Espace adhérent

Extrait de :"Rituel pour une métamorphose" par Saadallah Wannous Traduction Rania Samara PDF Print E-mail
User Rating: / 6
PoorBest 
 

Saadallah Wannous (1941-1997)

D'une grande qualité dramaturgique, ce théâtre politique et militant nous donne à entendre la langue d'un véritable auteur. Saadallah Wannous, a écrit une quinzaine de pièces, dirigé une revue de théâtre et une collection d'ouvrages collectifs dédiée à la pensée arabe contemporaine. Malheureusement il reste encore quasiment inconnu en France -comme la plupart de ses condisciples.

Les thèmes du dramaturge sont inspirés de l’Histoire et des contes arabes mais qui retrouvent leurs répercussions dans l’actualité contemporaine.

Son écriture dramatique est fortement influencée par les tendances modernes du théâtre occidental qu’il marie avec les formes d’expressions du patrimoine local. Ses pièces ont marqué le théâtre syrien et arabe, et sont traduites dans plusieurs langues. Les plus célèbres sont: Fête pour le 5 juin, La Tête du mamelouk Jâbbir, Le roi est le roi. Avant sa disparition, il écrit deux pièces très importantes où il raconte l’histoire de la ville de Damas au début du XVe siècle, Miniatures et, à la fin du XIX siècle Rituel pour une métamorphose. Elles ont été publiées par Actes Sud-Papiers / Sindbad, Paris, octobre 1996).


 

Rituel pour une métamorphose

Dans la préface de la pièce, l'auteur avertit : "Signalons que le lieu (Damas) et que le temps (la seconde moitié du XIXème siècle) ne forment que le cadre spatiotemporel fictif de la pièce. Mon but n'était pas de présenter un milieu social ni d'analyser quelque document historique. Il serait superflu d'ajouter que mon intention était de provoquer une interrogation problématique que j'estime actuelles et toujours renouvelées". Et il y réussit. Cette très belle pièce -qui prend presque l'allure d'un conte, touche à l'être profond de l'individu, brimé par les codes sociaux et la morale collective. Bafouée par son époux, Mou’mina (la Croyante), première dame de la cité, devient la courtisane Almassa (Diamant) pour assouvir ses désirs et se libérer du joug que lui impose son rang. Ses charmes feront succomber ceux qui se paraient des plus hautes vertus et une sorte de folie s'emparera de chacun, dévoilant les angoisses et les désirs les plus refoulés. Mue par la quête de sa vérité intime, la belle révèlera tant et si bien les failles de la communauté qu'elle finira poignardée par son propre frère, décidé à laver l'honneur par le sang...

L’argument de la pièce est inspiré par un fait divers, relevé par Ahmad Boudeyri al-Hallaq dans son ouvrage Chroniques damascènes au XIXe siècle.

(Extrait de la scène 5)

 

Almâssa: C’est difficile à expliquer. Cela vous paraîtra confus. Je vacille au bord du précipice, le gouffre m’appelle. J’imagine que des plumes colorées vont me pousser sur la peau au moment de tomber. Du fond de moi-même, ces plumes jailliront, épanouies et parfaites. Je m’envolerai dans l’espace, comme les oiseaux, les brises et les rayons de soleil. Je veux rompre ces grossières cordes qui s’incrustent dans ma chair et qui paralysent mon corps. Cordes tressées dans la peur, la pudeur, la chasteté, la souillure et les tabous. Cordes faites de leçons, de sermons, de versets du Coran, et d’interdits. Les corps se fanent et s’étiolent derrière toutes ces chaînes qui s’accumulent. Moi, je veux libérer mon corps, cheikh Qâssem, je veux défaire les cordes qui le rongent et le paralysent. Je veux que mon corps devienne libre, qu’il rejoigne l’orbite qui lui convient, comme les fleurs et les feuilles, comme la lune et l’herbe, comme les gazelles, les sources d’eau, la lumière, comme toute ce qui est vivant dans le cosmos. Je rêve d’atteindre mon moi, de devenir transparente comme le verre. Mon apparence c’est ma vérité, ma vérité c’est mon apparence. Mon cœur enserre des passions brûlantes et des désirs ardents. Je n’arrive pas à trouver les mots justes pour les exprimer comme je le voudrais.

Le Mufti : Vous êtes bizarre, femme. Ce que vous dites est inconcevable. Qu’est-ce que ça signifie? Vous espérez atteindre votre but par la prostitution ? C’est étrange ! Etrange et bizarre… dites-moi que tout ça n’est qu’un caprice éphémère.

Almâssa : Caprice ! On ne bouleverse pas sa vie de fond en comble pour un caprice. Selon vos critères, tout ça ne peut être que bizarre et étrange.

Le Mufti : Selon les critères du monde entier, non seulement les miens.

Almâssa : Vous avez bien raison. La première étape de mon trajet sera: rejeter vos critères, me libérer de vos jugements, vos catégories et vos conseils pour atteindre mon moi. Il faut aussi pouvoir transgresser les tabous, aller au delà du viol, à la rencontre de mon corps, de le reconnaître. Vous avez fait des femmes un sexe faible qui peut être violé par un mot ou par un regard d’autrui. Puis vous n’avez eu de cesse d’abuser de leur vulnérabilité. Nous sommes tous devenus des reptiles qui s’entre-déchirent dans un marécage fétide de mensonges, d’apparences et de chaînes. J’ai décidé, moi, de sortir de la puanteur de cette mare, de devenir une mer cristalline. La prostitution me permet de me dépouiller du caractère et de la condition du sexe faible, de m’éloigner des confins de la peur et du viol... Mais... je ne crois pas que vous me comprenez... De toute manière ça n’a plus aucune importance.

Last Updated on Tuesday, 21 May 2013 12:24
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962