Espace adhérent

Les élites arabes et leur rôles dans le développement-Large contribution d’un chef de file de la pensée arabe moderne : AEK ABID PDF Print E-mail
User Rating: / 1
PoorBest 
Written by Kader Abid   
Sunday, 17 June 2018 16:28

 

Préambule

 

J’ai sélectionné ce travail d’équipe parce qu’il porte les empreintes de Aek Abid dont la continuité apparait dans son ouvrage publié récemment sur le site culturel mlfcham, le lien est :

http://www.mlfcham.com/v1/index.php?option=com_content&view=article&id=1699:la-societe-future-par-kader-abid&catid=368:kader-abid&Itemid=2241

Voici les mots-clés dans ce document très précieux que vous trouverez dans ce travail d’équipe et qui démontrent continuité et convergence dans l’esprit de Aek Abid :

Recadrage, relations interpersonnelles, institutions politiques et démocratie ;

Cela nous ramène à cette conclusion : « « La disponibilité soudaine d’un savoir largement supérieur en propulsant notre pensée en avant sans le bénéfice d’une assimilation cohérente et progressive de toutes les étapes intermédiaires ayant amené ce résultat peut avoir des conséquences véritablement malheureuses (école de Palo Alto)». Le danger pour les pays arabes est de ne pas pouvoir s’intégrer dans une phase de transition entre la société actuelle et la société future, par manque de contribution de leurs élites dont le travail préparatoire est souligné dans ce document : il suffit de le lire puis de l’appliquer avant que ce soit trop tard.

Amin Elsaleh – 17/06/2018

CRASC Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle

Division de recherche « socio anthropologie de l’éducation et des systèmes de formation »

Projet de recherche N°132/P.E/CRASC/11 du 01/07/11 au 30/06/2014

Equipe du Centre de Recherche Algérie CRASC

 

Axe de recherche

Chercheur

Méthodologies

- Enquêtes

- Focus

Ahmed Mokaddem

Enquête Professeurs Université

Hafida Kebbati

Focus Jeunes

Bouabdallah Kacemi Ahmed Mokaddem Aek Abid

Focus Entreprise

Aek Abid

Focus Femmes

Aek Abid

Focus Artistes Théâtre Cinéma

Aek Abid

 

INTITULE DE L’ EXTRAIT DU RAPPORT FINAL :

Processus de développement du Monde Arabe

‘’Les élites arabes et leur rôles dans le développement’’

Problématique

Le développement est une question vitale pour les pays « non encore développés » en particulier pour la majorité du Monde Arabe.

Toutefois, il faut auparavant lever un présupposé fort des Elites de ce Monde Arabe

En effet il y a

- celles qui présupposent que le Monde Arabe – surtout dans cette phase de globalisation – ne peut plus se développer.

- Et celles qui présupposent qu’il a encore une chance de se développer

Qui a raison ?

Notre présent travail s’inscrit dans le « courant optimiste » qui considère que

- Le Monde Arabe peut encore se développer sous réserve de….

Ce sont donc ces « réserves » que nous voulons approcher dont une : le rôle des Elites

« Rôle opératoire », nous recadrant ainsi sur leurs grandes problématiques et taches.

Voilà posé le cadre global et le recadrage de notre travail.

 

D’où l’objectif N°1 : identifier ces Grandes problématiques et Grandes Taches

Travail en partie ….fait par le rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement du Monde Arabe « UNDP en particulier les Arab Human Development Report qui avaient évoqué les « Three greats tasks : Knowledge, Freedom and Woman’s empowerment. »

Pourquoi en partie : au moins sur trois aspects

1. Un aspect de formalisme méthodologique : ce rapport aborde seulement les Grandes Taches et n’identifie pas formellement les Grandes Problématiques.

Par ailleurs nous aurions voulu identifier plutôt les Actions que les Taches mais par souci de comparabilité, on identifiera les Taches.

2. Un aspect quant à la méthode de validation : ce rapport repose sur une validation d’experts qui – rappelons-le - est actuellement considéré comme le niveau de validation le plus faible derrière les probabilités statistiques et la validation par logique formelle.

3. Et enfin sur un autre aspect de formalisme : le rôle des élites est présupposé. Il n’est pas mis en avant formellement.

Pour notre part, notre travail abordera plus formellement ces trois aspects :

- Les Elites Arabes sont donc notre acteur formel et non présupposé

- L’identification des grandes problématiques et taches selon une méthode probabiliste statistique validant de manière plus forte cette identification

En un mot, on fera donc identifier les grandes taches et problématiques des Elites Arabes par les ….Elites elles-mêmes. Pertinence oblige.

Reste le problème de l’identification d’un échantillon représentatif.

- et on identifiera certes les Grandes Taches mais surtout les Grandes Problématiques, matrice qui permet de déduire les Grandes Taches.

Ces aspects mettent toutefois en avant deux gros problèmes méthodologiques

1er : comment identifier cet échantillon

2ème comment identifier les grands problématiques.

Ce projet se base sur les trois grandes taches évoqués dans rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement du Monde Arabe « UNDP 2002 en particulier les Arab Human Développent Report qui avaient évoqué, libertés, savoir et autonomisation des femmes.

Ce projet est divisé lui-même en axes de recherches selon les possibilités de faisabilités des enquêtes.

Le terrain d’enquête était la ville d’Oran et précisément la famille universitaire (enseignante et étudiante) et les objectifs étaient projetés dans le contexte de savoir.

· Mon axe de recherche se base sur la catégorie de jeunes, leur définition du concept d’élites et la perception de leur rôle.

· Mon choix de terrain consisté à savoir auprès des étudiants de l’ENS Oran et celle du ENEPT Oran vu la qualité de leurs niveaux et la formation qui leur a été destinée.

Axe jeunesses :

- Sachant bien que la population jeune est la forte composante du la structure démographique de la société Algérienne, elle est estimé à un taux de plus de 70% de la population globale.

- On a visé cette population vu sa valeur sociale, économique et scientifique sans son poids politique. c’est un gisement inépuisable qu’il faut aviser à investir afin de garantir un avenir certain sans équivoque.

- La potentielle jeunesse est un facteur qui ne demande pas de grands efforts pour faire valoir sa valeur marchande, car il est considéré si on fait un bon investissement comme un gisement inépuisable.

- Pourquoi précisément les étudiants de l’ENS Oran et celle du ENEPT Oran ?

- La réponse de cette ‘’problématique’’ dans le contexte prévisionnel de génération et la question de la relève vu la qualité de leurs niveaux et la formation qui leur a été destinée afin de garantir des cadres capable de lever les défis de l’avenir pour une société qui se veut moderniste par rapport à l’environnement imposé par le système de globalisation, qui impose ses règles et ses lois, avec des logiques propre à la dimension perfectionner afin d’imposer sa politique de développement à tous.

- C’est vrai que le gouvernement algérien a vu que l’installation de ces écoles de formations des cadres supérieures (ENS) par décret présidentielle en 2010 , suite au grand manque remarqué de cadres supérieurs dans différentes structures surtout économiques , et après avoir fait une sélection à partir des résultats obtenus au bac avec des mentions très bien et des moyennes qui varient entre 15 et19 sur 20 dans les matières scientifiques et économiques. Ce sont ses critères, qui ont donné la chance et l’occasion à ces jeunes de se vouloir se former dans des conditions acquises pour une élite d’avenir.

- ENS d’Oran est l’une des trois grandes écoles après Alger et Constantine qui a accueilli ces jeunes lauréats pour un avenir brillant.

- Mon choix de cet échantillonnage repose sur le processus et la qualité de leur formation ou j’ai utilisé deux étapes d’enquête :

- A- Le focus groupe :

- 1er étape : les étudiants du tronc commun de l’ENS USTO

Le focus groupe a été réalisé dans le contexte de donner plus de chance à une population jeune, dynamique et ambitieuse en statut d’étudient. Cette population prépare un diplôme d’ingénieur en sciences, elle est en tronc commun à l’ENS USTO à s’exprimer sur cette thématique en se basant sur le principe des cinq grandes problématiques et taches limitées par le rapport du PNUD 2004.

- J’ai pu faire mon focus groupe avec une équipe d’étudiants d’échantillon du nombre de 14 étudiants de l’ENS d’Oran que j’ai demandé à la directrice pédagogique Dr.khentache la liberté de choisir un groupe représentatifs afin que je puisse entamer mon enquête de focus groupe pour comprendre auprès d’eux leur façon de voir et d’exprimer sur cette question d’Elite. Qu’est- ce qu’ils pensent eux-mêmes comme futurs élites de la nation. ? Quelles sont leur vision pour demain qui est entre leurs mains ?

- Le focus groupe s’est réalisé au CRASC le 11/03/2014 avec un groupe de 14 étudiants qui représente différentes origines socioéconomique du pays.

- Ils avaient été très communicatifs sur la question et très intéressés sur le contenu de la discussion, ’on dirait c’est la première fois qu’une personne s’intéresse à leur avenir et leur porte cet intérêt de les considérer comme élite ‘’ .

- Ils ont l’idée qui sont différents des autres étudiants, cela par le traitement qui leur a été désigné par le ministère de l’enseignement supérieur.

- Et aussi, les faveurs qui leurs été allouer dans l’hébergement et le transport.

- Cela veut dire dans les messages de la tutelle (ministère de l’enseignement supérieur) que vous êtes différent des autres étudiants et que vous auraient des traitements très spéciaux avec des faveurs que les étudient n’auront pas.

- Plus de 3 heures de discours développés par étudiant sur la question des jeunes élites.

· Définition de l’élite :

· Pour eux la définition de l’élite se limite à une conception reçue dans le processus de leur éducation familial et surtout de leur socialisation. chacun de ses étudiants représente un aspect d’appartenance social qui se distingue dans leur façon de s’exprimer et d’interpréter les données.

1- L’Elite c’est Quelqu’un qui a le pouvoir de changer la société, il n’est pas forcement qui soit un ministre ou un industriel ou financier.

2- L’élite est une personne exceptionnelle, qqn qui fait la différence, qqn qui a le potentiel, qui a une idéologie, il est un peu spécial, qui a une vision

3- il ne pense pas comme la majorité des gens.

4- L’élite est une Question de fonction de sa personnalité, il applique ses connaissances, ses capacités intellectuelle + avoir un caractère.

5- L’élite est Qqn qui applique ce qu’il a appris.

6- L’élite est un Visionnaire.

7- L’élite est Qqn qui fait changer les choses.

8- L’élite est un don acquis qui peut faire influence sur les gens.

9- L’élite est une personne qui a le pouvoir de faire changer les choses.

10- L’élite est un combattant.

11- L’élite est une personne qui essaye de résoudre un problème quelconque et que la réussite suit ; une personne charismatique. De Forte personnalité .Un leader cheap. Il arrive à lier les gens à sa cause.

12- L’élite est Qqn qui croit au changement ; il a un une certaine stratégie. une forte personnalité.

13- L’élite est qqn de passionnant pas forcément une forte personnalité, mais qui est doué.

14- L’élite est une personne qui a le pouvoir de changer le monde ; et une personne qui pense à côté, elle voit des choses pas comme les autres (il voit autrement les choses) ,il a confiance en soi et la capacité de changer le monde.

· En général la définition donnée par ces étudiants réalise que pour eux , une élite est acquise à des caractéristiques et des qualités qui peuvent le qualifier à être chargé de mission pour diriger la société et la mener vers des horizons , et aussi porteur de projets qui peuvent provoquer le changement et réduire les taux de risque afin de permettre à la société de mieux s’épanouir dans un environnement plus adéquat à ses inspirations

· Une élite, il faut qu’il soit une personne qui a un savoir général qu’il lui accédera à des potentialités pour mettre fin à tout désordre ou anarchie qui s’introduit au sein de la société.

· Les cinq problématiques :

J’ai expliqué les cinq grandes problématiques limitées dans le rapport du PNUD, mais je leur ai demandé de limiter ses cinq problématiques ou de proposer quelques-unes qu’ils voient plus intéressante que celle soulignées.

1- Le politique2, le social1, l’écologie4, économique 3

2- Economie, industrie, agriculture, politique (stabilité) (développement), le social (niveau, éducation), culture ;

3- Education, religion(le spirituel), formation, changement, politique .

4- Démocratie, économie, éducation, santé , nouvelle technologie .

5- mal gérance, santé, éducation (pédagogie de formation), politique, la culture, social.

6- politique, les problématique toutes sont reliés les unes aux autres, réglé le politique tout se règlent. (il a donné l’exemple des révolutions), économie, social, culturel (dépendance culturelle USA) problème de minorités au monde (le non-respect de minorité chez nous).

- En général, les cinq problématiques sont celles expliquées par les étudiants et celle proposées, car pour eux les problématiques primordiales sont à ordre économique, éducatif, politique, religieux et culturel.

- Pour eux , il faut prendre en charge des problématiques qui intéressent le développement de la société et celle de l’ordre international .

· les taches :

1- instaurer leurs idées par la force (par tous les moyens-force du changement), stratégie du changement politique, économie (industrialiser le pays) crée une culture propre à nous et influence le monde

2- dépendance en agriculture,

3- l’éducation,

Pour les étudiants il y a trois importante taches pour une élite de les réaliser en premier lieu l’éducation, économie et le politique, si on arrive à prendre en charge la réalisation de ces trois taches l’avenir des générations est garanti et aussi elle sera sans risque.

Conclusion :

En conclusion à ce focus groupe qui s’est déroulé dans l’atelier bleu du CRASC le 11/03/2014 de 9h30 à 13h 30.

L’ensemble des étudiants s’intéressaient à ce projet et ils ont accordé toutes leurs attentions. Ils avaient participé au débat d’une manière très passionnante et instantanée. Leur intérêt pour la thématique du projet était clair à travers les différents discours produits par chacun d’entre eux, cela malgré que les uns soient différents des autres, selon leurs origines socio-économiques et intellectuelles des sphères familiales.

Ils avaient discuté la définition de l’élite et son rôle, ensuite ils ont cité les cinq principales problématiques que doit l’élite prendre en considération pour réaliser le projet du développement de la société. Et puis, ils ont limité les trois grandes tâches qu’attend l’élite à accomplir suivant la mission souscrite selon la dimension du projet social.

Ils ont rempli la fiche technique avec l’enthousiasme de connaitre les résultats vu que la thématique traite la dimension de leur devenir en tant que futur potentiel concepteur de demain, qui pourra devenir une élite pour la société, vu le statut et la mission de l’ENS.

Par contre, ils ont critiqué le programme pédagogique et le niveau des enseignants qui ne correspond pas avec la réalité du savoir qu’ils sont sensés acquérir suite au profil promis par le ministère de l’enseignement supérieur (l’ENS) à réaliser suivant un agenda prescrit par la tutelle. Ils sont conscients de leur rôle et les défis qu’ils les attendent. Pour eu la formation ne répond pas au statut prescrit en comparant à d’autre sociétés qui suivent le même cycle de formation pour leurs étudiants.

Peut-être ces critiques sont dues, soit à leur niveau d’intelligence ou due au programme qui n’est pas à la hauteur de leur attente. L’essentiel, ils sont clairvoyants de leurs situations vis à vis de la politique d’enseignement du pays et les moyens qui leur sont appropriés et mis à leur disposition.

- 2eme étape : les étudiants de l’ENPTO qui sont des étudiants de spécialités, qui ont eu une formation en tronc commun à l’ENS USTO. J’ai vu que c’est important de voir cette population et leur poser les mêmes questions que celle des étudiants de l’ENS tronc commun, afin de savoir s’ils ont les mêmes perceptions de la question des élites ou pas.

j’ai rencontré Mr Monsieur Amir directeur adjoint des études de graduation et des diplômes le 13/04/2014 qui a bien reçu le fax de la lettre de demande d’autorisation du 24/04/2014 pour la réalisation du focus groupe au siège du CRASC avec des étudiants de l’ENPTO.

De même, mes enquêtes à l’ENPTO par questionnaire étaient très satisfaisantes.

On attendait le retour des étudiants des vacances pour avoir une confirmation avec le DAEGD. Ce dernier, m’a demandé de procurer un transport pour ramener les étudiants concernés par le focus groupe du ENPTO jusqu’au CRASC. Mais au niveau CRASC la réponse était négatif chose qui m’a compliqué la tâche.

Malgré cela, je ne me suis pas décourager, par contre j’ai eu plus de courage et persistance pour aller jusqu’au bout de mes inspirations j‘ai même proposé au Directeur d’aller au niveau de leur institution et de réaliser le focus groupe. Leur réponse était d’accord, mais les grèves des étudiants étaient le nouvel ennemi qui m’a bloqué et mis fin à toute inspiration. J’ai beaucoup tenté de réaliser mon focus groupe mais les étudiants ont insinués leur refus.

Le problème de cet échec se limite dans la lenteur de l’administration des deux côtés le premiers était dans la délivrance des ordres mission au niveau du crasc et le deuxième était dans la bureaucratie de l’ENTPO.

B- Le Questionnaire :

Ce questionnaire était conçu et réalisé dans la probabilité ou il y aura échec du focus groupe avec les étudiants de l’ENTPO.

J’ai préparé un questionnaire composé de 22 questions, tout porter sur les jeunes élites en Algérie ‘’les jeunes en formation à l’ENS & ENTPO à Oran’’.

Le questionnaire tourné autour de leur situation socio-familial, sur leur formation puis sur la question de l’élite, les problématiques et taches de ces élites.

L’échantillon était représentatif et aléatoire composer de 50 étudiants des deux sexes.

La durée de la réalisation de ses enquêtes à durer plus de trois mois avec le risque que ses étudiants ne me retourne pas le questionnaire vu leur préoccupation.

En général dans dépouillement les résultats étaient satisfaisantes par rapport à la question de la thématique jeunesse et aussi leur perception du concept de l’élite dans la dimension qui est propre à eux et non celle imposer par l’idéalisme.

L’âge des enquêtés variés entre 20ans et 23 ans tous en préparation d’un diplôme d’ingénieurs dans le domaine industriel mais 7% ont voulu faire le métier de professeur car ils voient dans cette discipline une mission à accomplir de former des générations futur et de les préparer à devenir des cadre responsable dans leur domaine. Mais 10% veulent changer de discipline de formations ont adoptant la formation dans le domaine médicale (médecin, pharmacien…).

Le niveau de leurs parents lui aussi à jouer un rôle important dans leur formation et orientation éducatif.

J’ai posé une question sur est-ce qu’ils étaient libre dans leur choix ou pas.

Leur réponse se définissent autour de 30% d’entre eux n’ont pas la liberté du choix mais Par conséquent ils étaient orienter, mais plus de 70% étaient libre de leurs choix.

Leur avis sur la qualité de la formation se différencier, 30% l’ont qualifié de mauvaise et 54% la limite comme acceptable et le reste disaient qu’elle était bonne.

Donc la formation est critiqué par l’ensemble des étudiants qui voient un recule de niveau avec la médiocrité de l’enseignement et le niveau des enseignants qui ne s’adaptent avec la qualité du programme promis pour une formation de haut niveau.

Pour eux ils étaient trahis par des promesses bidon et démagogiques de la part du politique qui pense qu’à dorer son image dans la scène international et non de procurer une formation de qualité pour ses enfants de demain.

Les questions 18 et 19 plus de 20% des échantillons non pas voulu répondre celle qui se porté sur la définition de l’élite et les rôles des élites dans la société.

Les questions 21 et 22 plus de 49% des étudiants ont refusé de répondre se sont les questions qui se portés sur les cinq problématiques et missions et les taches que l’élite doit limités et définir afin de jouer son rôle dans des conditions qui lui permettre de réaliser.

J’ai pu remarquer, que ces étudiants refusent de s’impliquer dans un débat qui n’est pas le leur malgré, malgré qui sont visé par ce travail vu son importance.

On a l’impression que le temps change de cadence entre les deux écoles les uns sont ambitieux par encore affaibli par les problèmes quotidiennes et les autres qui ont de l’expérience s’admettent à la réalité des choses.

- Conclusion.

L’élite demeure un symbole pour toute génération, un sauveur qui vient délivrer la société de ses vices et problèmes. Certes, il est un être humain comme nous tous, ,mais il a plus de capacité de prendre en charge les malheurs des autres et celle que personne ne veut avoir comme responsabilité.

L’élite proposée par les autres (PNUD) ne correspond pas à notre culture et non à la façon de voir l’avenir, un avenir propre à nous et il répond à nos inspirations et besoin.

Sans revenir aux différentes études sur l’élite surtout l’élite arabe qui est devenue une génération qui refuse de porter la responsabilité de sa population par crainte de l’échec ou par crainte de l’oppression de la part des systèmes arabes qui sont aujourd’hui affaibli par les conflits de pouvoir.

C’est vrai, l’élite arabe existe, mais on peut la définir et dans quel rang elle est ?

J’ai choisi cette jeunesse parce que je vois en eu une lieur d’espoir de porter les flambeaux de notre réussite et de prendre en main leur devenir et ne laisser personne décider à leur place quel que soit son rang de pouvoir et grade dans la société.

Les générations se succédent et le risque augmente d’être sous domination de l’autre qui cherche que son intérêt et non le nôtre.

Bouabdallah KACEMI

I. rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement du Monde Arabe « UNDP en particulier les Arab Human Development Report qui avaient évoqué les « Three greats tasks : Knowledge, Freedom and Woman’s empowerment. »

· Définition de l’élite :

1. L’Elite c’est Quelqu’un qui a le pouvoir de changer la société, il n’est pas forcement qui soit un ministre ou un industriel ou financier.

2. L’élite est une personne exceptionnel, qqn qui fait la différence, qqn qui a le potentiel, qui a une idéologie, il est un peu spécial, qui a une vision claire des choses, il ne pense pas comme la majorité des gens.

3. L’élite est une Question de fonction de sa personnalité, il applique sa connaissance, ses capacités intellectuelle + avoir un caractère.

4. L’élite est Qqn qui applique ce qu’il a appris.

5. L’élite est un Visionnaire.

6. L’élite est Qqn qui fait changer les choses.

7. L’élite est un don acquis qui peut faire influence sur les gens.

8. L’élite est une personne qui a le pouvoir de faire changer les choses.

9. L’élite est un combattant.

10. L’élite est une personne qui essaye de résoudre un problème quelconque et que la réussite se suit ; une personne charismatique. De Forte personnalité .Un leader cheap. Il arrive a lié les gens à sa cause.

11. L’élite est Qqn qui croit au changement ; il a un une certaine stratégie. une forte personnalité.

12. L’élite est qqn de passionnant pas forcément une forte personnalité, mais qui est doué.

13. L’élite est une personne qui a le pouvoir de changer le monde ; et une personne qui pense à côté, elle voit des choses pas comme les autres (il voit autrement les choses) ,il a confiance en soi et la capacité de changer le monde.

14. En général la définition donnée par ces étudiants réalise que pour eux , une élite est acquise à des caractéristiques et des qualités qui peuvent le qualifier à être chargé de mission pour diriger la société et la mener vers des horizons , et aussi porteur de projets qui peuvent provoquer le changement et réduire les taux de risque afin de permettre à la société de mieux s’épanouir dans un environnement plus adéquat à ses inspirations

15. Une élite, il faut qu’il soit une personne qui a un savoir général qu’il lui accédera à des potentialités pour mettre fin à tout désordre ou anarchie qui s’introduit au sein de la société.

- Axe Focus Entreprise et Femmes Aek Abid

- Axe Focus intellectuels artistes Aek Abid

Annexe : Monde Arabe

(extrait de la conférence du Dr Aek Abid sur le Monde Arabe en 2007 Bibliothèque Nationale Hamma Alger )

Le Monde Arabe est-il un d’abord un … Monde

Comme on dit couramment il faut commencer par le commencement

Et le commencement est que Monde Arabe soit d’abord un …Monde.

Et Arabe ensuite

Commençons donc par le Monde….Diplomatique

Le grand hebdomadaire français rapporte dans une de ses éditions – les actes d’un colloque tenu à Aix en Provence en juin 2005 autour de la problématique du Monde Arabe.

Ces actes ont fait l’objet en 2007 d’un ouvrage en deux volumes.

- Etats et sociétés de l’Orient arabe. En quête d’avenir 1945-2005 sous la direction de Gérard D. Khoury et Nadine Méouchy

Dans ce colloque il était encore une fois souligné l’importance accordée par de nombreux milieux à la stabilité d’une région particulièrement sensible pour les intérêts des puissances industrielles.

Ce colloque n’a pas manqué de mettre le doigt sur l’apport négatif des puissances étrangères sur les Etats et les sociétés arabes.

Le problème des évolutions jusqu’à l’islamisme a fait l’objet du second volume.

La construction nationale, les stratégies économiques, l’expansion de l’islam, le terrorisme et les conflits régionaux qui mettent en péril les rapports Nord-Sud (plutôt Nord-Nord) ont aussi été passés en revue.

Passons chez les linguistes.

« Monde » désigne « une société telle qu’elle se présente à une époque donnée ou dans un milieu géographique déterminé »

Levons tout de suite un discret présupposé que suggère fortement l’expression « ce bas monde » à la différence « d’Univers » qui lui a un préjugé positif le renvoyant à universel et …université.

Monde risquant de donner « mondicité » pas loin de « immondice »

En réalité les linguistes et surtout les étymologistes n’ont pas tort : monde vient du latin « mundus » qui veut dire « trou nauséabond »

Laissons tomber le négatif (le coté nauséabond) pour ne garder que le coté positif (trou) qui renvoie à quelque chose de bien délimité.

Le Monde sportif délimite ainsi bien le monde des …sportifs comme on dirait le monde de l’Art ou des …artistes.

Autant le monde est « bas » autant Univers a valeur de « haut ».

Pour rester encore dans l’esprit des étymologistes, quelque chose de bien délimité, « Mundus Arabus», peut être bien délimité de plusieurs cotés :

- Un coté historique centré sur trois segments forts : langue, culture et civilisation.

- Un coté géographique avec un ensemble unifié par la prédominance de zones arides et désertiques, heureusement compensé par la découverte du pétrole.

- Enfin un coté marketting avec les tentatives de créations d’ensembles régionaux – Maghreb, Kalidj – centrés autour de la création de « marchés communs » dans lequel encore une fois le pétrole a une place prépondérante.

Construction économique le point faible du Monde Arabe.

Ainsi si nous reprenons la définition de « Monde », «un milieu géographique déterminé », le Monde Arabe a eu son « milieu géographique déterminé » - de l’Euphrate à l’Andalousie

Et si nous la reprenons comme «société telle qu’elle se présente à une époque donnée.», force est de reconnaitre que le Monde Arabe a eu sa belle « époque donnée » qui s’est brutalement arrêtée en 1492 avec la chute du dernier royaume andalou.

En un mot Monde signifie de manière générique

- une espace géographique commun

- et surtout une Histoire commune

Ce serait Monde version histoire géo, intégrant préférentiellement langue, religion, culture et valeurs identiques lui conférant une certaine homogénéité voire cohérence, Tout comme on parle de Monde Asiatique ou Monde Américain par exemple.

Mais à cette forte version « histoire-géo » on peut lui opposer une « version économique », celle là se focalisant plutôt sur tissu industriel, technologies, innovation, recherche-développement, automation, robotique, réseaux de communications, information, formation, Etat de droit, institutions, élites éclairées et entreprenantes, etc. où cette fois-ci le Monde Arabe trouve plus difficilement sa place.

Le pétrole va-t-il jouer le rôle qu’a joué la rente agricole pour les pays européens de la Renaissance c’est-à-dire comme outil financier voire moteur important de l’amorce de leur développement?

Bien sur cela présuppose le modèle occidental comme…modèle.

Mais à l’heure de la mondialisation, le Monde Arabe n’a pas d’autre choix que de fonctionner comme …Monde d’abord

Pour ne pas dire Marché.

Survie oblige.

Mais ce Monde Arabe n’est toujours pas encore un …Marché Arabe.

Marché, présupposé fort d’une industrialisation encore déterminant incontournable du modèle de développement actuellement dominant.

Annexe : Problématique

Une problématique est un ensemble de problèmes ayant

- Comme première particularité, d’être liés entre eux

- et une seconde : selon un lien logique.

Mais le problème n’est pas tant dans la définition que dans les méthodes et procédures d’identification de cette problématique.

Comment on identifie une problématique ?

En réalité derrière cette remarque c’est la validité de ces méthodes et procédures qui est en jeu..

Cette validation pouvant ou non conforter la pertinence de ces approches.

Mais sans entrer dans le détail des milliers de méthodes, techniques et procédures de validation, on veut rappeler les trois grands systèmes de validation.

En effet c’est l’identification des problèmes et leur intégration logique en problématique qui est le temps fort dans tout projet voire dans toute simple action.

Toutefois tenant compte de l’enseignement de l’Ecole de Palo Alto il s’agit

«en abordant un problème de

1. Définir clairement le problème en termes concrets

Un problème ne peut être résolu que s’il s’agit vraiment d’un problème

2. Examiner d’abord les solutions déjà proposées et essayées

3. Définir clairement le changement - résultat - auquel on veut aboutir

Exigence implicite d’un but définissable concrètement et réalisable pratiquement

4. Formuler et mettre en œuvre un projet pour effectuer ce changement»

L’identification des problématiques se fait selon plusieurs techniques et méthodes – brain storming, questionnaire, sondage, analyse de données,, etc, mais pour notre part nous utilisons depuis des années la Méthodologie Pralinn pour les identifier.

Pour augmenter la pertinence de cette action, le plus simple est de recueillir les problèmes directement auprès des acteurs ciblés par un programme, projet ou action.

Mais l’un des confusions les plus fréquentes est celle de confondre entre problème et question.

Et de se retrouver non avec une problématique mais avec un questionnement.

Une autre difficulté aussi est celle de ne pas très bien distinguer entre problème et item-problème.

Cette nuance cherche sert surtout à mieux

- Classer en problématique

- Et encore plus, identifier la solution la meilleure.

Ce qu’on demande à une problématique c’est surtout

- Une grande pertinence

- Et éviter tous les biais de confusion.

C’est cette problématique qui va donc se décliner en une « chaine magique » : objectifs, actions, résultats attendus, procédures de résolution, résultats obtenus, évaluation et conclusions

Annexe : Elites

Toutefois avant d’aborder leur rôle, commençons par les définir

Etymologiquement Elites renvoie à élu.

On ne va pas se poser la question, élu par qui ?

Les civilisations antérieures dissociaient le sage – avec son autorité morale – des élites gouvernantes.

Le sage étant le prototype de l’élite « morale et intellectuelle » de ces sociétés là.

Et par ailleurs non élu…

Les vieilles civilisations non encore délivrées de la faim et des guerres érigeaient aussi en véritables élites les producteurs et les guerriers presque au même rang que les sages.

Le « sage » a été progressivement remplacé par l’Elite des temps modernes : les experts.

Ces derniers sont souvent sollicités par une autre Elite la plus puissante : les Elites dirigeantes, dominant en particulier la sphère politique.

Elites dirigeantes, elles par contre, le plus souvent élues dans nos temps actuels.

D’ailleurs souvent sous le vocable d’Elites on entend actuellement beaucoup plus des groupes dirigeants que les « sages » souvent conseillers de ces décideurs.

On peut aussi se poser la question type « la couleur du cheval blanc d’Henri IV » : pourquoi les Elites cherchent-elles à être des …Elites.

Pour l’autorité morale ?

Ou une autorité beaucoup moins morale et plus matérielle ?

Ce que peut procurer la position de dirigeant

Elites allant souvent de pair avec certes supériorité spirituelle mais surtout matérielle et se manifestant en symbiose dans un certain statut social.

L’auteur américain Wright-Mills dans son ouvrage « The Power Elite » considère qu’il n’y a « qu’une seule élite qui contrôle les trois institutions qui dominent l’Etat et la société : le politique, le militaire et l’économique. »

Le politique donnant les Elites politiques, du maire, aux commis de l’Etat en passant par les Elus de la Nation, le pouvoir exécutif, etc. (le pouvoir législatif étant considéré comme « non-politique »)

Le militaire fortement impliqué à travers le complexe militaro-industriel dans le politique comme aux USA.

Enfin le secteur économique représenté par le puissant groupe des managers non propriétaires juridiques ou si peu (stock options) des entreprises mais qu’ils dirigent en véritables décideurs.

Dans ce présent travail, on s’est hasardé à donner la définition la plus « générique» possible d’Elites Arabes recadré sur

§ le profil

§ et le domaine ou le champ

Pour le profil, on est parti d’un « certain bagage » soit universitaire, culturel, artistique tout en restant relativement flexible dans la mesure où nous avons inclus des penseurs libres voire des élites autodidactes.

Pour les champs ou domaines, là aussi on a inclus le management, la formation, la recherche, la communication, le Monde de la Culture, le Monde de l’Art voire même le Monde Sportif sans exclure des mondes ayant relativement mauvaise presse comme le Monde des Affaires et encore plus le Monde de la Finance.

Bien sur il existe d’autres typologies comme celles prise dans l’ouvrage sous la direction d’O. Lardjane : Elites et Société Editions Casbah qui distinguait Elites économiques, politiques, sociales, etc.

On peut aussi citer des classifications peut être moins consensuelles que celle d’O. Lardjane, comme celle de Manuel Castells – Université de Berkeley - avec « une typologie articulée autour de trois dimensions :

1. La première dimension - création de valeur avec les « capitaines », les chercheurs, les concepteurs, les intégrateurs, les opérateurs et enfin les robots humains.

2. La deuxième - création de relation – avec les connecteurs, les connectés et les déconnectés

3. Et la troisième - prise de décision avec les décideurs, les participants et les exécutants. » Fin de citation in "La société en réseaux" (titre original " The Rise of the Network Society") de sa trilogie "L'ère de l'information" - Fayard

Pour la suite nous optons pour la définition « générique » selon le profil et le domaine.

Quel serait alors leur rôle ?

Pour approcher cela nous allons l’aborder selon un angle particulier à savoir la nuance entre universitaire, intellectuel et élite.

Sans entrer dans un débat académique disons pour simplifier

- Qu’entre autres de toutes les qualités qu’on attend d’un universitaire, celle qui le caractérise plus que tout autre est la compétence dans son domaine.

- Cet universitaire peut « s’élever » au statut d’intellectuel lorsqu’en plus de sa compétence, il mène une réflexion sur son domaine apportant un plus et renforçant en retour sa compétence et celle d’autres universitaires.

- Enfin si cet universitaire, outre la compétence, outre la réflexion, amène une vision et une perspective, il franchit le pas et intègre le champ des Elites.

En un mot ce qu’on attend de l’Elite c’est surtout la vision.

A signaler au passage qu’il existe bien sur mais en nombre de plus en plus restreint des Elites non-universitaires.

Mais comment se construit cette vision ?

Dans la capacité de voir les « choses simples »

Même à travers un cheminement compliqué!

Ou dans un langage plus savant dans la multitude des choses arriver à « voir » les choses simples qui les traversent.

« Ils regardent mais ne voient pas » disait Jésus Christ.

Techniquement la vision serait cette capacité d’entrevoir dans la « multi » les aspects « trans ».

Que cela se fasse intuitivement et empiriquement ou de manière toute à fait formelle et formaliste là n’est pas le problème.

Un peu comme il faut passez par la quantité pour arriver à la qualité.

Le passage par le « multi » reste toutefois obligatoire.

Dans cet esprit, le processus de développement exige de nos Elites : deux choses simples et une chose « non-simple » voire compliquée.

Commençons par les deux choses simples :

- D’abord identifier et partir des grandes problématiques du moment

- Et ensuite dans la multitude des modèles opter pour un modèle adaptable et simple dans son application

Et la chose « non-simple »

- Celle d’avoir le souci permanent de mettre en visibilité les présupposés qui sous tendent le processus dans son ensemble.

Pas aussi simple tout cela rétorqueront certains.

On en convient !

Mais n’est ce pas là une exigence minima vis-à-vis des Elites ?

Les systèmes de validation

Commençons par le grade le moins puissant : la validation par expertise.

En effet ce « vieux » système qui se basait sur l’opinion des « sages » dans les temps anciens a été quelque peu modernisé lorsque les sages ont été « remplacés » par les experts.

Mais les sages existent toujours….

Ces experts peuvent en effet avoir raison – assez souvent – comme tort et là aussi assez souvent.

D’où la nécessité d’un système plus fiable.

Un système plus fiable : les probabilités et le calcul statistique.

Bien sur c’est encore une fois des mathématiciens Pascal et Pierre de Fermat qui allaient mettre à mal ce système par expertise en introduisant il y a de cela trois à quatre siècles : une validation s’appuyant sur l’approche probabiliste et le calcul statistique.

Ainsi si des experts donnent par exemple des chiffres pour le nombre des diabétiques (les statisticiens appelle cela la prévalence) et qu’une enquête de prévalence va montrer qu’il y a trois fois plus, c’est les résultats de l’enquête qui sont valides.

Mais actuellement les experts eux-mêmes s’appuient le plus souvent sur le calcul statistique qui permet de tirer des conclusions probabilistes valides.

Dans ce type de calcul une phase capitale : le calcul de l’échantillon représentatif.

Mais ce puissant système probabiliste allait lui aussi subir les assauts des …mathématiciens.

Le système le plus puissant de validation – et le plus récent : le système de validation par logique formelle.

Ce système se base sur les logiques formelles des systèmes en particulier ceux dits formels.

Pour illustrer cela prenons un exemple d’une simplicité scolaire.

Imaginons en effet un instituteur dans une contrée perdue chargé d’apprendre les règles élémentaires de l’arithmétique par exemple.

Et imaginons encore qu’il ait trente élèves.

“L'Imagination est la seule science exacte que je connaisse." disait un anonyme.

Notre instituteur va leur poser la question la plus simple qui soit

1+1=

A charge ensuite à chaque élève d’y répondre.

Imaginons encore que 28 sur 30 répondent que c’est égal à 3

Les statisticiens vont nous réponde que 93% des élèves ont répondu 3 et donc que c’est la réponse statistique la plus forte.

Et ils ont raison…

Statistiquement parlant bien sur.

Et notre instit de leur répondre que bien que cela soit la réponse statistique la plus forte, elle n’est pas vrai dans le système arithmétique qui a ses propres règles internes.

Vrai au sens où le grand mathématicien Tarski abordait le concept de vérité dans la publication tardive de son fameux : « Le Concept de vérité dans les langages formalisés »

Ainsi et bien que seulement 6,66% des élèves aient trouvé la bonne réponse c’est cette « minorité statistique » qui a raison.

Mais dans le système arithmétique !

Parce les statistiques et l’arithmétique bien que tous deux appartenant aux mathématiques ont des logiques internes et des règles propres.

Et dans la logique formelle ce qui compte c’est certes un certain formalisme mais aussi le respect – presque religieux – des logiques et règles internes propres.

Il est toutefois évident que ce système est difficilement applicable dans les Humanités.

Allez dire que c’est celui qui a eu 6,66% qui a battu celui qui a eu 93% des voix.

Il faut dans ce cas revoir tous les présupposés de la démocratie…statistique.

Un peu difficile, il faut le reconnaitre…

Donc dans ce présent travail nous ne pouvons utiliser que deux systèmes de validation

- le travail des experts

- les probabilités et le calcul statistique.

Le rapport de l’UNDP utilise ces deux systèmes en privilégiant toutefois les experts – du Monde Arabe il est vrai.

Dans notre présent travail, nous allons utiliser aussi ces deux systèmes mais en nous appuyant surtout sur le calcul statistique.

Avant toutefois d’aborder la procédure opératoire d’identification des problématiques et taches, nous allons appliquer un des volets de la DIS : l’explicitation des concepts, à celui d’Elites.

Recadrage de palo alto

Le Recadrage Ecole de Palo Alto Université Stanford San Francisco Californie.

Pour cela nous reprenons notre tableau classique :

 

Item

Signification

Présupposés

Cadre (Général)

Limites dans lesquelles s’inscrit une situation

" nous sommes tous entourés par certaines formes de limites, mais à l'intérieur de ce cercle nous sommes puissants et libres " Alexis Tocqueville

Recadrage (local)

Angle de vue ou d’analyse

1. Acteur

1.1Ses environnements

1.2 Le moment /Timing

 

Le recadrage est simplement dans un cadre donné, un angle de vue ou d’analyse

Bien sur on présuppose que c’est là l’angle de vue d’un acteur donné qui vit dans un environnement donné et à un moment donné.

Il comporte ainsi en vrac 4 variables : angle de vue, acteur, environnement et timing ou si on veut être plus rigoureux 1+1+2 variables

C’est la même chose et pas tout à fait la même chose.

Le recadrage s’avérera être un outil extrêmement opératoire dans notre approche et qui va nous permettre de résoudre certaines questions paraissant de prime abord comme sans réponse.

C est en recadrant le tableau des déterminants de Hobsbawm sur leurs présupposés que nous avons pu ouvrir une perspective de développement que l’analyse des seuls déterminants n’entrevoyait pas.

On verra dans la conférence sur le processus de développement des pays dits développés que c’est le recadrage qui a permis de mettre en évidence un « manque » du tableau de Hobsbawm : le champ des relations interpersonnelles et humaines.

C’est d’ailleurs ce recadrage sur les présupposés qui nous donne la solution.

C’est donc bel et bien un outil opératoire.

Rappelons au passage la définition originelle de recadrage chez Paul Watzlawick qui s’est appuyé sur 2 théories mathématiques :

1. la théorie des groupes d’Evariste Galois

2. et celle des types logiques de Whitehead et Russell.

«Le recadrage est une perspective nouvelle de voir ou d’analyser quelque chose. Re-cadrer signifie donc modifier le cadre conceptuel et/ou émotionnel d’une situation, ou le point de vue selon lequel elle est vécue, en la plaçant dans un autre cadre, qui correspond aussi bien ou même mieux aux «faits» de cette situation concrète, dont le sens, par conséquent change complètement»

«ce qu’on modifie en recadrant c’est le sens accordé à la situation - signification totale et personnelle de la situation en question - pas ses éléments concrets.

Le re-cadrage n’attire pas l’attention sur quoi que ce soit - ne produit pas de prise de conscience - mais enseigne un nouveau jeu qui rend l’ancien caduc» citation tirée de l’ouvrage «Change, Principles of Problem Formation and Problem Resolution»

Le concept d’Elites.

Elites : passage dans le projet

Avant tout chose il convient d’abord de définir ce qu’on veut identifier : les Elites.

On peut proposer une définition plutôt « générique» permettant un certain consensus et recadré sur

§ le profil

§ et le domaine

Pour le profil, on propose de partir d’un « certain bagage » soit universitaire, culturel, artistique tout en restant relativement flexible dans la mesure où nous incluons des penseurs libres sans exclure de nombreuses élites autodidactes.

Pour le domaine, là aussi on reste encore « générique » en déclinant en management, formation, la recherche et communication mais en faisant une certaine place aux Mondes de la Culture, de l’Art voire le Monde Sportif. Pour nous ces « définitions » nous semblent plus flexibles

Bien sur il existe d’autres typologies comme celles soulevées dans l’ouvrage coordonné par O. Lardjane : « Elites et Société dans le Monde Arabe : cas de l’Algérie et de l’Egypte» où on distinguait entre Elites économiques, politiques, sociales ou encore entre Elites centrales, intermédiaires et locales, etc.

On peut aussi citer d’autres classifications comme celle de Manuel Castells – Université de Berkeley - avec « une typologie articulée autour de trois dimensions :

3. La première dimension - création de valeur avec les « capitaines », les chercheurs, les concepteurs, les intégrateurs, les opérateurs et enfin les robots humains.

4. La deuxième - création de relation – avec les connecteurs, les connectés et les déconnectés

3. Et la troisième - prise de décision avec les décideurs, les participants et les exécutants. » Fin de citation in "La société en réseaux" de sa trilogie "L'ère de l'information" - Fayard

Elites : extraits des différentes interventions

Pour identifier notre échantillon d’Elites, il faut passer par leur définition consensuelle valide préalable.

Commençons donc par leur définition

Elites renvoie bien sur à élu.

On ne veut pas poser la question, élu par qui ?

Les civilisations antérieures dissociaient le sage – avec son autorité morale – des élites gouvernantes.

Le sage étant le prototype de l’élite « morale et intellectuelle » de ces sociétés là.

Et par ailleurs non élu…

Les vieilles civilisations non encore délivrées de la faim et des guerres érigeaient aussi en véritables élites les producteurs et les guerriers presque au même rang que les sages.

Le « sage » a été progressivement remplacé par l’Elite des temps modernes : les experts.

Ces derniers sont souvent sollicités par une autre Elite la plus puissante : les Elites dirigeantes, dominant en particulier la sphère politique.

Elites dirigeantes, elles par contre, le plus souvent élues dans nos temps actuels.

D’ailleurs souvent sous le vocable d’Elites on entend actuellement beaucoup plus des groupes dirigeants que les « sages » souvent conseillers de ces décideurs.

On peut aussi se poser la question type « la couleur du cheval blanc d’Henri IV » : pourquoi les Elites cherchent-elles à être des …Elites.

Pour l’autorité morale ?

Ou une autorité beaucoup moins morale et plus matérielle ?

Ce que peut procurer la position de dirigeant

Elites allant souvent de pair avec certes supériorité spirituelle mais surtout matérielle et se manifestant en symbiose dans un certain statut social.

L’auteur américain Wright-Mills dans son ouvrage « The Power Elite » considère qu’il n’y a « qu’une seule élite qui contrôle les trois institutions qui dominent l’Etat et la société : le politique, le militaire et l’économique. »

Le politique donnant les Elites politiques, du maire, aux commis de l’Etat en passant par les Elus de la Nation, le pouvoir exécutif, etc. (le pouvoir législatif étant considéré comme « non-politique »)

Le militaire fortement impliqué à travers le complexe militaro-industriel dans le politique comme aux USA.

Enfin le secteur économique représenté par le puissant groupe des managers non propriétaires juridiques ou si peu (stock options) des entreprises mais qu’ils dirigent en véritables décideurs.

Dans ce présent travail, on s’est hasardé à donner la définition la plus « générique» possible d’Elites Arabes recadré sur

§ le profil

§ et le domaine ou le champ

Pour le profil, on est parti d’un « certain bagage » soit universitaire, culturel, artistique tout en restant relativement flexible dans la mesure où nous avons inclus des penseurs libres voire des élites autodidactes.

Pour les champs ou domaines, là aussi on a inclus le management, la formation, la recherche, la communication, le Monde de la Culture, le Monde de l’Art voire même le Monde Sportif sans exclure des mondes ayant relativement mauvaise presse comme le Monde des Affaires et encore plus le Monde de la Finance.

Bien sur il existe d’autres typologies comme celles prise dans l’ouvrage sous la direction d’O. Lardjane : Elites et Société Editions Casbah qui distinguait Elites économiques, politiques, sociales, etc.

On peut aussi citer des classifications peut être moins consensuelles que celle d’O. Lardjane, comme celle de Manuel Castells – Université de Berkeley - avec « une typologie articulée autour de trois dimensions :

5. La première dimension - création de valeur avec les « capitaines », les chercheurs, les concepteurs, les intégrateurs, les opérateurs et enfin les robots humains.

6. La deuxième - création de relation – avec les connecteurs, les connectés et les déconnectés

3. Et la troisième - prise de décision avec les décideurs, les participants et les exécutants. » Fin de citation in "La société en réseaux" (titre original " The Rise of the Network Society") de sa trilogie "L'ère de l'information" - Fayard

Pour la suite nous optons pour la définition « générique » selon le profil et le domaine.

3 Système de validation

Passons maintenant à leur identification

Comment va-t-on pouvoir identifier ces Elites vu la faiblesse des bases de données en particulier statistiques dans le Monde Arabe.

Et ceci sans préjuger de leur fiabilité.

Bien sur, le plus rigoureux est de consulter les données statistiques de chaque pays en espérant avoir des données chiffrées sur leurs Elites où à défaut les extrapoler.

Seul en effet ce « chiffrage » préalable permet de quantifier l’échantillon représentatif de chaque pays.

Mais là de nombreuses questions se posent

- a-t-on d’abord des bases de données ? sont-elles à jour ? sont-elles fiables ? sont-elles accessibles ?

Pour notre part, n’ayant aucune capacité « logistique » de le faire, nous avons opté pour un travail d’identification en deux temps

1er temps : commencer par identifier un « modèle réduit » de cet échantillon

2ème temps : identifier l’échantillon « total » représentatif

Ce modèle réduit peut donner une idée de tendances mais en aucun cas ne peut représenter réellement l’opinion statistiquement valide de ce que nous avons défini de manière « générique » par Elites Arabes.

Bien sur si une opportunité de faire cet échantillonnage selon les règles probabilistes avec sa matrice : le calcul statistique, s’offre à nous, c’est là une opportunité que nous ne raterons pas.

Pour cela nous allons prendre un tableau des populations des pays arabes et prendre pour le pays le plus peuplé un échantillon réduit (arbitraire ? scolaire ?) de 20 élites et calculer l’échantillon proportionnel pour chaque pays :

Tableau des échantillons par pays (ordre alphabétique)

 

Pays Arabe

Population mi-2005 (millions)

Echantillon

Algérie

32,8

10

Arabie saoudite

24,6

7

Bahreïn

0,73

1

Comores

0,6

1

Last Updated on Monday, 20 August 2018 15:03
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962