L’arabe, langue assassinée... PDF Print E-mail
User Rating: / 2
PoorBest 
Written by Suzanne Talhouk   
Thursday, 24 June 2010 08:33

L’arabe, langue assassinée...

arabic1-n-teaser.jpg
Photo publiée sur le blog de Dany Awad.

La langue arabe se meurt… voici le message que tente de faire passer une campagne qui investit, depuis quelques semaines, les rues de Beyrouth.

Dans plusieurs quartiers de la capitale libanaise, une lettre arabe "gît" au milieu d’une scène de crime. Sur le périmètre de sécurité, on peut lire l’inscription : "Ne tue pas ta langue".

Parlée par plus de 300 millions de personnes dans le monde, l’arabe est la langue officielle de 23 pays ainsi que de plusieurs organisations internationales (ONU, Ligue arabe, Unesco, OMS, Organisation de la conférence islamique, etc.). C’est également la langue religieuse - que l’on apprend pour lire le Coran - de plusieurs pays non-arabes de culture musulmane (Turquie, Pakistan, Iran, Indonésie, Bangladesh...).

Photo publiée sur la page Facebook de l'association "Fiil Amr".

Photo envoyée par notre Observatrice Suzanne Talhouk.

Contributeurs

"Les jeunes pensent que parler arabe n'est pas 'cool' et n’hésitent pas à panacher leurs conversations de mots étrangers"

Suzanne Talhouk est la présidente de l’association "Fiil Amr" (un verbe à l’impératif, ou une action à mener impérativement) qui mène, avec la Fondation de la pensée arabe, une campagne pour protéger la langue arabe.

 

La langue arabe a été, durant des siècles, la langue de la culture, de la philosophie et des sciences. Mais lorsque le monde arabe s’est affaibli, sa langue aussi a perdu de sa superbe. Aujourd’hui, les Libanais, qui se targuent d’être polyglottes, ont honte de parler l’arabe.

'Hi, kifak ? ça va ?'

Les jeunes pensent que parler cette langue n’est pas 'cool' et n’hésitent pas à panacher leurs conversations de mots étrangers. L’exemple le plus connu est certainement leur façon de vous saluer avec leur 'Hi, kifak ? ça va ?', où 'kifak' est le seul mot arabe.

Aucun Libanais n’envoie de CV rédigé en arabe. Au restaurant, on prend soin de mélanger à notre dialecte arabe des mots étrangers pour faire chic. Enfin en littérature, en poésie ou au théâtre, il y a de moins en moins d’œuvres en arabe.

Le problème commence dès l’école : de nombreux écoliers ont du mal à lire leur langue maternelle. Certains n’hésitent même plus à écrire l’arabe en caractères latins, en langage dit 'sms'.

Ce phénomène d’acculturation ne se limite malheureusement pas au Liban. La quasi-totalité des pays arabes subit l’hégémonie de l’anglais, dans les conversations comme dans les publicités. Seule la Syrie fait encore de la résistance.

'Il suffit pour cela de prendre exemple sur les Français qui dépensent annuellement d’énormes budgets pour promouvoir la francophonie'

Notre langue fait partie intégrante de notre culture. Maîtriser et sauvegarder la langue arabe ne va pas à l’encontre du progrès et de l’ouverture au monde. Il suffit, pour cela, de prendre exemple sur les Français qui dépensent annuellement d’énormes budgets pour promouvoir la francophonie.

Aujourd’hui, nous avons besoin d’une seconde renaissance arabe [une première renaissance arabe, appelée la Nahda, avait été engagée au XIXe siècle par les Libanais et les Égyptiens]. Le Liban, qui a toujours été le porte-drapeau des réformes en matière de langue, doit à nouveau mener ce mouvement.

Notre campagne sur les scènes de 'crime linguistique' est bien accueillie, ce qui nous laisse présager une très forte participation au premier festival de la langue arabe que nous organisons à Beyrouth, le 26 juin prochain."

Portrait de Suzanne Talhouk

Suzanne Talhouk

  • Lebanon
  • poet

La campagne pour la sauvegarde de la langue arabe à Beyrouth

Photo publiée sur la page Facebook de l'association "Fiil Amr".

Photo publiée sur la page Facebook de l'association "Fiil Amr" .

Photo publiée sur la page Facebook de l'association "Fiil Amr".

Poster de la campagne pour la sauvegarde de la langue arabe. Image publiée sur Facebook.

Les difficultés de lecture ne concernent pas que les écoliers

 

 

Le Premier ministre libanais Saadeddine Hariri moqué pour ses difficultés à lire son discours devant le Parlement, lors de la séance du vote de confiance. Montage posté sur YouTube par libneni.

Commentaires

Des langues ont aussi disparu et continuent de l'être!!

Une langue quelque soit le soutien politique qu'on lui apporte a-t-elle la capacité de cerner et de permettre la production et la diffusion surtout du savoir scientifique et technique.Pour cela des langues ont complétement disparus(celles incas ou des pharaons etc...) ont d'autres ne se cantonnent que dans le plasmode de prières (cas du latin)ou en plus dans la production de discours ou de la littérature comme l'arabe.L'arabe aussi les langues qui en ont pris son alphabet souffre de deux problèmes majeurs:1/ Au moment de la domination de l'empire arabe le développement, particulièrement sous les Abbassides,de la traduction des écrits grecques et jusqu'à certains niveau des sciences avaient permis la diffusion de l'arabe et sa domination comme autrefois le grecque ou le latin.De nos jours les pays arabes et donc leur langues ne sont plus le centre ni de production industrielle ni scientifique, le PIB cumulé n'est même l'égal de celui de l'Espagne.Si l'Anglais est la langue d'accès en temps réel aux savoir est le fait que la G.B fut à la base de la révolution industrielle et scientifique et que de nos jours elle se poursuit par les USA qui ont adopté cette langue.2/ L'arabe a un alphabet complétement à l'opposé de celui principalement d'origine latin mettant hors circuit de cerner ou participer à la recherche scientifique fondamentale ou appliquée.La question fondamentale est le comment accéder au savoir, devenu de nos jours universel? Soit en maitrisant les langues, surtout l'anglais, de production de ce savoir tout en laissant la langue arabe au domaine littéraire soit gaspiller du temps et des ressources à vouloir,sans résultats sauf se sous développer davantage et couteusement ,s'éterniser dans des discours creux et des pleurs à caractère démagogie politique sur la marginalisation de la langue arabe.

Utilisateur non inscrit

aidez moi je veux parler l'arabe

bonjour tout le monde
je suis musulman et je ne parle pas l'arabe et je trouve ça triste puisqu'elle est vraiment riches et intéressante.je ne sais pas pourquoi mais de mon coté je pense que si les gouvernements des pays arabes s'impliquaient d'avantage dans la promotion de cette langue à travers les ONG culturelles arabes surtout plus dans les pays musulmans du tiers monde ceci permettrait de perdurer cette langue et aiderait des musulmans comme moi car nous sommes vraiment nombreux dans le monde à le vouloir. autrement dit la communauté arabe que ça soit les gouvernement ou les peuples doivent tous s'impliquer dans ce combat de tous les jours et pour toujours par exemple moi je suis un étudiant sud-saharien dans un pays arabe les profs veulent que j' apprenne l'arabe mais aucuns d'entre eux ne manifeste sa volonté et je trouve ça regrettable puisque puisque si un prof arabe prenait le temps ne serait-ce que pour 2 heures pour enseigner l'arabe par bénévolat au étudiants étranger aura grandement contribué à la promotion de cette langue puisque pour moi il n'y a pas plus qu'un prof pour transmettre le savoirs, la culture surtout qu'il est le mieux placé pour côtoyer directement les étrangers. merci

Utilisateur non inscrit

La vitalité de la langue

La vitalité de la langue arabe n’est pas en cause. La prépondérance de l’alphabet latin dans le monde technique cause le problème des codes sms. Si le Liban veut attaquer ce problème, qu’il développe et soutienne financièrement des portables aux caractères arabes, les jeunes inventeront leurs codes propres. Si le monde arabe n’avait pas empêché pour des raisons soi-disant religieuses les presses en caractères arabes jusqu’au dix-neuvième siècle, il n’aurait pas dû céder le pas aux développements techniques et scientifiques qui ont eu lieu dans le monde aux caractères latins grâce aux communications rapides entre les savants par la presse, ce qui a abouti à l’alphabétisation universelle dans l’Europe.

Utilisateur non inscrit

Désespoir…

Quelle éloquence, quelle classe, l'argent ne suffit pas, le soutien des pays arabes soumis à l'impérialisme, ne suffisent pas non plus. Pauvre pays qui a enfanté Joubrane Khalil Joubrane, May Ziadé et pleins d'autres pour ne pas encombrer Mr le 1er ministre, un proverbe populaire en dialecte libanais dit " farfour zambou maghfour", ou bien un autre en arabe littéraire "kama takounou youwalla 3aleykom", puisque tout le monde au Liban lui court après pour un lèche …, il est riche…le reste ils s'en foutent.
Une écœurée de la politique libanaise qui fait vomir.

Bon courage pour supporter tant de soumission et d'esclavage, adieu dignité et liberté pour un pays qui ne sortira jamais de l'occupation. Mon pays le Liban, perdu à jamais.

Utilisateur non inscrit

la langue arabe va mal ?

bonjour
je lis votre message alarmiste : on dirait que vous découvrez la chose ! soit , toutes les langues bougent, évoluent, se transforment mais de là à ce que l'arabe disparaisse ....ce qu'il faut faire ? Réagir bien sûr et passer à l'acte , déclencher un vrai programme international qui valorise et la langue et les gens, les médias, l'édition, les émissions audio-visuelles etc.....
il est vrai que lorsque je regardre(rarement) les chaines de TV libanaises ou autres, je n'y reste pas plus de 5 minutes d'affilée tant la langue (parlée) est dénaturée...les comédiens ne savent pas jouer, ils n'ont pas appris vu qu'il n'y a pas de formation ou si peu et tout est misé sur le physique ou la profondeur du décolleté de la dame ou encore l'épaisseur de son rouge à lèvres, c'est risible et triste de voir cela !
il y a une limite à tout ! il faut se réveiller, se parler, réfléchir et agir!!
bon courage!

Utilisateur non inscrit

je vous trouve dure , je ne

je vous trouve dure , je ne suis pour ma part pas pas libanaise mais je crois que ceci concerne toute la nation arabe ....nous avons beau appartenir a des Etats francophone je ne crois pas pour autant qu il faille delaisser l'une ou l'autre . C 'est une chance d etre bilingue ou trilingue , c'est aussi un echance de pouvoir comprendre , parler et ecrire l'arabe.
certees nos chaines ne ssont pas les plus culturelles et eles plus diversifiees en debats politiques cultureles ou autres....
mais je suis pertinemment convaincue que nous avons de bons artistes , chanteurs , acteurs , actrices ,, ecrivains , pensurs et intellectuels....
je crois que vous vous tromper et que l'art ca ne suffit pas d etaler un profond decolté.... C'est une insulte pour les femmes arabes quelles soient artistes ou autres

il est vrai que le probleme DE ce que j appellerais LE MIXAGE des langues et devenue une habitude , une mode chez les adolescents arabes mais je crois qu il est de notre devoir de les prevenir et de les diriger car ceci peut etre positif et source de creation comme c est le cas pour les artistes et rappeurs en l'occurence.
le vrai probleme des pays arabes concernant l'appauvrissement de notre langue ( car je n irai pas jusqu a dire mort ou disparition de la langue arabe) , c est le systeme educatif ....
je crois que la vrai question qui devrait se poser c est le role du systeme educatif dans cette defaillance....

Utilisateur non inscrit

Last Updated on Thursday, 23 May 2013 09:00
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962