Sommaire

Espace adhérent

Une cité vertueuse: les neuf portes d'Alep PDF Print E-mail
User Rating: / 2
PoorBest 
Written by Florence Ollivry-babelmed   
Thursday, 10 July 2014 12:25

Qalat Halab: la citadelle d’Alep

 Ville mémoire, ville témoin. L’imposante citadelle de pierre qui la surplombe était le symbole de son intemporalité, le gage de son immuabilité à travers les âges….On pensait que la barbarie des croisades et des invasions mongoles appartenait désormais à un passé révolu…

 

                     Première porte: Bab al Maqâm: la porte du sanctuaire

 

C’est ici, d’après les Alépins, que séjourna Abraham, « Ibrâhîm », alors qu’il remontait le cours de l’Euphrate pour se diriger vers l’Egypte. En ces lieux, le patriarche aurait trait une vache appelée « al-shahba », la grise. D’où, selon certains, le nom de la ville d’Alep : « Halab al-Shahba »

 

                     Deuxième porte: Bâb Antakyah: La porte d’Antioche 

 Abû Firâs al-Hamadânî écrit que nulle part il n’a trouvé ville aussi hospitalière qu’Alep ». Nombreux sont ceux qui vinrent y trouver refuge. Les arméniens, les circassiens, les syriaques, les bédouins, les kurdes, les irakiens.

                          Troisième porte : Bâb al-Djenain, la porte des jardins

Non loin du fleuve Quweik, cette porte donnait sur des jardins dont le rythme saisonnier colorait et parfumait les souks de la cité. Halab, « oum al mahachî wal al kébâb », a donné lieu à l’épanouissement d’une gastronomie extrêmement raffinée, et dèjà au Moyen Age, Abou al-‘Alaa al-Ma‘arrî écrivait que les cuisiniers du Paradis était originaires d’Alep….

Quatrième porte : Bâb el hadîd. La porte du fer 

On pouvait entendre ici le cliquetis des instruments des batteurs de cuivre. C’était le souk al-Nahassin, le souk des batteurs de cuivre. Chaque quartier de la ville s’était spécialisé dans un domaine : l’artère des forgerons, le souk des tisserands,le souk du zattar,le souk des bouchers, le souk des pâtissiers, le souk des batteurs de laine et des marchands d’édredons, le souk des bijoutiers… Le savoir-faire de ces artisans était transmis de père en fils. Le souk de la vieille ville embaumait…..parfums, épices, café, savon, souk des bouchers….Un aveugle pouvait s’y repérer grâce aux odeurs….Mais le souk de la vieille ville a brûlé. Peu à peu l’économie agonise. L’héritage d’une tradition léguée de père en fils depuis des siècles s’éteint peu à peu. La mémoire des savoir-faire séculaires se délite, se perd, un peu plus chaque jour.

Cinquième porte: Bâb el-Nérab  

 

                                                Sixième porte: Bâb Qinnesrin 

Lorsqu’on entrait dans Alep par cette porte, en hiver, on était saisi par l’odeur du savon. Au terme de la saponification, la pâte verte, chaude et fluide était alors déversée sur de vastes étendues planes. En face de la savonnerie Jbayli que se trouve le Bimaristan Arghoun, hôpital médiéval, jadis havre de paix et de lumière. Au fil des siècles, Alep avait développé l’art de guérir les âmes, elle recelait des secrets bienfaisants. Et dans les officines du souk ‘attarin, Alep la guérisseuse avait accumulé au fil des siècles les secrets de la médecine chinoise et indienne, elle avait hérité du savoir des traités d’Ibn Baytar et Avicenne. Aujourd’hui, des 30 officines du souk al-‘attarîn ne subsiste plus qu’une odeur de pierre calcinée.

Septième porte: Bâb el-Farâj: la porte de la délivrance

Huitième porte: Bab el ahmar: la porte rouge

                      Neuvième porte: Bâb al Nasr: La porte de la victoire

 

Sohravardî d’Alep, écrivait : « Qu’une chose blanche quelconque, dont la blancheur est solidaire de la lumière, vienne à être mélangée avec du noir, elle apparaît alors en effet rougeoyante. […]Aussi la Lune apparaît-elle empourprée. »

Alep brûle aujourd’hui, Alep rougeoie, sa face est empourprée. Et nous sommes condamnés aujourd’hui à espérer malgré tout, que c’est à l’est, au-dessus d’Alep, qu’au terme d’une âpre lutte, la lumière prendra le pas sur les ténèbres. Après la mort du Sheikh al-Ishrâq, la lumière de ses textes nous éblouit encore aujourd’hui. De même, il nous faut croire aujourd’hui que le sang des fils d’Alep n’aura pas été versé en vain, et que c’est sur Alep bientôt, que se lèvera le soleil…

Bibliographie :

Les secrets d’Alep (illustrations : Georges Coussa, Arles : Actes Sud, Sindbad, 2006)

La soie et l’orient (photos : Rima Maroun, Rodez : Le Rouergue, 2011)

Source:

http://www.babelmed.net/index.php?option=com_content&view=article&id=13526:les-neufs-portes-dalep-procession-evocatoire&catid=254:syria&Itemid=67

 

 

 

Last Updated on Tuesday, 15 July 2014 10:51
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962