Philosophie, logique, informatique (2ème maj 2 juillet 2011):Théorie, open data et loi de l'harmonie PDF Print E-mail
User Rating: / 4
PoorBest 
Written by Adib Hathout, Pauline Yétérian, Amin Elsaleh   
Tuesday, 28 June 2011 10:04

Vous pouvez trouver l’ensemble des contributions d'Amin Elsaleh sur le site academia à l’adresse:

https://independent.academia.edu/AminElsaleh

 

 

 

Chers Pauline, Adib et les amis qui peuvent apporter leur contribution,

La réponse d'Adib est pertinente, je vais mettre à jour dans l'immédiat cette suite d'interventions sur mlfcham. Je ne suis pas en mesure d'ajouter qu'un bref commentaire dans l'immédiat surtout que Jacqueline vient de soulever la problématique de "la Morale"(1).

Je m'adresse à deux spécialistes en la matière:"Ghassan Tarabay" qui m'a impressionné par son livre inédit sur Al Farabi et Osama Khalil (dernières publications sur mlfcham:"Sidi Bou Zid au Peuple d'Egypte Printemps arabe" et "Lecture en arabe du poème de l'Être"). Peut-être feront-ils intervenir "la morale" dans nos discussions, cette "morale" marquant par son absence les avancées technologiques du 20ème et ce début du 21ème siècle?

je reprend le commentaire d'Adib sur le possible naufrage de l'outil "Open Data" grâce à son exploitation par des non-spécialistes: "... autant les Institutions chargées de mettre en pratique l'open data en dispensant gratuitement l'information statistique exacte ne font pas leur job".
Où on va avec l'absence totale de la morale, de l'éthique et avec la manipulation des données par ceux qui ont accès aux finances et qui se réservent le droit d'exploiter les données à leur guise? Est-ce la chance perdue, ou bien l'homme est-il suffisamment intelligent pour recapitaliser son patrimoine en éliminant les intrus et les imposteurs? Je fais appel à la philosophie pour jouer son rôle d'intégrateur et d'arbitrage avant que la machine de l'informatique ne nous entraîne vers des horizons incontrôlables.

(1) le 6 février 2014 l’anthropologue "Monica Heintz" a publié sur mlfcham un article "Monica Heintz – Studying morality in anthropology: I- What is ‘morality’? II- Universalism versus Cultural Relativism III- The Question of Freedom in anthropological research IV- Conclusion- Comment "My own perception" by Amin Elsaleh" sachant que mon commentaire mérite un débat qui n'a pas eu lieu, mais ce qui est instructif sont les quelques définitions et l'exemple de la femme afghane punie pour adultère; qui m'a conduit à demander à Monica Heintz à écrire un complément sur la "moralité et la tolérance" sans lequel nos prétendues avancées technologiques ne règleront pas des problèmes cruciaux tels que : la détérioration du climat, le manque de nourriture, le déplacement massif de population spoliée par une aveugle oppression... (ndlr 20 juillet 2015)

Avec mes amitiés
Amin

-------- Original Message --------
Subject: Théorie, open data et loi de l'harmonie
Date: Sat, 2 Jul 2011 08:11:02 +0100 (BST)
From: adib gabriel hathout

To: aminelsaleh, pauline yeterian


Chers Pauline et Amin

Je réponds à vos textes que j'aime beaucoup en commençant par celui e Pauline (Ladies first)

La sensibilité de Pauline à la physique ne m'étonne pas de la part
d'une musicienne. La physique quantique (celle de la relativité
d'Einstein) n'aurait pas vu le jour sans la mécanique rationnelle,
elle-même trouvant ses prémisses dans la géométrie. Or le père de
la géométrie - Pythagore - était musicien et même musicothérapeute
(il utilisait la lyre).

De plus, les penseurs qui ont immortalisé la pensée de Pythagore sont
des orientaux : le libanais Prophyre, le syrien Jamblique et l'Ouzbek
Al-Bairouni !
Je vous livre donc cet extrait de l'ouvrage d'Al-Bairouni intitulé
"_L'Inde"_ (1030).

" _Prophyre (de Tyr) dit dans son livre au sujet des grands philosophes,
ceci au sujet de la sphère : "Les corps célestes, qui se meuvent en
forme et en mouvements et avec des mélodies merveilleuses, qui sont
fixées pour toujours, comme Pythagore et Diogène l'ont expliqué,
désignent leur Créateur, qui est sans égal et sans forme. Les gens
disent que Diogène avait les sens si subtils que lui, et lui seul,
pouvait entendre les sons produits par le mouvement de la sphère_" (Cf.
R1)

J'ajoute enfin deux observations (1) que l'illustre historien des
mathématiques, Florient CAJORI, trouvait qu'Al-Bairouni était un des
plus grands "cerveaux" que l'humanité ait jamais connu. (2) que mes
recherches sur la musique des mots en poésie sont elles-mêmes basées
sur les principes de la physique (Cf. R2)

(R1) : Page 171-172 de "_Prophyre. Vie de Pythagore_". Edition les
Belles-lettres. 2003
(R2)

http://www.mlfcham.com/index.php?option=com_content&view=article&id=406:sentiment-et-sonorites-en-

poesie&catid=197:adib-hathout&Itemid=679


[1]

J'en arrive aux vertus des commentaires de Amin, à savoir l'harmonie
entre philosophie et pratique. Le "Philosophy & Practice" répond à une
idée d'après laquelle il n'y a pas lieu de théoriser sans pratique.
Mieux que quiconque me semble-t-il, c'est Léonard de Vinci qui a mis en
évidence le rôle de l'expérience "_La sperienza non falla, sol
fallano i nostri giudizi promettendosi di lei cose che non sono in sua
potestà_" (C'est de l'italien du 15ème siècle : L'expérience ne
faillit pas, seuls se trompent nos jugements qui se promettent d'elles
des choses qui ne sont pas en son pouvoir). Ce thème clé de la
Renaissance a été illustré par Claude BERNARD dans l'illustre
introduction à la méthode expérimentale en médecine. Mon frère
Youssef (Médecin ORL à l'hôpital italien de Damas) m'a même fait
observer que ces idées répondent au précepte d'Al-Razi (Rhazès)
"_Tout ce qu'il y a dans les livres n'est rien par rapport à
l'expérience du médecin_"

Je vais donc paraphraser Rhazès "_Tout ce qu'il y a dans la théorie
n'est rien par rapport à l'expérience que stimule un open data_" !

Quand, au début des années 1970, j'ai préparé mon mémoire de thèse
à Paris VI, le Professeur Jean-Paul Benzécri nous invitait sans cesse
à observer de près les vertus de l'expérience sur des données
concrètes et fiables. Avec Benzécri, il n'y avait pratiquement pas de
thèse qui isolait la théorie (la philosophie) de la pratique. Grâce
à lui, la statistique mathématique a été littéralement revivifiée
par une réflexion basée sur les données.

J'en viens à l'open data d'aujourd'hui : autant les sentiments qui ont
abouti à la naissance de cette locution convergent vers la vérité,
autant les Institutions chargées de mettre en pratique l'open data en
dispensant gratuitement l'information statistique exacte ne font pas
leur job. On trouve en revanche un déluge de commentaires avec des
statistiques interprétées par des non statisticiens, souvent à la
guise du financier !

Triste sort ? Pas du tout. Je reste optimiste, mais réaliste.
Continuons à réfléchir pour - éventuellement - agir au bon moment et
dans la juste direction.
Amitiés
Adib
 

 

DE : Amin Elsaleh

À : Pauline Yeterian ; A.Hathout
ENVOYÉ LE : Jeu 30 juin 2011, 13h 10min 07s
OBJET : Re: Philosophie, logique, informatique : "l'apport d'Open data:
philosophy & practice"

Chers Pauline et Adib,

Je me suis penché sur le sujet "Open Data" en début de cette année suite à une réunion chez Microsoft. Voici un extrait de la définition (réf. Wikipedia): "Open data is a philosophy and practice requiring that certain data be freely available to everyone, without restrictions from copyright, patents or other mechanisms of control."

J'ai publié 3 articles sur mlfcham sur trois applications d'Open Data, voir Actualité->Science et technologie: "Inside new Europe"; "Fukushima nuclear plant"; "2011 Big garden Birdwatch". Je me suis penché personnellement dans l'environnement d'Open Data sur "Semantic Web" dont voici la définition (réf.Wikipedia):
"The Semantic Web is a "web of data" that enables machines to understand the semantics, or meaning, of information on the World Wide Web."
J'ai préparé un projet e-learning dont une veille technologique a été effectuée par une équipe de Paris Descartes en 2010, ce document est publié dans la rubrique "Science et technologies" voir "Document intelligent":
Pourquoi cette focalisation sur les "données et leur liens sémantiques"?
Je pense que l'informatique est un outil indispensable pour resserrer les liens entre logique et philosophie. A travers l'exploration d'une infinité de données, l'homme sera capable de sortir "la philosophie" de son isolement et lui faire jouer le rôle souverain de la découverte d'un horizon plus prometteur de "l'humain, humanitaire, humanitarisme".
La réponse à ta question Pauline:"pour laquelle de ces philosophies j'opte"? est strictement liée à notre volonté d'explorer l'univers illimité des données qui vient de s'ouvrir à nous dans le but du bien être de l'humanité et d'une justice plus équilibrée entre les hommes. L'homme régnera-t-il sur la machine ou bien c'est le phénomène inverse qui se reproduira? Y-aura-t-il un dépassement de ses capacités actuelles ou bien son ignorance gagnera-t-elle de terrain sur son bon sens? C'est sa dernière chance en possédant l'accès à tout son héritage de données grâce à l'Informatique.
L'homme n'a jamais été si puissant le long de son existence, en parallèle si fragile.
Bien à vous deux
Amin
 
On Tue, 28 Jun 2011 13:12:49 +0200, pauline yeterian wrote:
Salut Amin, Grâce à la physique quantique et la théorie de la relativité Einstein a ouvert à l'humanité la porte de la communication universelle la plus puissante, et a permis qu'à travers la matière, la pensée et les idées puissent s'acheminer à la vitesse de la lumière et se propager dans le monde. L'informatique pour moi n'est qu'un outil qui sert les différents courants d'idées philosophiques, scientifiques, et autres... La logique est surtout de savoir ce qui sert et ce qui ne sert pas, ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, il y a des philosophies qui ont changé la face du monde, et d'autres qui sont restés de l'encre sur un papier. Alors dis moi  pour laquelle de ces philosophies tu optes?
Amitié Pauline
 
2011/6/28
Cher Adib, Cher Amis, Je viens de publier suite à la discussion avec Adib ce début de débat et j'ajouterai toutes vos contributions à l'article publié sur mlfcham intitulé:"Appel à propositions: Philosophie, logique, informatique". Pourquoi cet appel à contribution?
1)C'est une des raisons pour lesquelles nous avons créé le réseau social"mlfcham": partager nos opinions basées sur une base culturelle commune acquise les années soixante,
2) Promouvoir des contributions qui garderont leur valeur dans le temps,
3) détecter chez les uns et les autres des ressources inépuisables, à titre d'exemple "Crystal Ball" d'Imad Abdullah et le riche débat qui a eu lieu autour de sa contribution, qui a été publié sur mlfcham.
N.B.
a)les 3 langues de publication sur notre site:AR,FR,EN, donc écrivez avec celle que vous maîtrisez le mieux.
b) nous pouvons élargir le débat aux personnes que vous recommandez.
c) pour suivre la totalité des contributions autour de "Crystal Ball" saisir le mot clé "Imad Abdullah" et lire "Follow up on Houston Connection part 1,2,3"
Avec mes amitiés
 
Amin Elsaleh
 
On Mon, 27 Jun 2011 09:40:06 +0100 (BST), adib gabriel hathout wrote:
Cher Amin,

Parfaitement d'accord avec toi sur les bienfaits de la campagne. La campagne inspire en  effet fort souvent, les plus justes idées. Toute l'histoire de la logique est aujourd'hui a ré-écrire en tenant compte de l'informatisation du monde. La philosophie optimiste s'est d'ailleurs constamment inspirée de la Nature.    

D'autre part, ta réflexion d'après laquelle l'informatique dépend de la philosophie, me semble d'autant plus actuelle que l'entrée de l'informatique dans de nombreuses disciplines a contraint les pouvoirs publics de revoir l'organisation des sciences. 

 C'est un égard où il me semble important de noter que la philosophie - telle qu'elle est entendue de nos jours - est ambiguë ; notamment parce qu'elle s'est totalement séparée des mathématiques et de la logique. On se souviendra, pour mémoire, que dans ses Prolégomènes, Ibn Khaldoune considère les "sciences philosophiques" comme l'ensemble des "sciences cognitives" (  علوم فكريه  par opposition aux   علوم نقليه ou  "sciences transmises"). 

 

Pour saisir les origines de la nouvelle interprétation de la philosophie, il me paraît profitable de réfléchir sur le témoignage suivant du philosophe optimiste Christian Wolff (1679-1754) "... il est arrivé que les mathématiciens, lesquels se sont constamment occupés de connaissance certaine, ont pris du dégoût pour la philosophie et d'autres choses, ..."  (1)   

 

Amitiés 

Adib 

(1) Source : Préface de "L'ordre divin dans les changements de l'espèce humaine, démontré par la naissance, la mort et la propagation de celle-ci". Texte de 1741 traduit et annoté par Jean-Marc Rohbrasser. INED. 1998. 

 

PS : pas de problème de dire ce qui précède sur mlfcham. ça pourrait même relancer un débat qui en vaut la peine de nos jours.  

 

De : Amin Elsaleh

À : Adib Hathout

Envoyé le : Sam 25 juin 2011, 8h 56min 01s
Objet : Re: Yahoo questions, ma contribution

Cher Adib,

Je réfléchirai mieux lorsque je suis en province. J'enverrai ma
contribution la semaine prochaine.
Ce que tu as écris est cohérent, concis. Je pense que l'évolution de
l'informatique dépend de celle de la philosophie qui elle est stagnante
ce qui impacte la valeur des données qui sont riches mais pauvres.

Bien à toi
Amin


On Tue, 21 Jun 2011 22:38:57 +0100 (BST), adib gabriel hathout wrote:
Bonjour Amin,

Je te joins la réponse que je prépare pour un forum sur yahoo.
J'aimerai bien que tu me dises si c'est clair.
Tu peux aussi collaborer avec moi afin que nous cosignons quelque
chose sur l'évolution de l'informatique, ses aventures et ses
 mésaventures!
Bonne fête de la musique!
Amitiés
 Adib
   ====================================================
  

  La réponse que j'envisage :
  Même si, à long terme, le monde évolue vers le meilleur, le
  progrès d'un discipline a des hauts et des bas. C'est le cas pour
  l'aventure informatique et ses mésaventures.
  Ainsi, au 18ème siècle, Wilhelm G. Leibniz a enchaîné sur la
  machine à calculer de Blaise Pascal et a fait progresser la
  mécanisation des calculs. C'était la pierre angulaire de
  l'informatique. .
  Au 19ème siècle, l'informatisation a stagné mais l'espace
  multidimensionnel de Carl Friedrich GAUSS a été imaginé (vers 1850)
  ce qui a permis à GRASSMANN de développer le calcul matriciel. Le
  calcul matriciel n'était cependant pas encore susceptible d'être
  pleinement exploité. En effet la longueur des calculs qu'il
  nécessite rendent son exécution impossible dès que les données
  sont importantes. Ce handicap sera surmonté au 20ème siècle avec
  les bonds spectaculaires de l'informatique; notamment dans la 2ème
  moitié de ce siècle.
  .
  Il y a donc eu des périodes successives où l'informatique a
  progressé puis l'algèbre matricielle, puis de nouveau
  l'informatique, pour qu'enfin elles se coordonnent et s'appliquent à
  la santé, à l'économie et à mille autres domaines.
  L'hypothèse de l'Architecte qui serait en train d'organiser cette
  coordination n'a pas été posée seulement par les religions, mais
  par les fondateurs de la logique en général. Et Epictète de nous
  dire : "Qui a adapté ceci à cela". En le paraphrasant ces mots d'il
  y a 2000 ans, nous dirons "qui a adapté le calcul matriciel à
  l'informatique et l'accomplissement du calcul matriciel sur nos
  ordinateurs à une approche multidimensionnelle de l'information".

 

Voilà pourquoi je me demande si la plus grande mésaventure de
 l'informatique aujourd'hui n'est pas l'insuffisance de la

 collaboration entre les spécialistes de la logique (mathématiciens,
  statisticiens, informaticiens, etc.) d'une part et les détenteurs de
  données d'autre part. C'est particulièrement vrai pour les
  Institutions qui disposent de fichiers sur la composition des
  matières végétales en principes actifs (vitamines,
  oligo-éléments, sels minéraux, etc.) mais qui ne collaborent pas
  assez sérieusement avec les spécialistes de la logique. Je suis
  persuadé qu'une telle collaboration aboutira à de grands progrès en
  matière de phytothérapie et de santé.
   VOTRE SOURCE :
   - Traité du destin. Epictète
  - Une histoire des mathématiques. Routes et dédales. Par Amy
  DAHAN-Dalmenico et Jeanne Peiffer. Editions du Seuil. Première
  édition en 1982 sous le titre " Routes et dédales "
   - Le langage Pascal. 4ème édition. Par Elliot B. Koffman. Temple
  University. Copiryght 1992 by Addison-Wesley Publishers.écochez la
  case : Me prévenir par e-mail quand un de mes contacts pose une
  question. Copyright © 2009 Yahoo! Tous droits réservés
   Links:

  ------
  [1]
  
http://fr.answers.yahoo.com/question/index;_ylc=X3oDMTB1a2x0anY5BF9TAzIxMTU1MDA0NDMEc2VjA3BlZXBfZQRzbGsDcQ--?

qid=20110621044243AAIbnBF
  [2]
 
http://fr.answers.yahoo.com/;_ylc=X3oDMTExdGZkNjVxBF9TAzIxMTU1MDA0NDMEc2VjA3BlZXBfZQRzbGsDYW5zdw--
[3]
  
http://fr.answers.yahoo.com/my/my_edit;_ylc=X3oDMTExZmk4NWh1BF9TAzIxMTU1MDA0NDMEc2VjA3BlZXBfZQRzbGsDcHJlZg--

 

Last Updated on Thursday, 28 January 2016 13:10
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962