Espace adhérent

Moyen-Orient, le grand embarras PDF Print E-mail
User Rating: / 2
PoorBest 
Written by Léosthène   
Sunday, 30 January 2011 06:16
La lettre de Léosthène, le 29 janvier 2011, n° 638/2010
  Cinquième année. Bihebdomadaire. Abonnement 350 euros.
  http://www.leosthene.com/


  Moyen-Orient, le grand embarras


  Qui aurait imaginé, lors de l¹invasion de l¹Irak en 2003, au nom de la
  promotion de la démocratie par les armes, le scénario en cours de
  développement au Proche-Orient ? ³ Les dirigeants américains et européens ont
  commencé à parler de la nécessité de promouvoir un accroissement de la
  liberté, de la justice et de la démocratie dans le « Grand Moyen-Orient »²
  écrivait le Monde le 13 avril 2004. ³ Si les Américains y voient le champ de
  bataille décisif de la guerre contre le terrorisme, les Européens désirent
  que leurs voisins du Sud soient stables et bien gouvernés pour endiguer les
  flux de l'immigration illégale et du crime organisé ². Les Européens bien que
  divisés sur l¹Irak (1), revenaient un an après l¹invasion et en l¹absence de
  la ³victoire décisive² promise, à une prudence plus réaliste.

  Onze ans plus tard, l'agitation sociale au Moyen-Orient et dans le Maghreb,
  qui menace les régimes en place, laisse Américains et Européens sans voix,
  dans un grand embarras.

  Il faut se reporter au sommet du G8, qui s¹est tenu à Sea Island (Géorgie,
  USA) du 8 au 10 juin 2004 pour retrouver l¹accueil réservé à ³ l¹Initiative
  pour un Moyen-Orient élargi et l'Afrique du Nord ² (2), projet présenté et
  défendu par le président américain George Bush. ³ Cette initiative s'est
  heurtée au cours des derniers mois à de vives critiques d'une grande partie
  du monde arabo-musulman, qui lui reproche de vouloir imposer des vues et un
  agenda occidental ² résumait le Matin marocain le 10 juin 2004 (3).
  ³ Plusieurs alliés de premier plan des Etats-Unis, en particulier l'Egypte et
  l'Arabie saoudite, ont ostensiblement boudé l'initiative américaine. La
  Turquie et la Jordanie, pourtant représentées à Sea Island, ont aussi marqué
  leurs distances. Les pays européens sont pour leur part réticents à s'engager
  trop fermement au côté des Etats-Unis, au moment où l'image de Washington au
  Proche-Orient est considérablement ternie par le conflit en Irak, les
  tortures de prisonniers irakiens et le soutien appuyé des Américains à Israël
  ².

  La position française, soutenue par le président Jacques Chirac, était
  particulièrement claire. ³ La France n¹a jamais mis en question ou contesté
  la nécessité qui s¹impose à nous d¹aider un certain nombre de pays du
  Moyen-Orient et d¹Afrique du Nord à se rapprocher d¹un état de modernité, à
  la fois politique et économique ². Mais, ajoutait-il, ³ nous pensons en
  France que ces réformes ne peuvent être imposées de l¹extérieur ; que nous
  avons à convaincre, que nous avons à discuter, que nous avons à coopérer.
  Ceci en prenant en compte la diversité des cultures et de l¹histoire des
  différents peuples comme la diversité des problèmes qu¹ils doivent affronter
  ² (4). Et la presse marocaine de citer à l¹envie l¹avertissement du président
  français : ³ les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord n'ont pas besoin
  de missionnaires de la démocratie ².

  La chute du régime tunisien le 14 janvier dernier n¹est due à aucune
  intervention extérieure. ³ Il n¹y a aucun besoin de spéculer sur
  l¹éventualité d¹un impact de la révolution tunisienne du 14 janvier sur la
  région : il est déjà là. L¹effet tunisien fait apparaître des revendications
  spécifiques à chaque pays en Afrique du Nord, lesquelles donnent à penser à
  beaucoup sur la légitimité de leur gouvernement ², écrit Issandr El Amrani,
  éditorialiste d¹el Arabist (blog tunisien), pour Bitterlemons.org (5) - et
  pas seulement dans le Maghreb, comme nous le voyons, mais au sens large au
  Moyen-Orient, en Jordanie, en Egypte, au Yémen, partout où le peuple descend
  dans la rue pour contester, chacun dans son propre contexte bien sûr, non pas
  les régimes dénoncés par les Etats-Unis (Libye, Iran, Syrie) mais les régimes
  autoritaires soutenus par Washington.

  A l¹épicentre des confrontations, au Liban, où s¹affrontent par groupes
  interposés Israël, Syrie et Iran, le pro-américain Saad Hariri vient en outre
  de perdre le pouvoir au bénéfice d¹un rival soutenu par le Hezbollah, proche
  des Iraniens. Le désordre et la violence règnent au quotidien dans un Irak
  explosé en communautés (48 morts jeudi 27 janvier dans un attentat à la
  voiture piégée), où le même premier ministre qui a perdu les élections
  continue de gouverner après des mois de tergiversations et un accord
  discrètement trouvé entre Américains et Iraniens. Le règlement du conflit
  israélo-palestinien n¹a pas avancé d¹un pas, la chute de l¹Irak a permis à
  l¹Iran de s¹affirmer comme puissance régionale et les négociations sur le
  nucléaire piétinent sans résultat. Que reste-t-il du ³ Partnership for
  Progress and a Common Future with the Region of the Broader Middle East and
  North Africa ² (6) proclamé à Sea Island ?

  Bref ou argumenté, le constat est partagé avec des nuances, un peu partout
  dans le monde : ³ George Bush qui voulait exporter la démocratie au
  Moyen-Orient n'a réussi qu'à renforcer l'arc chiite qui s'étend désormais de
  Téhéran à Bagdad en passant par des routes où le Hezbollah a fini par prendre
  le pouvoir. Jusqu'alors, l'Irak servait de contrepoids à l'influence
  iranienne dans la région. Bref, cette guerre fut «une folie» avait prévenu
  Jacques Chirac ² (7). ³ L¹évolution de la situation libanaise représente
  ainsi, en quelque sorte, la pointe de l¹iceberg que constitue l¹effacement
  progressif  des acteurs traditionnels du Moyen-Orient, tels qu¹Israël ou les
  vieux pays arabes achetés dès l¹origine par les USA (comme l¹Egypte, la
  Jordanie ou l¹Arabie Saoudite), au profit du ³northern tier², composé de
  l¹Iran d¹abord, mais aussi la Syrie, la Turquie et le Qatar principalement,
  tous hostiles à l'influence US à des degrés divers ² (8).
 
  Le ton est pressant aux Etats-Unis du Christian Science Monitor au Washington
  Post, au-delà des critiques partisanes adressées à Barack Obama : il ne faut
  pas rester immobiles (³ Les Etats-Unis et leurs alliés en Europe pourraient
  avoir une influence considérable sur ces événements ²). Soit, mais comment
  gérer aujourd¹hui la situation ? Les Européens du Traité de Lisbonne n¹ont
  plus de voix, la France de Nicolas Sarkozy a choisi de s¹aligner sur la
  politique américaine, les Etats-Unis encouragent ³ la démocratie et la
  liberté d¹expression ² et à " respecter les droits fondamentaux, éviter la
  violence, et permettre les communications " (AFP, 28 janvier). ³ Mais
  qu¹est-ce que cela veut dire ?² interroge le Washington Post. Et ce ne sont
  pas les déclarations embarrassées du vice-président Jo Biden (³ j¹espère que
  Moubarak va répondre à quelques-unes des préoccupations légitimes qui ont été
  soulevées ² (9)) qui font une politique.

  Le Christian Science Monitor commente, à propos des révélations d¹Al-Jazira
  sur une série de documents classifiés sur le processus de paix israélo
  palestinien, (Palestine Papers) : ³ seul un virage politique audacieux
  pourrait préserver un rôle positif pour les Etats-Unis dans le processus de
  paix. Sans quoi, les Etats-Unis doivent se tenir à l¹écart et permettre aux
  mouvements populaires qui secouent les pays dans toute la région, comme la
  Tunisie et l¹Egypte, de se donner une représentation pour leurs peuples ²
  (10). Nous verrons pour le ³virage politique², qui implique un
  repositionnement profond, mais le mot intéressant pour l¹instant est
  ³ permettre ².

  Permettre ? Mais il n¹y a plus rien à permettre : la situation est hors
  contrôle.
 
  Hélène Nouaille

 
 

  Notes :

  (1) Diploweb.com 2003, l¹Europe éclatée ? La lettre des huit, la lettre du
  groupe de Vilnius, Jacques Chirac
  http://www.diploweb.com/ue/crise2003.htm

(2) G8 Sea Island 9 juin 2010, Broader Middle East and North Africa
  Initiative
  http://www.g8.utoronto.ca/summit/2004seaisland/fact_mena.html

  (3) Le Matin, le 10 juin 2004, Washington essaie de vendre sa réforme du
  ³Grand Moyen-Orient au G8
  Chirac : « Les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord n'ont pas besoin de
  missionnaires de la démocratie ».
  http://www.lematin.ma/Actualite/Express/ArticlePrint.asp?id=41537

  (4) G8 2004 Sea Island Summit Documents, June 9, 2004, 12h17, Press Briefing
  by French President Jacques Chirac
  http://www.g8.utoronto.ca/summit/2004seaisland/chirac040609.html

  (5) Bitterlemons-international.org, Edition 3 Volume 9 - January 27, 2011
  Issandr el Amrani, The Tunisian impact on North Africa

  (6) Partnership for Progress and a Common Future with the Region of the
  Broader Middle East and North Africa, Sea Island, le 9 juin 2004
  http://www.g8.utoronto.ca/summit/2004seaisland/partnership.html

  (7) Le Télégramme, le 28 janvier 2011, Hubert Coudurier, Les apprentis
  sorciers
  http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/commentaires/point-de-v
  ue-les-apprentis-sorciers-28-01-2011-1188848.php
 
  (8) De defensa.org, le 27 janvier 2010, Pierre Vaudan, Les USA en train de
  perdre le Moyen-Orient
  http://www.dedefensa.org/article-les_usa_en_train_de_perdre_le_moyen-orient_2
  7_01_2011.html
 
  (9) FoxNews, le 28 janvier 2010, Biden : Mubarak should not step down
  http://www.foxnews.com/politics/2011/01/28/biden-mubarak-step/

  (10) Christian Science Monitor, le 27 janvier 2011, Ali Abunimah Palestine
  Papers : If US can't be 'honest broker' in Middle East, get out of the way
  http://www.csmonitor.com/Commentary/Opinion/2011/0127/Palestine-Papers-If-US-
  can-t-be-honest-broker-in-Middle-East-get-out-of-the-way

  Léosthène, Siret  453 066 961 00013 FRANCE  APE 221E  ISSN 1768-3289.
  Directeur de la publication : Gérald Loreau ( This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it )
  Directrice de la rédaction : Hélène Nouaille ( This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it )
  Copyright©2011. La Lettre de Léosthène. Tous droits réservés.

Last Updated on Sunday, 12 June 2011 11:39
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962