Espace adhérent

Dennis Ritchie, l’autre Steve Jobs PDF Print E-mail
User Rating: / 0
PoorBest 
Written by Dominique SEUX   
Thursday, 20 October 2011 09:15

Cet Américain mort il y a quelques jours n’est autre que le père de l’informatique moderne. Réflexion l’inventeur et l’innovateur.

Je souhaite évoquer aujourd’hui la disparition d’un génial inventeur, mort la même semaine que Steve Jobs mais, lui, dans l’indifférence quasi-générale. C’est en partie injuste et cela invite à réfléchir sur la reconnaissance publique, la notoriété médiatique.
Sur Le Cercle Les Echos
Cet inventeur s’appelle Dennis Ritchie, il, est un Américain mort il y a quelques jours et qui n’est autre, selon les spécialistes, que le père de l’informatique moderne. Dans le détail - et les experts comprendront -, il a imaginé le langage informatique C, et - avec un autre chercheur - le système d’exploitation Unix.

Le langage C et ses dérivés, ce sont les langages dans lesquels sont écrits la plupart des systèmes d’exploitation des ordinateurs, des tablettes, des téléphones, des GPS, des modems, etc. Il a été le premier, c’est le second le plus utilisé au monde.

Unix, lui, est un système d’exploitation, le logiciel qui fait tourner les ordinateurs, comme MacOS, Windows ou GNU/Linux, qui s’en sont inspirés. Unix a été la référence dans les entreprises. Pourtant, avec tout ça, la mort de Dennis Ritchie a fait un flop absolu dans la presse. En revanche, sur Google, on trouve 3.400.000 références à son nom.

Pourquoi ce silence ? Cette disparition est tombée en même temps que celle de Steve Jobs ! Mais l’essentiel n’est pas là. Dennis Ritchie était un inventeur, un génie de la technique ; Steve Jobs, l’ex-patron d’Apple, était, lui, un innovateur, qui a su voir ce à quoi une nouvelle technologie pourrait servir. Or, c’est de ceux-là que l’on parle, qui sont connus.

Autrement dit, il y a ceux qui créent de la valeur, qui inventent, et ceux qui la valorisent. Autrement dit, encore plus simplement, Dennis Ritchie est à Steve Jobs ce que l’ampoule est à la lampe ou au lampadaire : le point de départ, la révolution, mais à l’état encore brut. Mais l’un ne va pas sans l’autre. Des génies méconnus, l’histoire technique et industrielle en regorgent !

C’est injuste, oui et non. Oui, parce qu’on peut citer d’autres exemples d’ingénieurs, de chercheurs tombés aux oubliettes. On peut penser à Thomas Newcomen, véritable inventeur de la machine à vapeur, que s’est appropriée et qu’a développée James Watt au XVIIIe siècle.

Mais, non, ce n’est pas injuste parce que l’on peut considérer que le plus important est l’entrepreneur qui va utiliser les découvertes d’inventeurs : Thomas Edison qui diffuse les ampoules électriques et crée General Electric ; Henry Ford qui, dans l’automobile, lance la production de masse, le fordisme ; Steve Jobs et Bill Gates, plus récemment. En fait, les deux sont indispensables : l’inventeur et l’entrepreneur.

Quelle est la leçon ? Que nos sociétés, qui privilégient les marques, les personnalités, valorisent mal les inventeurs, les chercheurs – pour les salaires et le statut social. Il y a donc un message à envoyer aux lycées professionnels, aux universités et aux écoles d’ingénieurs dont les élèves vont souvent dans la finance : l’économie, plus que jamais, a besoin de vous !
Last Updated on Thursday, 20 October 2011 14:41
 

Promotion 1963

MLFcham Promotion 1963

Giverny - Mai 2004

MLFcham Giverny - Mai 2004

Athènes - Oct 08

MLFcham - Athènes - Octobre 2008

Promotion 1962

MLFcham Promotion 1962