Espace adhérent

Le petit Antoine et la fée par Antoine Safar PDF Print E-mail
User Rating: / 2
PoorBest 
Written by Antoine Safar   
Sunday, 22 December 2013 15:27
Le petit Antoine était un enfant de huit ans, irascible . mauvais caractère très mauvais caractère Il était le plus grand problème de ses parents. ils ne savaient pas comment agir pour le calmer. Un jour son père, exaspéré, lui donna une grande raclée et le mit carrément à la porte. Il pensait que son rejeton allait se repentir, se calmer et rentrer paisiblement à la maison. Mais Antoine avec son sale caractère et son amour-propre décida autrement. Au lieu de retourner au bercail se dit :
« Puisque c’est comme ça, c’est moi qui vais donner une leçon à mon père.Je ne rentrerai pas chez moi. Je vais marcher, comme ça au hasard.» Puis il se mit à marcher.
Il marchait , il marchait, il marchait ,il marchait , il marchait, il marchait ,il marchait , il marchait ,il marchait , il marchait , il marchait et il marchait et il marchait , et il marchait…soudain il s’est rendu compte qu’il était fatigué, très fatigué mais toujours déterminé à donner une bonne leçon à son père il s’est remis ,en traînant le pas ,à mar cher, à mar cher, à mar cher à mar cher à mar cher ..etc. puis la nuit jeta son manteau sombre sur la terre .Il faisait noir partout, partout .. Le petit Antoine constata qu’il était perdu. Il ne savait plus comment s’orienter. Il se déplaçait n’importe comment et finit par pénétrer dans une forêt. Des arbres, des arbres, des arbres partout .Et il entendit les cris des animaux autour de lui . Il ne savait pas si c’étaient des chacals, des loups, des lions..ou de gros oiseaux qui ressemblaient à des vautours qui le frôlaient de leurs ailes en croassant. Il ne pouvait rien voir. La peur, la peur s’empara de lui. Il commença à pleurer, à crier
« Papa ! Maman !»
Seul un silence très lourd lui répondait. Rien! Personne !rien que ces animaux qui risquaient de le dévorer à tout moment .Il avait le souffle coupé ; alors, paniqué, il se mit à courir. Il courait, il courait, il courait, il courait, il courait etc. et tout à coup il découvrit un gros trou . Dans ce trou il y avait un escalier alors il décida de s’y engager, il commença à descendre et il descendait, il descendait, il descendait , il descendait, il descendait , il descendait …puis il arriva à une grande salle . Dans cette salle il y avait une table et sur cette table il y avait plein de douceurs des gâteaux, des sucreries de tout genre des chocolats beaucoup de chocolat et comme il avait une faim de loup il se mit à manger, à manger, à manger .Mais tout d’un coup il entendit des pas très lourds descendre l’escalier. Il regarda du côté de la porte et aperçut une sorte de monstre qui ressemblait à une guenon. Il n’avait qu’un seul œil planté au milieu de sa figure, deux grandes dents qui jaillissaient de sa gueule puis des poils partout sur le corps. Le petit Antoine commença à trembler de peur. Il voyait sa fin approcher, il se cacha dans un coin de la salle. Le monstre se mit à renifler
« Hum éructa-t-il Je sens qu’il y a une présence humaine dans cette salle ! Et répétant .Hum ! Hum ! .
Il se dirigea vers le coin où était tapis le petit Antoine
»
»Ah ! cria-t-il, te voici toi. Viens par ici ! Approche-toi !» 
et le petit Antoine sortit, en tremblant comme une feuille, de sa cachette.
»Approche lui dit le monstre»
Et le petit Antoine obéit docilement.
« Comment t’appelles-tu ?»
lui demanda le monstre
«Je .je.je , je m’appelle Antoine monsieur »

Ne m’appelle pas monsieur ! Je suis un ogre !.
Un ogre ? se demanda Antoine . Il avait en face de lui un ogre !! Oui un véritable ogre ! et sa peur redoubla. Il voulait appeler à son secours son père, sa mère. Mais aucun son ne sortait de sa bouche. Il était devenu muet.
»Montre moi ton bras !»
lui intima l’ogre. Antoine obéit. L’ogre prit le bras d’Antoine, le tâta et s’écria
« Ah voici de la chaire fraiche d’enfant. Hum ! ça fait longtemps que je n’ai pas goûté à une chaire fraiche d’enfant. Attends maintenant je vais aller chercher du bois pour allumer la cheminée et te rôtir.Ca va faire un bon festin !!! »

Antoine se mit à pleurer à l’idée d’être rôti et finir dans le ventre de l’ogre. Ce dernier lui cria à la figure
« Si tu vas te mettre à crier je finirai par te manger tout cru .Alors tais-toi !!!» 
Antoine avala sa salive et garda le silence .L’ogre se dirigea vers la porte, l’ouvrit et après l’avoir bien verrouillé s’en alla. Antoine éclata en sanglot. Il commença à se tâter partout en pensant que toutes les parties de son corps allaient finir dans le ventre de ce monstre .Il se mit à prier le bon Dieu, ses saints. il évoqua ses parents en jurant que s’il arrive à s’en sortir il sera très sage et évitera de faire des bêtises ..
Tout d’un coup, une étrange lumière illumina la salle .Éberlué, il la regarda et aperçut, en surgir, une très jolie femme, blonde, élancée, tenant un sceptre dans sa main .La femme s’approcha de lui en lui disant
« N’aie pas peur petit comment t’appelles-tu ?»
Je ..je .. m’appelle Antoine
« Moi
lui dit la jolie femme
je suis la fée, la femme de l’ogre !»

Antoine n’arrivait pas à croire comment une si jolie femme pouvait être l’épouse d’un type aussi hideux et aussi cruel ; mais ne lui posa aucune question. Il continuait de trembler
« Calme toi Antoine lu dit la fée je vais t’aider à t’en sortir avant l’arrivée de mon mari .As-tu mangé ?»

Oui Oui » balbutia le gamin !!  
Mais je vois que tes vêtements sont sales. Je vais t’en donner de plus propre»
Elle se dirigea vers un coin de la salle et revint avec une belle chemise et un beau pantalon. Elle lui remit une grosse somme d’argent et le conduisit vers une petite sortie de secours. Elle le prit dans ses bras et l’embrassa très fort en lui disant
« Tu vas prendre cet escalier et , avant le retour de mon mari ,tu vas te dépêcher de t’éloigner d’ici »
Antoine monta en grimpant en grande vitesse l’escalier et, arrivé dehors il se mit à marcher marcher , marcher en hélant les voitures qui passaient . Mais les conducteurs, en voyant cet étrange enfant, au lieu de s’arrêter, ils accéléraient …. Jusqu’au moment où un gros camion stoppa. Le chauffeur s’approcha d’Antoine et lui demanda ce qu’il faisait dans cet endroit perdu. Antoine lui raconta sa mésaventure mais préféra ne pas évoquer son histoire avec l’ogre et la fée. Le chauffeur, compatissant, lui demanda l’adresse de sa maison
« Si loin ?» S’exclama-t-il 
Antoine ne s’était pas rendu compte qu’il avait parcouru toute cette distance. Épuisé, à peine installé sur la banquette du camion, il se laissa aller à un sommeil profond .Au bout d’un certain moment il sentit une main lui tapoter l’épaule. C’était le chauffeur du camion qui le réveillait.
Ca y est, petit lui dit-il tu es arrivé.
Antoine se frotta les yeux, incrédule. Que vit-il ? Un étrange branle- bas régner autour de la maison de ses parents. Des policiers partout en train de régler la circulation, des ambulances, des journalistes, la télévision, des hélicoptères survolant la région, des affiches portant sa photo avec des légendes appelant les gens à aider la police à trouver le petit Antoine « A-t-il été kidnappé ? Est-il mort au fond d’un ravin ? … .Après avoir remercié le bon chauffeur, Antoine se dirigea vers sa maison mais en le voyant, les journalistes, les cameraman le suivirent en faisant crépiter leurs appareils et lui poser des questions. Intimidé, le petit Antoine ne sut quoi répondre. Il n’avait qu’une seule idée en tête : Rejoindre, le plus vite possible, ses parents. Il courut vers eux. Ils étaient tous là au pas de la porte Son père, sa mère son frère et ses deux sœurs. Les émotions qui se sont emparées de tout ce monde sont indicibles. Le papa d’Antoine le prit dans ses bras et le serra très fort ,( car il l’aimait beaucoup ) et lui promit de ne plus le mettre à la porte. Antoine de son côté jura à son papa d’être sage comme une image. Mais jusqu’à quand ? Car quand on est têtu c’est pour la vie...
Antoine Safar

Epilogue

Le lendemain sa photo parut dans toute la presse avec des commentaires tout ce qu’il y a de plus fantaisistes « Le petit Antoine a échappé à la mort » « Le petit Antoine a réussi à déjouer l’attention de ses tortionnaires » … » Antoine, du jour au lendemain devint une vedette dont tout le monde parlait

A Marie ma petite-fille chérie
.
Last Updated on Sunday, 22 December 2013 15:47
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962