Espace adhérent

Journée Débats et Rencontres Autour de "J'aurais voulu être égyptien"de Alaa El-Aswany le Samedi 24 Septembre suivie du spectacle à 20h30 PDF Print E-mail
User Rating: / 2
PoorBest 
Written by théâtre nanterre-amandiers   
Sunday, 26 June 2011 17:09
Journée Débats et Rencontres
Autour de "J'aurais voulu être égyptien" le Samedi 24 Septembre...
Samedi 24 septembre


De 15h à 17h : AFRIQUE ALLER-RETOUR
     
Rencontre avec l’auteur Alaa El-Aswany  et le metteur en scène Jean-Louis Martinelli, ponctuée de lectures d’extraits du dernier roman de Alaa El Aswany On the State of Egypt(à paraître en novembre aux éditions Actes-Sud)

En partenariat avec France Culture

 

À 18h : DÉBAT > LE REVEIL ARABE
avec 
Stéphanie Latte-Abdallah
, historienne et politologue,
 chercheure à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-en-Provence,
Alaa El-Aswany, écrivain (sous réserve)
Alain Gresh, directeur adjoint du Monde Diplomatique

En partenariat avec Le Monde Diplomatique
 
©
LE SPECTACLE: J'aurais voulu être égyptien
à 20h30 , sauf le dimanche à 15h30
transformable
Relâche le lundi



Du 16 septembre au 21 octobre 2011
Texte  Alaa El Aswany
Adaptation et Mise en scène Jean-Louis Martinelli
Scénographie Gilles Taschet
Lumière Jean-Marc Skatchko
Costumes Karine Vintache
Coiffures et maquillages Françoise Chaumayrac
Assistante à la mise en scène Emanuela Pace
Avec 
Eric Caruso
Marie Denarnaud
Laurent Grévill
Azize Kabouche
Mounir Margoum
Silvie Milhaud
Farida Rahouadj
Abbés Zahmani


Production : Théâtre Nanterre-Amandiers

Travailler sur les textes d’El Aswany  est pour Jean-Louis Martinelli une évidence une façon de rappeler que le théâtre doit  être, encore et toujours, une chambre  d’écho du monde, au centre de la cité.  

◤  «Au cours des deux dernières années je suis allé plusieurs fois au Caire, notamment pour rencontrer Alaa El Aswany dont je projetais d’adapter une partie de son œuvr au théâtre. Le soulèvement de ce printemps n’a fait qu’accélérer mon désir de tenter une traversée en compagnie de cet immense auteur annonciateur de tous les mouvements en cours. Nous débutons ce jour un premier travail d’approche avec une partie de la distribution (quatre acteurs sur les huit qui à la fn devraient être sur scène) qui devrait se focaliser sur Chicago, où dans le microcosme d’un département d’université, l’auteur recrée une «little Egypt».
Les personnages de ce roman polyphonique se débattent entre deux mondes, dans une Amérique traumatisée par les attentats du 11-Septembre et juste avant une visite du président Moubarak. Il sera certes question de système policier, de corruption, de désir de révolution mais le grand art d’Aswany est de rendre ces questions concrètes, de les faire traverser la vie des couples qui en seront déchirés, écartelés. Ainsi donc, l’espace de la sensualité et du désir est miné par le politique.
L’exilé peut-il se réenraciner  ? Dans Chicago, deux mondes se font face, se mêlent : l’Égypte et les États-Unis d’Amérique, dans un diffcile dialogue amoureux porté par plusieurs  couples d’hommes et de femmes.»
Jean-Louis Martinelli, mars 2011


 
◤  Alaa El Aswany est né en 1957 en Égypte,  dans une famille d’intellectuels : son père,  Abbas al-Aswany, était écrivain. Après une  scolarité dans un lycée français en Égypte,  il choisit d’étudier la chirurgie dentaire,  et se rend pour cela à l’université de l’Illinois à Chicago. Une expérience dont il s’inspirera  pour écrire le roman Chicago. Bien qu’il revendique son indépendance vis-à-vis des partis politiques, il collabore régulièrement aux journaux d’opposition, et contribue  à la formation du mouvement «Kifaya»  (Ça sufft). Aswany écrit tout en exerçant sa  profession de dentiste : des articles, donc, mais aussi de la fction. En 2002, son premier roman L’Immeuble Yacoubian connaît un véritable succès, d’abord dans le monde arabe et bientôt dans le monde entier, puisqu’il sera traduit dans une vingtaine  de langues. Cette histoire, qui décrit la vie  des habitants d’un ancien et immense édifce du Caire sous un régime corrompu et opprimant,  fera également l’objet d’une adaptation  au cinéma par le réalisateur Marwan Hamed. En 2006, Aswany publie Chicago, qui connaît  à son tour le succès auprès du public. Peintre habile du quotidien des Égyptiens, il a déjà  été comparé au prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz. En 2009 paraît en France un recueil de nouvelles, J’aurais voulu être égyptien, dans lequel, de nouveau, il dénonce les travers d’une société égyptienne prisonnière  «de l’obscurantisme et de l’arbitraire».


 
Dans le cadre du projet international de théâtre « Frontières liquides »
Avec le soutien du programme culture de l’Union Européenne (2007-2013)
En collaboration avec l’Union des Théâtres de l’Europe 
 
Last Updated on Friday, 29 November 2013 10:10
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962