Espace adhérent

Un poème - extrait de "Traumatisme" théâtre - Amin Elsaleh PDF Print E-mail
User Rating: / 7
PoorBest 
Written by Amin Elsaleh   
Wednesday, 28 April 2010 14:04
                                   Quand des mots surgissent du profond de mon être,

                                    Ils résonnent dans les parois d’une prison,

                                    Muets et boiteux comme une mort blanche,

                                    Moisis comme une branche foulée par les vers..

 

                                    Quand je ressens un désir dans la profondeur de mon être,

                                    Je dégage ses voiles, et à ma découverte se révèle le désir,

                                    Plein d’amertume, avide de détruire, de saccager l’univers

                                    Et de ruiner sa plénitude…

 

                                    Je veux m’engloutir dans mon passé, loin de tout,

                                    Et fusionner dans la chaleur de ces mots.

 

                                    L’enthousiasme soulève mon être, mais l’action

                                    Ne verra pas ce jour. En effet, le tombeau

                                    Ne peut accoucher que d’une mort blanche.

 

                                    Je suis le dieu en pierre, la source de mes pensées,

                                    Est devenue une mégère aveugle.. Je veux ô puissance

                                    De tous les temps, embrasser les choses, les combler d’amour.

 

                                    Puis-je être puissant, malgré ce vomissement bleu,

                                    Et cette vigne sèche noyée dans la sueur de mon front..

 

                                    Le péché m’envahit sous mille étreintes,

                                    Et tout s’atrophie dans la pollution,

                                    Se dissipe et se disperse ; ainsi les regards intimes

                                    D’un ami, et les toiles éternelles d’un peintre,

                                    Où les couleurs ressortent des tâches primitives,

                                    Noires, rouges, jaunes ou blanches..

 

                                    Un jour, j’ai désiré dans la femme une paix,

                                    Le salut d’une âme ; aujourd’hui je rêve de

                                    Boire dans ses veines l’espoir d’une chasteté.

 

                                    J’ai cessé de rêver à la couleur bleue d’un

                                    Ciel immense, à la couleur verte d’un paysage

                                    Sublime.

 

                                    J’invite à présent tous les objets, images et poésies,

                                    A la cérémonie d’un suicide, qui fête la mort

                                    De ma bien aimée, comme cela s’est passé un soir,

                                    Sur une couche froide et blanche, où la mort

                                    S ‘est répandue en tâches jaunes…

 

                                    Je l’ai aimé aussitôt, j’ai aimé sa puissance

                                    De détruire, d’écraser les objets, de les noyer

                                    Dans le chagrin et le désespoir, dans une larme

                                    Chaude avec le regret d’un pèlerin…

                                                           

 

Last Updated on Monday, 16 February 2015 14:33
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962