arab linguistic & identity awareness/La conscience arabe linguistique et identitaire

I-
"It is this innate heat that presumably is also responsible for the differences between the sexes, Farabi asserts.

The greater warmth (as well as strength) in their organs and limbs make men generally more irascible and aggressively

forceful than women, who in turn generally excel in the "weaker" qualities of mercy and compassion.[16]

The sexes are equal, however, as regards sensation, imagination and intellection.
It would appear from this that Farabi has no problem in seeing both sexes as equal in terms of their cognitive

faculties and capabilities.

This would seem to be part of his Platonic legacy, a view shared by Averroes in his paraphrase of the

Republic (Walzer, 401, note 421). In theory, therefore, Farabi would consider women capable of being philosophers

(as well as prophets), able to attain the happiness and perfection this brings."

Extract from: "Arabic and Islamic Psychology and Philosophy of Mind"

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1338:arabic-and-islamic

-psychology-and-philosophy-of-mind&catid=302:arabic-and-islamic-philosophy&Itemid=1863

Hind Obeidin wrote a valuable article "Equality between women and men in Islam", it is a major contribution in our

identity awareness process:

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=417:equality-between

-women-and-men-in-islam&catid=277:reform--issues-and-proposals&Itemid=695

II- Meanwhile editing the rich exchange between Touriya & Anis is going on:



I am sorry that more texts are in French. My concern is to illustrate what Al-Farabi might bring through

"The virtuous city" & "Risala fi'l-'aql," to our "political project" in the 21rst century.

I shall use in my essay "Stochastic Model and Worldwide Conflict Resolution" some of his teaching.


Yours
Amin


-------- Message original --------
Objet: Re: La poursuite de la publication; mes interrogations sur Al Farabi, un léger progrès
Date: 2014-01-12 14:10
De: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

Chers amis,

J'ai publié aujourd'hui la réponse de Anis à Touriya (Chapter XXII  not edited yet) et je me suis arrêté au sujet qui me

préoccupe : comment explorer la valeur ajoutée chez Al Farabi puis la transposer pour répondre à notre préoccupation:"لوجدان العربي من خلال اللغة والهويّة Arab linguistic & identity awareness/La conscience arabe linguistique et identitaire".

Voici ce que j'ai trouvé:

"In the arena of metaphysics he has been designated the 'Father of Islamic Neoplatonism', This is apparent in his most

famous work, al-Madina al-fadila (The Virtuous City) which, far from being a copy or a clone of Plato's Republic, is

imbued with the Neoplatonic concept of God. Of course, al-Madina al-fadila has undeniable Platonic elements but its

theology, as opposed to its politics, places it outside the mainstream of pure Platonism."


http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=694&Itemid=1430

J'ai lu et relu, je n'ai pas trouvé ce que je cherchais qu'une allusion :"It is the second of these works, Risala fi'l-'aql,

which provides perhaps the most useful key to al-Farabi's complex theories of intellection. In this work he divides

'aql (intellect or reason) into six major categories:

First, there is what might be termed discernment or prudence; The second of al-Farabi's intellects is that which has

been identified with common sense; Al-Farabi's third intellect is natural perception; The fourth of the six intellects

may be characterized as 'conscience'; Al-Farabi's fifth intellect is 'Aql bi'l-quwwa (potential intellect);

The sixth and last of the major intellects is Divine Reason or God himself, the source of all intellectual

energy and power."

J'espère avec votre support pouvoir explorer cette valeur ajoutée pour construire notre "cité vertueuse" du 21nième

siècle en commençant par "la conscience".


Avec mes amitiés
Amin



Le 2014-01-11 13:21, This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it a écrit :

Chers amis,

Je n'arrive pas à bien suivre, donc j'ai corrigé le texte en arabe de

Nicolas Chahine, j'ai publié le 1er texte de Touriya, et j'ai pris une

pause car hier j'ai passé une heure en discussion avec une femme

algérienne dont le sujet de thèse est sur Al Farabi( en copie) et un

ami philosophe  libanais (en copie)sur le projet politique entre autre

de Al Farabi (faisant partie du sujet de thèse de Ghassan années 90 si

je me trompe pas),

mon esprit est absorbé par la contribution d'Al Farabi à ce que j'ai

appelé "la conscience arabe linguistique et identitaire", car le fait

qu'il ait assimilé Aristote et Platon ne fait pas de doute, mais qu'elle

était sa valeur ajoutée que les chercheurs n'ont pas réussi à bien

expliciter? comment se fait-il qu'il n'a pas abordé en direct la

conscience religieuse (il était chiite); je  me permet de

considérer Al Farabi  le 3ème pilier à côté d'Aristote et Platon?

Qu'est-ce que nous les chercheurs arabes nous a échappé dans son

message? Excusez-moi de me sentir bloqué pour le moment par ces

interrogations; car Al Farabi en positionnant la philosophie au-dessus

de la pyramide nous a transmis un message universel: que représente

cette pyramide et quelles sont ses différentes strates?; comment

transposer son projet politique de nos jours?.

Avec mes amitiés

Amin

 

 

 

 

XXII -  L'identité arabe est-elle la composante fondatrice de l'unité arabe?

 

 

2014-01-06

 

Chère Touriya,

Je suis tout à fait convaincu par la belle image de l'arbre que tu donnes et tout à fait d'accord avec toi.

Ton droit de réponse est tout à fait légitime. Ma réaction est plus générale et concerne la perte de repères qu’entraînent la dévalorisation de soi-même et le doute sur nos références fondamentales.

Si Israël, pays colonial, pratiquant l'apartheid et le nettoyage ethnique officiellement, valorise une langue morte pour se donner un semblant de légitimité et se poser en porte-parole de tous les juifs du monde, devrions-nous, à l'inverse, enterrer notre langue bien vivante qui possède des niveaux d'élaboration linguistique et grammaticales que ne possède aucune autre langue et qui constitue un atout formidable de communication pour 350 millions de personnes ?
Beaucoup de français, d'américains, d'allemands etc.. parlent et pratiquent leurs langues respectives sans qu'elles soient leurs langues maternelles, en raison des mariages mixtes qui se multiplient. L'arabe est notre langue nationale, même si l'arabe dialectal ou le berbère est notre langue maternelle. L'arabe marocain intègre beaucoup de vocabulaire de l'arabe classique ainsi que du vocabulaire berbère. Le berbère lui même intègre quantité de mots et d'expressions arabes.

L'arabe est une langue en évolution constante, comme toutes les langues vivantes. L'arabe journalistique est compris chez nous même par les gens peu cultivés, du fait qu'elle se rapproche beaucoup du dialectal. Ne parlons pas des feuilletons télévisés diffusés en arabe classique, en dialectal égyptien et libanais et qui sont suivis par des dizaines de millions de personnes à travers le monde arabe.

Valoriser sa langue c'est se valoriser soi-même et c'est faire connaître les trésors de savoir, de littérature, de poésie, etc...qu'elle véhicule.

Amitiés,
Anis


5 janv. 2014

 

Merci Cher Anis de ta réponse et de ton opinion que je respecte profondément. Simplement, je souhaiterais apporter une précision: d'abord, je ne dénigre pas la langue arabe. Loin de là. Je constate qu'elle n'est pas ma langue maternelle. C'est un constat objectif. Je dis bien que la langue arabe m'émeut et qu'elle me permet d'accéder au Livre et à la culture écrite en arabe. Ce que je rejette, en revanche, c'est l'assignation à résidence identitaire, c'est le devoir écrire en arabe une "identité arabe". Je n'envisage pour ma part cette identité qu'en termes de loyauté et de fidélité. Et il me semble que les exemples que tu donnes de l'hébreu moderne ou du français peuvent servir de modèles mais pas à l'échelle du "Monde arabe". Une langue est habituellement nationale. En tout cas, c'est le cas pour les deux exemples que tu as cités. Quant à l'Europe, elle a constitué son unité (qui demeure en processus) en dépit des différences linguistiques. Et c'est en cela que j'envisage une identité plurielle et par loyauté et alliances au lieu que ce soit sur une identité linguistique exclusive et excluant toutes les autres.
Par ailleurs, ce billet envoyé à toute la liste arabesque est, comme je l'ai précisé, un droit de réponse face à une accusation dirigée contre "les exilés qui ne savent plus qui ils sont, et qui ne font plus partie ni de leur pays d'origine ni de leur pays d'accueil".
Donc, je tiens à rassurer les personnes qui ont cette crainte: et j'affirme que les exilés savent très bien d'où ils viennent. Leur ouverture à la différence n'est pas renoncement à leurs racines mais déploiement de leurs branches qui s'élèvent vers la lumière. Sans les racines, les branches seraient condamnées à sécher.
Bien amicalement
Touriya

Dimanche 5 Janvier 2014 18:19:25
Objet: Re: droit de réponse


Chère Touriya,
Tous mes vœux pour 2014 que nous souhaitons de justice et de paix.
Je respecte ton point de vue, mais permets moi d'avoir une autre approche. L'identité arabe est celle qui réunit une communauté de peuples partageant la même langue, la même culture et la même Histoire. L'identité arabe est la composante fondatrice de l'unité arabe, à laquelle je crois. Même si ces notions ont été perverties par l'idéologie et la démagogie politicienne, elles n'en restent pas moins réelles. Je crois ferme qu'un jour viendra où les bases de cette unité seront jetées, comme l'union de l'Europe (qui est beaucoup plus hétérogène que ne l'est le monde arabe ) semblait une fiction dans les années 50 lorsqu'on commença à en jeter les bases autour de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA). Il ne faut pas jeter notre bébé avec l'eau du bain ! C'est vrais que nos régimes politiques et les rapports de force internationaux nous font baigner dans un environnement de conflits interminables et participent activement à l'étouffement de toute tentative d'émancipation de nos peuples, mais il est vrai aussi que ni ces régimes, ni les rapports de force en notre défaveur ne sont éternels. Donc, il nous est demandé de ne perdre de vue le cap.
Ce que tu dis sur La-Langue-Arabe est valable pour toutes les langues vivantes de la planète. Que dire des langues mortes, comme l'hébreu, que l'on tente de reconstruire pour unifier des ashkénazes d'Europe centrale, avec des Sépharades du Maroc, des Indiens de l'Utah Pradesh, des falashas d'Ethiopie ou encore des Russes et des Ukrainiens ?
Pour un breton ou un corse, le français n'est-elle pas une langue d'adoption, qui a cimenté la nation française ?
Rien ne sert donc de dévaluer notre langue, bien vivante et qui a conquis les cœurs de beaucoup de communautés berbères, kurdes, druzes etc... dans nos pays arabes.
Comme hier pour la Chine, les puissances mondiales des XIX et XX eme siècles redoutent l'émergence d'un monde arabe unifié économiquement et politiquement. Rien d'étonnant à ce qu'elles combattent son émergence. Nous devons, à défaut de trouver les bonnes solutions pour le développer, préserver les acquis, en attendant des jours meilleurs. La langue arabe est un des acquis que nous devons défendre et développer.
Quand à l'expression personnelle, libre à chacun de s'exprimer dans la langue qui lui sied le plus. L'important est de porter le message.
Amitiés,

Anis

Le 5 janv. 2014 à 15:11


Quand on me demande de rédiger un texte en arabe sur l'identité arabe, je ne peux m'empêcher de me demander ce qu'être arabe signifie! Oui, j'ose, car pour moi, l'identité arabe est une construction, une utopie qui a montré ses limites et s'est cassé la figure sur le mur des réalités complexes de ce qu'on appelle "le monde arabe". Quant à la langue arabe, ce qu'on appelle "La-Langue-Arabe", ce n'est la langue de personne!
Nous les Arabes ou plus précisément les arabisés (pour ce qui est de la majorité des maghrébins) nous avons bien une langue maternelle! Elle s'appelle par exemple le marocain (lui-même fait de nombreuses langues maternelles: tachelhit, tarifit, tamazight, taârabt), le tunisien, l'algérien, le syrien, le libanais, l'irakien, etc.
Quant à La-Langue-Arabe dans laquelle on me demande d'écrire, ce n'est pas ma langue. Comme ce n'est la langue de personne. C'est une belle langue qui m'émeut, qui m'enchante, dans laquelle j'aime lire, traduire, et parfois écrire, mais seulement quand j'en ai le désir et non pas quand on m'intime l'ordre de le faire et qu'on m'accuse d'être aliénée sous prétexte que j'ose exprimer cette intranquillité linguistique que ressentent tous les arabophones sans jamais oser le dire.
Exprimer le doute devant sa capacité à écrire dans une langue peut être un simple détour rhétorique pour dire un malaise devant une combinaison étriquée qu'on essaye de vous imposer. C'est ma manière de revendiquer le tremblement et l'écart. Une façon de refuser tous les enfermements identitaires mutilants, ma manière de me reconnaître arabe mais autrement, avec d'autres cultures, d'autres langues.
Je ne considère pas la pluralité comme une faiblesse mais comme une richesse, une capacité d'ouverture à l'humain, au multiple, à la diversité. Je hais l'idée de pureté quand elle est exclusion et fermeture. Alors certes, mon arabe est bigarré, hybride. Comme l'est mon français. Mes langues sont vivantes car traversées, tout comme moi, par le contact avec les autres et ce sont précisément les langues qui se refusent à l'altérité qui deviennent lettres mortes. Ceux qui crient au blasphème chaque fois qu'ils croisent un emprunt ou un calque lexical dans la sacro-sainte langue arabe, ceux-là mêmes qui croient défendre la langue arabe, la condamnent en vérité à une mort certaine en voulant la préserver de tout ce qui ne serait pas elle. Comme si la langue ou l'identité pouvait avoir un noyau essentiel, "PUR"!
Tous les linguistes et les philologues vous diront que l'arabe est constitué d'un ensemble d'emprunts à différentes langues, au gré des migrations, des voyages et des rencontres. C'est aussi le cas pour toutes les langues vivantes.
J'ai plusieurs langues: ma langue maternelle, celle de l'enfance et de l'insouciance orale d'avant la sociabilité par l'école, La-Langue-Arabe, langue du mystère de l'écrit, du Livre et de tous les livres; le français, ma langue d'exil intérieur et spatial. Et puis toutes les langues du monde qui me sont musique plus ou moins familière.
Je n'exclue aucune de mes langues, ni aucune de mes cultures. Ce qui ne m'empêche pas d'avoir des loyautés et des fidélités. Alors si vous cherchez à penser "l'identité arabe", il me semble que vous devriez commencer par accepter ce plurilinguisme de fait, cette diversité culturelle qui constitue la mosaïque de ce qu'on appelle le monde arabe.
Le monde arabe (appellation elle-même problématique, mais qui ne trompe personne) est une unité factice créée de toutes pièces à une certaine époque pour contrer l'empire ottoman. Mais les choses ont changé. Resservir Le-Monde-Arabe ou L'identité-Arabe comme on sert un plat réchauffé, relève d'une nostalgie déplacée, anachronique et indigeste.
Avec mes vœux les plus sincères pour que 2014 nous apporte la paix et l'amour des autres. C'est à dire de nous-mêmes.

Touriya

 

 

Samedi 19 août 2015

 

XXIII- Quand la fiction devient réalité

 

Chère Rania, Je venais d'écrire ce petit texte qui reprend pratiquement ce que tu as écrit, lorsque j'ai lu le tiens. Amities

كتب غسان كنفاني روايته الأولى "رجال في الشمس" في العام ١٩٦٣، وكنا في زمن العروبة الآتية لا محالة، وزمن الاستقلالات والانقلابات والنكبات. اليوم استعاد سوريون بأجسادهم المتلاصقة في شاحنة النمسا الحكاية في زمن أفول العروبة واندحار الكذبات التي وصمت حياتنا. خلافا للرواية، كانت النمسا لا الصحراء الكويتية مسرح الحدث، فلاجئو اليوم يعرفون أنه لا فائدة من محاولة الهروب الى دول النفط، وأن ماتبقى من آمالهم موجود أكثر عند ميركل وفي فيينا أكثر بما لا يقاس من الأمة الموعودة والأشقاء المفترضين. تحولت رواية كنفاني الى فيلم " المخدوعون" وقام بإخراجه (١٩٧٢) وتمثيله ممثلون سوريون، وربما يكون من أفضل ما أنتجته السينما السورية. بقي المشهد الأخير من الفيلم حين يُخرج سائق الشاحنة الأجساد المختنقة من الصهريج ويلقي بها على تلة نفايات (يا للمفارقة) قبل أن يضرم فيها النار، محفوراً في ذاكرة الكثيرين.

 

لا حاجة الى ممثلين اليوم، ولا حاجة أيضاً لرثائيات وبكائيات، الصورة الوحيدة التي نُشرت ودارت حول العالم كافية، ومقطع من رواية غسان كنفاني يصور فيه اللقاء بين النازح الذي يريد عبور الحدود العراقية الكويتية والمهرب يكفي:

 

"لم يعد بوسعه أن يكمل، كان الرجل السمين الجالس وراء كرسيه، المتصبب عرقاً، يحدق إليه بعينين واسعتين وتمني هو لو يكف الرجل عن التحديق، ثم أحس بها، ساخنة تملأ مؤقه وعلى وشك أن تسقط.. أراد أن يقول شيئاً لكنه لم يستطع، أحس أن رأسه كله قد امتلأ بالدمع من الداخل فاستدار وانطلق إلى الشارع، هناك بدأت المخلوقات تغيم وراء ستار من الدمع. اتصل أفق النهار بالسماء وصار كل ما حوله مجرد وهج أبيض لا نهائي. عاد، فارتمى ملقيا صدره فوق التراب الندي الذي أخذ يخفق تحته من جديد.. بينما انسابت رائحة الأرض إلى أنفه وانصبت في شرايينه كالطوفان."

 Charif Rifai

Le 29 août 2015 à 01:28, "Rania Samara a écrit :

En 1963, l'écrivain palestinien Ghassan Kanafani a publié un premier roman, intitulé رجال في الشمس dans lequel il raconte le drame de 4 réfugiés palestiniens qui tentent d'entrer clandestinement au Koweït, cachés dans une citerne d'eau et qui meurent à la frontière, enfermés dans le camion, sous un soleil torride.(Le roman a été traduit par Michel Seurat sous le titre Des hommes dans le soleil (Actes Sud) Plus tard,le même Michel Seurat payera de sa vie son œuvre La Syrie, l'État de Barbarie (Le Seuil) dans lequel il analyse la nature de l'oppression construite par le régime syrien et la montée en puissance de l'islamisme dans le pays. Les 2 livres sont à lire toute affaire cessante.) Aujourd'hui l'argument du roman de Kanafani devient une information répétée et répercutée par les quotidiens, les stations de radios et les journaux télévisés partout dans le monde. Il s'agit de la réalité, triste et sinistre, des réfugiés syriens désespérés qui tentent de fuir une mort assurée par barils d'explosifs, bombes, balles ou épées. Ils meurent, noyés dans la Méditerranée, au fond d'une cale d'un rafiot ou dans un camion frigorifique à la frontière entre la Hongrie et l'Autriche, livrés aux passeurs sans foi ni loi.Aujourd'hui, l'Europe s'inquiète semble-t-il du nombre et de la répartition des « migrants » qu'elle pourrait accueillir sur son sol. Où sont les Européens? Prendront-ils enfin la mesure des événements qui se passent en Syrie? S'opposeront-ils au massacre des Syriens qui se poursuit depuis cinq ans, à cette tragédie qui ne cesse de s'amplifier et qui devient presque une fiction, un mythe lointain, coupé de toute réalité?

 

 

samedi 29 août 19:57

 

On finit la phrase commencée par un autre...ou on réagit simultanément sur le même événement. C est très bien! C est beau... Cela en dit quelque chose sur nos états d esprit réciproque en ce moment. Mais au-delà de nos indignations légitimes...Obligatoires....nécessaires...Indispensables.....que savons-nous de ce qui se passe? De ce qui s'est passé?

Au stade actuel peu de choses...et je sollicite avec simplicité ....voire avec humilité celui ou celle qui en sait davantage de nous instruire .... car il est urgent de savoir parce qu il est urgent de comprendre...et parce qu il est urgent et indispensable... de...comprendre ....qu il serait urgent d'entreprendre et d'agir avec compréhension !! Or ce drame n'est pas le seul ou unique (baladons nos regards sur la méditerranée orientale) en ces temps douloureux même si celui-ci est particulièrement horrible insoutenable..macabre.....et AUSSI parce qu’il convoque une littérature (ça était signalé par Rania et Charif) que certain d'entre nous (les plus âgés probablement..les vieux d'entre nous et j'en suis un.. je dirai sans fierté aucune) ont connu au siècle dernier... (ça nous rajeunit pas...eh oui) ....qui appartenait aussi (à l 'époque) à une certaine fiction ´réaliste' ou plutôt réalisable par extension...comme dirait les graphistes...et qui devient ....réalité 50 ans plus tard..Dans une autre géographie ...que celle dans laquelle il a été imaginé...au départ. !

Se laisser submerger par la douleur....l'indignation...l'accusation......la poésie..la littérature..

. Pourquoi pas...? pour une sensibilité collective qui est construite (partiellement...) sur le Verbe..sur le LOGO...!

Mais..... peut être ".............qu'il y a un temps pour tout! Ce que je peux ........suggérer .... (Peut-on encore le faire..?) comme suite aux indignations indispensables...inévitables..Légitimes....mais forcément insuffisantes pour les pessimistes volontaristes comme moi ....

C'est .....non pas d’abandonner le mode littéraire ...inévitable..nécessaire encore une fois.. mais essayer de concevoir une forme d'action pratique (évidemment...on ne le saura qu'après coup...et jamais avant ...!) de collaboration minimale entre des personnes de bonnes volontés ( et je dirai assez désintéressées...ça existe encore oui oui..) qualifiées..et surtout ...DISPONIBLES... Et volontaires...afin de vérifier et diffuser des informations (en priorité sociales..) sur la Syrie et le peuple syrien..Où il se trouve.

Cordialement à tous

AG

Last Updated on Thursday, 28 April 2016 16:10
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962